Emmanuel Macron a été reçu hier au Vatican par le pape François. Bilan de la rencontre entre ces deux personnalités bien pensantes : la lutte contre « les populismes » et pour l’accueil des migrants furent les sujets primordiaux de cette « visite chaleureuse ».

Les médias mainstream s’avèrent être un bon révélateur des liens étroits et vision commune qui existent chez les tenants de l’immigration-invasion qui logent tant à l’Élysée qu’au Vatican. Ainsi le quotidien de propagande Le Monde écrit dans son édition d’aujourd’hui  :

« Faire front contre l’Italie de Matteo Salvini, le groupe de Visegrad et tous les pays européens qui tirent le Vieux Continent vers le repli sur soi. Avant le Conseil européen prévu jeudi 28 et vendredi 29 juin, le pape François et le président de la République, Emmanuel Macron, ont voulu se montrer unis face à la montée des populismes, même si les choses n’ont jamais été dites en ces termes.

Il y a eu les images d’abord. Le souverain pontife a accueilli son hôte au Vatican, mardi 26 juin, avec un sourire engageant, quand il avait réservé un visage plus fermé à François Hollande. A la fin de leur entrevue, Emmanuel Macron lui a pris le bras et les deux hommes se sont longuement étreints. La rencontre elle-même a duré cinquante-sept minutes, ce qui, pour les experts du Vatican, représente une performance, alors que le pape n’avait consacré que vingt-neuf minutes à Donald Trump et cinquante-deux minutes à Barack Obama.

« Il y a eu une réflexion commune sur les perspectives du projet européen », a commenté le Saint-Siège. « Nous avons évoqué la crise politique que traverse l’Europe, mais à aucun moment la situation spécifique de l’Italie n’a été abordée », a précisé M. Macron. […]

Quatre concepts

Les élections italiennes et l’affaiblissement d’Angela Merkel sur la scène allemande ont fait converger les deux chefs d’État ces derniers jours. Si le pape François a souvent trouvé trop timide la réaction européenne face à l’afflux de migrants en 2015, le risque de voir l’Europe se diviser et se bloquer sous l’effet des souverainismes a pris le dessus. D’ailleurs, jeudi 21 juin, il avait rééquilibré son discours sur les migrants : « on doit », disait-il en rentrant de Suisse, mettre en œuvre quatre concepts, « accueillir, accompagner, organiser, intégrer », mais avec « la prudence » qui est la vertu du gouvernement.

Paris est ainsi devenu un allié naturel. […] Mais surtout, le souverain pontife savait, quand le président est arrivé, que le cas du Lifeline et de ses 234 migrants, bloqué au large de Malte, était réglé.

La veille au soir, M. Macron avait eu une « visite privée » avec Giuseppe Conte, le président du conseil italien, au cours de laquelle des contacts ont été pris avec Berlin et La Valette qui ont permis de ne pas rééditer l’affaire de l’Aquarius. La France, comme cinq autres pays européens, accueillera une partie des migrants qui étaient sur le navire humanitaire.

« Aucun rapport de force »

Parmi les signaux adressés au Vatican, le chef de l’Etat français avait également choisi de prendre son petit déjeuner au palais Farnèse – l’ambassade – avec la communauté Sant’Egidio, qui organise des couloirs humanitaires pour les réfugiés syriens et irakiens. Il avait surtout invité Véronique Fayet à l’accompagner. La présidente du Secours catholique, qui a eu des mots très durs contre la politique du gouvernement dans le domaine de l’immigration, a même été la seule personnalité de la délégation à avoir été conviée à partager le Falcon présidentiel lundi. »

Le pape François et le président de la république française Emmanuel Macron : même combat mondialiste !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

6 commentaires

  1. cadoudal says:

    Dingoglio et le gay Macron sont unis au service de la Révolution talmudique qui veut la disparition des nations chrétiennes.

    • hathoriti says:

      et c’est pour ça que les forces obscures talmudiques ont réussi à faire virer le pape Benoît XVI pour mettre à sa place ce traître au catholicisme ! mais le mal ne peut gagner…! bien de votre avis, Cadoudal !

  2. Gauthier says:

    Encyclique du saint et grand Concile du 26 juin 2016 :

    “15. La théorie contemporaine de globalisation – imposée silencieusement et propagée rapidement – provoque de forts remous dans l’économie et la société à l’échelle mondiale. La globalisation imposée a généré de nouvelles formes d’exploitation systématique et d’injustice sociale. Elle a planifié l’élimination graduelle des obstacles que représentent les traditions nationales, religieuses, idéologiques ou autres qui s’y opposent. Elle a mené à l’affaiblissement en vue de la déstructuration des acquis sociaux au nom de la reconstruction de l’économie mondiale, censée être nécessaire, creusant davantage le fossé séparant riches et pauvres, dynamitant la cohésion sociale des peuples et ravivant de nouveaux foyers de tensions internationales.
    Face au processus d’homogénéisation réductrice et impersonnelle promu par la globalisation, face aussi aux aberrations de l’ethno phylétisme, l’Église orthodoxe propose de protéger l’identité des peuples et de renforcer le caractère local. Comme modèle alternatif pour l’unité de l’humanité, elle expose son organisation structurée, basée sur l’égalité de valeur des Églises locales. L’Église s’oppose à la menace provocatrice pesant aujourd’hui sur l’individu et les traditions culturelles des peuples que renferme la globalisation ; elle s’oppose aussi au principe selon lequel l’économie possède sa propre loi ou « économisme », c’est-à-dire l’économie émancipée par rapport aux besoins vitaux de l’humain et transformée en but en soi. Elle propose donc une économie durable, fondée sur les principes de l’Évangile. Axée sur la parole du Seigneur : « Ce n’est pas seulement de pain que l’homme vivra » (Lc 4, 4) .”

    https://orthodoxie.com/encyclique-du-saint-et-grand-concile-du-27-juin-2016/

  3. Emily says:

    En regardant la photo d’illustration de l’article, j’ai presque envie de dire au président MACRON : “Pas touche, Monsieur Manu ou Manu !”.
    Quel manque d’irrespect que cette “tape” sur l’épaule du Pape. Au lieu de cela, il devrait baiser son anneau et se mettre à genoux …

  4. Emily says:

    Il serait piquant de s’intéresser au parcours politique et d’engagement social de Véronique FAYET, parfaite collabo et noble de surcroît (deux points communs avec Isabelle de GAULMYN : https://www.medias-presse.info/gaulmyn-sous-letendard-de-la-croix-gommee/93477/) :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Véronique_Fayet.

    Sans parler de l’association dite catholique et collabo-immigrationniste Sant’Egidio.

  5. Stella Maria says:

    Bergoglio n’ en a pas pour longtemps …. le prochain sur la liste : cardinal Parolin invite à la réunion Bilderberg ou se trouvent les ” faiseurs de rois”