Heinz-Christian Strache, chef du FPÖ, vice-chancelier autrichien et ministre de l’Intérieur, a indiqué lundi qu’il veut interdire l’abattage rituel, suscitant la colère des milieux juifs et musulmans.

La déclaration du ministre intervient dans le cadre d’une discussion en cours dans le pays sur les valeurs conflictuelles de la liberté religieuse et du bien-être des animaux.

L’abattage rituel, connu sous le nom de Schächten en allemand et shehitaen hébreu, « devrait globalement être interdit sans étourdissement préalable, tout comme dans les autres pays de l’UE », a écrit Heinz-Christian Strache, le chef du Parti de la liberté d’extrême droite, sur sa page Facebook. Et d’ajouter : « Et les animaux ne sont pas des objets, mais des créatures qui méritent d’être protégées et qui ne doivent pas être torturées ».

Heinz-Christian Strache a joint à son message un lien vers un article de presse qui souligne que plusieurs États européens ont déjà interdit l’abattage rituel, comme la Suisse, les Pays-Bas, le Danemark et la Pologne. L’article (en allemand) est illustré par une carte de l’Europe et une caricature de mouton, avec pour slogan « Schächten verboten ».

Strache se montre ainsi plus ferme que le chancelier Sebastian Kurz, qui avait promis la semaine dernière à la communauté juive que son gouvernement ne « limitera en aucune façon » la possibilité pour la communauté juive de produire et de consommer de la viande casher.

Selon la loi autrichienne en vigueur, l’abattage d’animaux sans étourdissement préalable est déjà interdit. Mais la loi est contournée pour permettre de fournir de la viande casher ou halal. Selon leurs prescrits religieux communs, les Juifs et les musulmans n’ont pas le droit de consommer de la viande d’animaux assommés avant leur mise à mort.

La question épineuse de savoir quand la liberté religieuse peut l’emporter sur le bien-être des animaux a fait la une des journaux autrichiens la semaine dernière, lorsque la communauté juive s’est plainte des intentions de Gottfried Waldhäusl, membre du Parlement régional de Basse-Autriche,  de limiter l’abattage rituel.

Le député FPÖ Gottfried Waldhäusl, a fait valoir que seuls les individus qui peuvent prouver qu’ils respectent les prescrits religieux devraient bénéficier de l’exception légale autorisant l’abattage rituel. À cette fin, il a demandé que les consommateurs d’animaux abattus rituellement s’inscrivent au registre des autorités de l’État.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

10 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

54 % 18 490 € manquants

Il nous manque 18 490 € pour boucler 2022 !

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :