Pour s’abonner à la revue, cliquez ici

La revue Civitas fait peau neuve. Une nouvelle équipe de rédaction a pris à cœur d’en soigner le contenu et d’en améliorer le format. La lecture d’un ouvrage a ceci de particulier qu’elle trouve le confort nécessaire à son usage dans la qualité du support qui la guide. Cette qualité n’est jamais définitivement acquise. Elle se travaille, peu à peu trouve le chemin du sommet, puis se ravise et ajoute encore au  perfectionnement d’un détail. La revue Civitas suit ce chemin, celui de son télos, le plein épanouissement de son être.

Désormais des dossiers relevant de la thématique catholique ou d’un personnage clé empruntant au sillage catholique seront menés dans la rigueur de termes et dans le contexte historique qui leur est dû. Le but est de promouvoir la splendeur de la religion catholique ; il est d’éveiller le lecteur à cette splendeur. Le but aussi est de parfaire la connaissance et la curiosité intellectuelle du lecteur en lui donnant le goût de ce que l’Histoire tient en héritage ainsi que la saveur des auteurs qui ont contribué à l’écrire. Il y aura de l’apologétique ; il y aura de la critique ; il y aura de la méditation. Il y aura aussi un regard sur l’actualité française ou européenne, sur la cité antique, sur les civilisations d’autres continents que le nôtre, sur l’art et la culture. Les moyens mis en œuvre sont l’étude approfondie des sujets proposés, qu’il s’agisse d’un évènement, d’une situation ou d’un homme, par des auteurs qualifiés.

Le regard catholique est, par définition, un regard universel. La Révélation, sans nier la nation ni se limiter au territoire sur lequel elle s’incline, dépasse les frontières pour se porter aux extrémités de la Terre. « Allez enseigner les nations ! » : cette prescription de l’Evangile, la revue Civitas la fait sienne. Elle la fait sienne sur le territoire national mais, par la circulation toujours plus libre des personnes dans le monde, peut lui faire franchir Les Alpes ou les Pyrénées, l’Atlantique ou la Méditerranée. Car l’enseignement se diffuse aux plus jeunes comme aux plus âgés sans distinction d’états, sans distinction de lieu. Tous sont concernés. Civitas, étymologiquement signifie la cité. Or la cité est faite d’hommes. Et l’homme dans la cité c’est l’homme dans son travail, dans ses loisirs, dans vie de famille, dans son ministère avec, au cœur de son ouvrage, l’enseignement qu’il a reçu, qu’il reçoit et qu’il se charge à son tour de transmettre.

Prenez le temps de découvrir cette revue. Le N° 68 est consacré au Concordat de 1801, signé entre le pape Pie VII et Napoléon Bonaparte, Premier Consul. L’époque est à revivre. Ce qui l’a précédée aussi, car l’Histoire est ce récit dont il convient de retracer les détails comme les grandes lignes pour en comprendre le dénouement. Or cette époque fut très agitée et Bonaparte dans un souci de restauration de l’ordre français a très tôt pris conscience de la nécessité d’un accord ou d’une convention entre l’Etat et l’Eglise catholique pour redonner de la cohésion au peuple français déchiré par la Révolution…

Abonnez-vous à la revue Civitas, pour 30€ seulement. Elle est trimestrielle. Faites-en un rendez-vous avec l’Histoire, avec l’Eglise, avec vous-même.

Gilles Colroy.

Liens :

abonnement : http://www.civitas-institut.com

secrétariat : secretariat@civitas-parti-catholique.com

informations : gilles.colroy@gmail.com

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :