Gilbert-Keith Chesterton (1874-1936), britannique converti au catholicisme, fut un romancier (les enquêtes du père Brown sont savoureuses), essayiste et journaliste, vibrant apologète, plein d’humour et de profondeur. Son œuvre de non-fiction est marquée toute entière par l’étonnement radical face au monde qui l’entoure, et connaît un vif regain d’intérêt depuis une dizaine d’années. Regain d’intérêt d’autant plus mérité que J. R. R. Tolkien, C. S. Lewis et Agatha Christie voyaient en Chesterton un maître.

Pour les éditions Artège, Hubert Darbon a choisi pour chaque jour de l’année un aphorisme issu de l’œuvre de Chesterton. De quoi passer chaque jour quelques secondes en compagnie de cet auteur truculent. A moins que vous n’y résistiez et que vous lisiez d’une traite ce recueil, ce qui devrait vous donner l’envie d’ensuite acquérir quelques-uns des nombreux livres écrits par Chesterton.

Pour vous mettre l’eau à la bouche, voici deux aphorismes trouvés dans ce recueil.

Quand ils sont décadents, les hommes emploient des professionnels pour se battre à leur place, des professionnels pour danser à leur place, et un professionnel pour les gouverner.

Twelve Types

J’ai bien conscience que le mot “propriété” a été corrompu par les grands capitalistes modernes. On pourrait croire, en entendant parler les gens, que les Rothschild et les Rockefeller sont pour la propriété. En réalité, ils en sont évidemment les ennemis, car ils sont ennemis de leurs propres limitations. Ils ne veulent pas leur propre terre : ils veulent celle des autres. Lorsqu’ils retirent les bornes du voisin, ils retirent les leurs en même temps. Un homme qui comprend toute la poésie de la possession désire voir le mur qui marque le contact entre son jardin et celui de Smith ; la haie entre sa ferme et celle de Brown. Il ne peut voir la forme de sa terre que s’il voit les frontières de celle de son voisin.

What’s Wrong with the World

Le Monde selon Chesterton, G.K. Chesterton, éditions Artège, 205 pages, 14 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :