Hier samedi 13 mai 2017, dans l’avion de retour de Fatima, le pape François a répondu aux questions des journalistes lors de la désormais traditionnelle conférence de presse en haute altitude.

Ces derniers mois, différents quotidiens italiens et français pronostiquaient une possible reconnaissance de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X le 13 mai au Portugal par le pape argentin. Cette régularisation, qui aura pour base un accord canonique et érigerait la congrégation fondée par l’évêque traditionaliste Mgr Lefebvre en prélature personnelle avec à la tête un prélat choisi par le pape, n’a pas eu lieu comme escompté par certains.

Ces derniers jours des remous au sein de la dite Fraternité ont à nouveau attiré sur elle le regard de différents acteurs de la vie religieuse et de journalistes.

Nicolas Senèze, du journal La Croix, a interrogé le pape François sur cette question d’accord qui sème la désunion entre les membres de la congrégation  :

(à partir de 6’’47) «Question :  La FSSPX a une grande dévotion pour Fatima. Un accord est-il pour bientôt ? Quels sont les obstacles ? Ce serait le retour triomphant de fidèles qui montrent ce que signifie être vraiment catholique ? »

«Pape François : J’écarterai toute forme de triomphalisme, totalement. Il y a quelques jours, la Feria IV de la congrégation pour la Doctrine de la foi – on l’appelle la Feria IV car ce conseil se réunit le 4e mercredi du mois – a étudié un document. Mais je n’ai pas encore reçu ce document. J’étudierais ce document. C’est la première chose.

Deuxièmement : les rapports actuels sont fraternels. L’année dernière, je leur ai donné (aux prêtres de la Fraternité Saint Pie X, ndlr) à tous, la permission pour la confession. J’ai aussi accordé une forme de juridiction pour les mariages.

Mais déjà avant, les problèmes qui devaient être résolus par la Congrégation pour la Doctrine de la foi, la Congrégation les traitait. Par exemple, les abus (sexuels, NDLR): les abus chez eux, ils nous en référaient. Idem pour la Pénitencerie (le tribunal du Vatican, ndlr) et la réduction à l’état laïc d’un prêtre.

Il y a des rapports fraternels. Avec Mgr Fellay, j’ai un bon rapport. Nous avons parlé plusieurs fois. Je ne veux pas brusquer les choses. Il faut cheminer, cheminer, cheminer… Et après, on verra.

Pour moi, ce n’est pas un problème de gagnants ou de perdants mais de frères qui doivent cheminer ensemble cherchant la formule qui permet de faire des pas en avant.»

Dans la pratique, la Rome moderniste et Mgr Fellay de la Fraternité Saint Pie-X cheminent ensemble pour aboutir à un accord, c’est-à-dire à « une formule qui permet de faire des pas en avant. » Peut-être d’ailleurs que cette formule est contenue dans ce nouveau document que la Congrégation de la Doctrine pour la Foi doit soumettre au pape afin qu’il l’étudie ? L’avenir nous le dira.

Mais la vraie question que l’on doit se poser est si ce pape révolutionnaire et à l’enseignement si éloigné de la saine Tradition catholique peut objectivement dispenser des brevets de catholicisme à quiconque et édicter une “formule” vraiment catholique ?

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

12 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires