Direction le soleil ! Le monastère de la Clarté Notre-Dame de Taulignan a été fondé au XIXème siècle en Provence, au nord d’Avignon ! Les sœurs dominicaines partagent leur temps entre prière et travail manuel, et sont aussi tout particulièrement portées sur l’écologie grâce à leur beau et grand jardin ! Alors vous nous suivez ? Divine Box vous fait découvrir la petite histoire du monastère de Taulignan et l’importance du vert chez ces moniales.

Vue du monastère de Taulignan © Monastère de Taulignan

C’est parti !

Tout a commencé au XIXe siècle dans le sud de la France ! En effet, des moniales, dont on ne sait plus grand chose aujourd’hui, s’installent alors à Taulignan, village connu à l’époque pour son travail de la soie. D’ailleurs, à l’époque, le souhait des sœurs était de former à ce métier de jeunes orphelines de Lyon ! Et pour la petite histoire, aujourd’hui encore devant la mairie de Taulignan, le musée de la soierie rappelle le savoir-faire des religieuses de l’époque.

Mais revenons à nos moutons. Un peu plus tard, au début du XXe siècle, les moniales ferment leur atelier, et sont remplacées par des chanoines, qui partiront à leur tour dans les années 1940.

Finalement, c’est en 1956 qu’une religieuse dominicaine redonne vie au monastère de Taulignan en créant une communauté contemplative spécialement adaptée aux sœurs qui ont une santé fragile. On s’adapte alors à chacune et on supprime même les offices de nuit. Le succès est immédiat : quatre petites fondations naissent dans la foulée ! Et c’est finalement à Taulignan que toutes ces religieuses vont se rassembler ! Très vite, la communauté rayonne, et grimpe à cinquante sœurs dans les années 1970 !

Une première fondation est ainsi créée au Burundi, puis une seconde au Bénin. Quelques années après, les sœurs fondatrices reviennent à Taulignan car il y a du boulot !

Quid des plantes aromatiques ?

A la fin du XXe siècle, à Taulignan, ce n’est pas si facile pour les dominicaines de trouver une activité manuelle qui leur permet de vivre. Certes, elles ont quelques vignes, mais malheureusement, celles-ci sont non vendangées et ne sont pas bien entretenues. Puis en 2007, la communauté est même obligée de fermer son atelier de reliure car les sœurs qui en avaient la charge sont parties dans une autre abbaye.

Finalement, miracle ! Grâce à l’aide précieuse d’un pionnier en agro-écologie, les sœurs de Taulignan découvrent que leur terre est très propice à la culture de plantes. Bonne nouvelle ! Tout le monde met alors la main à la pâte et finalement, un an et demi plus tard, c’est un gentil bienfaiteur qui leur vient en aide en les équipant d’une distillerie à plantes. C’est ainsi qu’en 2009 les sœurs se lancent sur le chemin de la reconversion écologique. Le projet est en marche : voilà l’arrivée imminente de bons produits monastiques !

Les soeurs en pleine distillation des plantes © Monastère de Taulignan

Des soeurs 100% Écolo !

D’abord, il y a une profonde maîtrise de la théorie et de la philosophie. En effet :

  • la terre fait partie de la Création. En tant que religieuse, elles prennent très au sérieux leur devoir de respecter la Terre !
  • les soeurs ont tenu à avoir une profonde base philosophique et théologique. En effet, elles ont suivi des cours sur l’écologie, notamment par des pointures à la Chambre d’Agriculture
  • en plus, les sœurs transmettent leur savoir à travers des formations avec Oeko-logia, une association d’agro-écologie.

Ensuite, plus précisément et concrètement, voici quelques exemples qui incarnent les efforts des soeurs :

  • elles s’interdisent d’utiliser des produits chimiques
  • Elles font tout à la main et utilisent au maximum les « grelinettes » (mot familier qui est en réalité une bêche spéciale pour aérer la terre) à la place du tracteur
  • Les panneaux solaires chauffent l’eau de l’hôtellerie
  • Et pour finir, l’eau de javel est remplacée par leur hydrolat de romarin !

 Le monastère de Taulignan est ainsi devenu une référence monastique de la culture bio !

Les fameuses plantes des soeurs de Taulignan © Monastère de Taulignan

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, les onze moniales dominicaines de Taulignan partagent leurs journées entre sept offices et du travail manuel notamment dans les champs ou à la distillerie pour faire des tisanes par exemple (notamment leur tisane bio à l’hysope), typique de l’artisanat monastique, ou encore à l’archivage !

Si l’ordre dominicain est davantage connu pour sa branche apostolique masculine fidèle à la tradition de saint Dominique “louer, bénir, prêcher”, les religieuses de Taulignan, elles, ont une vie bien plus contemplative, plus proche d’une vie contemplative bénédictine, donc !

 Et pour découvrir ces plantes et ces tisanes ?

Toutes les belles plantes du jardin et la petite distillerie de Taulignan permettent aux sœurs de produire des pochons de lavandin, des tisanes et des huiles essentielles ! Si vous voulez profiter de tous ces bons petits produits, c’est par ici : monastère de Taulignan, 980 L’Ecluze, 26770 Taulignan !

Mais si ce n’est pas la porte à côté de chez vous, vous pouvez cliquer ici pour acheter en ligne les produits du monastère de Taulignan sur la boutique de Divine Box !

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :