Durant l’audience générale d’aujourd’hui, le pape actuel a rappelé les priorités de sa mission pastorale : « non » aux frontières, une Église pauvre, la lutte contre « l’intolérance idéologique ».

Dans son discours, El papa argentin s’est adressée à une Église qu’il voudrait « périphérique » et « en sortie », donc pauvre. « L’Église voit qui est en difficulté, ne ferme pas les yeux, elle sait regarder l’humanité en face pour créer des relations significatives, des ponts d’amitié et de solidarité à la place des barrières » a-t-il déclaré, en évoquant la vie d’Edith Stein, « une vie contre chaque forme d’intolérance et de perversion idéologique ». Au terme de cette audience, où il a parlé d’une « Église sans frontières, qui se sent mère de tous, qui sait prendre par la main et accompagner pour soulever, Jorge Maria Bergoglio a adressé « un salut affectueux pour les enfants réfugiés hôtes de la coopérative Auxilium », référence aux petits « migrants » clandestins hébergés par cette Coop proche de Rome

En somme, il expose là une mission temporelle et naturaliste plus que spirituelle et destinée à tourner les âmes vers Dieu. L’Église conciliaire se mue chaque jour davantage en une ONG humanitariste, et le pape François en un Georges Soros. Si leur langue maternelle est différente, leur langage est identique, un même combat mondialiste et destructeur des identités, qu’ils cachent sous les dehors d’un altruisme humanitariste, les anime tous deux.

Francesca de Villasmundo


Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

25 commentaires

  1. Etienne says:

    Chez nous, en patois, on dit des gens comme celui-là : bourreux de craks.
    Ce qui signifie bourreur de blagues, ou menteur.

  2. marco says:

    Laquais du satn ,profere du vice ,,meme pas capable de l apprendre ,,il a son antiseche a la main ,,,popu est vraiment taré congenitale pour ecouter les bouffons qui lisent du satanisme ecrit par un maitre occulte .

  3. JOHAN says:

    Je préfère encore Soros à ce personnage.
    Soros agit en conséquence avec ses idées. Tandis que l’homme de Rome trahit: il trahit la foi, il trahit l’Eglise, il trahit l’Occident…
    Bref , c’est l’administrateur de faillite de l’Eglise née du Concile.

    • Tout à fait. Certains veulent croire que Jean-Paul 1er (qui ne régna que 33 jours) était traditionnel. Rien n’est plus faux. Il avait choisi de prendre le nom de Jean-Paul en l’honneur de ses deux prédécesseurs. Son refus de porter la tiare symbole du pouvoir pontifical (comme si la tiare était un symbole d’orgueil !!!) au nom d’une fausse humilité était aussi révélatrice de son refus de la Tradition.

      • Ce message a été mal placé et était une réponse à “Et la tiare a été envoyée promener par Jean-Paul Ier ” ci-dessous

  4. Cadoudal says:

    Dingoglio

    ou le triomphe de la Révolution ” en chape et en tiare” voulue par la Maçonnerie.

    • JOHAN says:

      Et la tiare a été envoyée promener par Jean-Paul Ier qui a refusé le couronnement pourtant encore prévu par le cérémonial de Paul VI…

  5. Le clergé moderniste ne se soucie plus du Salut des âmes. On ne prêche plus sur les fins dernières, le jugement de Dieu, l’Enfer, le Purgatoire, le péché.
    C’est bien la religion maçonnique inaugurée par Vatican II (liberté religieuse, collégialité, œcuménisme) et continuée par les épouvantables papes conciliaires (c’est le sinistre cardinal Benelli qui parlait d’église conciliaire comme si l’Eglise catholique avait été abolie).

    • Soupape says:

      Oui, mais, par ailleurs, la religion catholique
      était enseignée de façon infantilisante !

      Le clergé ne se souciait pas d’amener à comprendre le Dessein de Dieu,
      et d’en découvrir le sens religieux d’ensemble.

      La clergé parlait comme les Lévites,
      qui “cachaient la clef, et empêchaient de comprendre”.

      Il ne voyait pas que le niveau d’instruction s’étant élevé,
      les fidèles devaient recevoir un enseignement de niveau plus élevé.

      La religion était alors présentée
      comme une affaire de Père fouettard, venu uniquement pour punir,
      et la PEUR des châtiments … devait inciter chacun à “faire son salut” …

      Personne ne montrait que le Péché avait des conséquences collectives,
      et que le Péché Originel était une évidence …

      Personne ne montrait que l’Enfer était une nécessité,
      car Dieu se devait de détruire le Mal,
      si bien que sa miséricorde ne pouvait pas être éternelle.

      Personne n’apprenait à lire les Evangiles et les Ecritures.

      C’est pourquoi beaucoup ont envoyé balader cette caricature,
      laquelle a aussi fait le lit du modernisme :

      car faute de connaître et faire connaître les bonnes explications,

      et faute aussi de savoir prier et demander à Dieu des biens spirituels,

      une partie du clergé et des fidèles se sont mis
      à rejeter ce qu’ils ne comprenaient pas,
      et à se fabriquer ainsi … une religion “à la carte” …

      Au total, l’infiltration des fronc massânes
      n’est pas la seule cause du modernisme …

      • Johan says:

        Vous avez raison.
        Quand nos curés nous racontaient des idioties lors des sermons après le Concile, personne n’avait assez d’instruction pour se lever et les contrer.
        Pourtant:

        Trois papes 3 ont insisté sur l’instruction religieuse des fidèles. L’un d’eux, Saint-Pie X, a rédigé une encyclique sur le sujet.
        Le premier, le pape Léon XIII, dans son encyclique Sapientiae Christianae, exhortait les fidèles à l’étude de la doctrine catholique, mais surtout, les mettait sur pied d’égalité avec le clergé quant à la responsabilité de la préservation de l’intégrité de la foi:
         « Nous jugeons très utile et très conforme aux besoins de nos temps, que CHACUN, dans la mesure de ses moyens et de son intelligence, fasse de la doctrine chrétienne UNE ETUDE APPROFONDIE et s’efforce d’arriver à une connaissance aussi parfaite que possible des vérités religieuses accessibles à la raison humaine.
        Ce ne sont pas seulement les prélats qui doivent veiller à l’intégrité de la foi, mais, comme le dit saint Thomas: ” Chacun est tenu de manifester publiquement sa foi, soit pour instruire et encourager les autres fidèles, soit pour repousser les attaques des adversaires. »
        Tout soldat qui prétend se défendre a besoin d’armes. Sans elles, son uniforme et sa vaillance ne servent à rien face à l’ennemi.
        En 1937, le pape Pie XI faisait un constat inquiétant dans lequel il ne faisait pas non plus la différence entre le clergé et les fidèles quant au manque de souci de se perfectionner dans l’étude de la doctrine :
        3 Il y en a sans doute d’autres.
        3
         « Un trop grand nombre n’ont pas le souci de perfectionner leurs connaissances religieuses, d’acquérir des convictions plus intimes et plus profondes; ils s’appliquent encore moins à vivre de telle sorte qu’à l’apparence extérieure corresponde vraiment la beauté intérieure d’une conscience droite et pure, comprenant et accomplissant tous ses devoirs sous le regard de Dieu. Cette religion de façade, vaine et trompeuse apparence, déplaît souverainement au Divin Sauveur, car Il veut que tous adorent le Père ” en esprit et en vérité “. Celui qui ne vit pas véritablement et sincèrement la foi qu’il professe ne saurait résister longtemps au vent de persécution et à la tempête violente qui souffle aujourd’hui; il sera misérablement emporté par le nouveau déluge qui menace le monde, et, tout en se perdant lui-même, il fera du nom chrétien un objet de dérision. » 4

        • Soupape says:

          A Johan. Merci de votre message.

          J’ignorais les textes que vous avez cités.

          Concernant celui de Pie XI en 1937,
          pouvez vous retrouver la référence ?

          Sans aller jusqu’à mettre les fidèles sur le même pied que le clergé,
          (qui était censé avoir fait des études spécialisées pour cela),
          il aurait été (et il est) toutefois nécessaire de prêcher de telle façon
          que le niveau moyen de compréhension de la Foi s’élève,
          de façon à nous permettre de découvrir et de saisir
          l’unité et la logique du Dessein de Dieu.

          En effet, lorsqu’on demande à Dieu
          de nous faire comprendre Ses Paroles
          (car l’intelligence des choses divines vient d’abord de LUI,
          et non de nos cervelles engourdies),
          Dieu s’empresse de chercher à nous exaucer,

          même s’IL ne peut pas toujours tout nous expliquer immédiatement,
          soit parce que nous ne pourrions pas le porter dans notre état actuel
          (comme le dit Jésus dans Jn , 16, 12),

          soit parce qu’IL doit nous préparer,
          en nous faisant parvenir auparavant … des explications préalables,
          ce qui demande … un certain temps !!!

          Ce qui manque surtout, c’est le contact spontané avec Dieu.

          La Prière c’est quand on Lui parle comme ça vient,
          sans se croire obligé de lui réciter, à heures fixes,
          des formules de politesse …

          Il ne faut dire le Notre Père que lorsqu’on l’a compris.
          Dieu n’a nul besoin qu’on lui débite
          des phrases qu’on ne comprend pas,
          ou qu’on ne comprend pas vraiment …

          Bref il faut cesser ces attitudes infantilisantes et bondieusardes.
          Dieu aime les gens qui s’affirment devant Lui,
          et qui lui parlent en Face.

          Exemple : quand les Apôtres ne Le comprenaient pas,
          ils Lui demandaient des explications.

          La Vie de Prière comme par là.
          Sinon c’est une corvée, et un simulacre !

          • Soupape says:

            Correction : la Vie de Prière commence par là.

          • JOHAN says:

            Voici la référence:

            Pie XI, Lettre encyclique Divini Redemptoris du 19 mars 1937.

            Pour Saint Pie X, c’est Acerbo Nimis.

            Mes parents, né à la fin des années 1920 connaissaient les principales vérités de la foi mais sans plus.
            C’est grâce à l’ignorance des fidèles au sujet des grandes encycliques, de la liturgie, etc. que curés et évêques ont pu si facilement démolir l’édifice.

            Ceci n’a rien à voir mais j’ai travaillé là-dessus et ça me bouleverse: Jean XXIII de 1958 a pris le nom d’un vrai pape, considéré comme pape légitime pendant 500 ans et qu’un obscur gratte-papier du Vatican a placé, en 1947, sans explication, dans la liste des anti-papes. Jean XXIII 1er a toujours son portrait à St-Paul hors les murs. Etrange affaire car Roncalli évoquait déjà le nom qu’il allait prendre avant le décès de Pie XII…

            • Soupape says:

              A Johan,

              Hé bien, merci de vos références. Je vais les utiliser.
              Je ne pensais pas être renseigné aussi rapidement.

              Sans les encycliques, pas d’information sur les fronc-massânes.

              Voilà pourquoi les fripouilles ont été … bien tranquilles …
              pour faire le sale boulot … sans bruit …

              En effet, on ne parlait que des marxistes,
              et vaguement de la doctrine “sociale” de l’Eglise,
              mais on ne disait rien sur les .°.faux-frères.°.

              Or le domaine “social” … était la chasse gardée des .°.
              Sans ce mot, les massânes ne pouvaient plus imposer leur “progrès”

              Merci aussi de votre complément.

              Mais je n’ai jamais entendu parler,
              de l’incroyable supercherie que vous décrivez.

              Nous avons noué un bon contact.
              Nous pourrons nous reparler avec fruit.

              Bien à vous.

              • JOHAN says:

                Bonjour,

                Oui, j’ai fait quelques recherches au sujet de Jean XXIII bis. C’est stupéfiant. Je pourrais vous les communiquer mais je ne sais pas si on peut donner les adresses mail sur ce forum.
                Comment faire ? Je m’adresse à médiapresseinfo.

      • Je n’ai pas connu la période d’avant le concile mais je suis surpris de lire que « la religion catholique était enseignée de façon infantilisante ». Bien sûr tous les prêtres n’étaient pas des curés d’Ars ou des Saint Louis Marie Grignion de Montfort mais il y avait de très bons et saints prêtres qui enseignaient bien la religion catholique. Oui il faut craindre le jugement de Dieu et éviter l’Enfer.
        Rien à voir avec la prédication naturaliste et maçonnique des modernistes sur les droits de l’homme, la justice sociale et qui passe sous silence les vérités surnaturelles. Ce n’est plus la doctrine de l’Eglise.

        • Soupape says:

          A TD

          Hé oui ! Dans mon jeune temps,

          on s’inventait des péchés,
          pour avoir quelque chose à dire,
          quand on était obligé de sortir de la classe,
          au vu et au su de nos maîtres,
          pour aller à confesse, à la chapelle de l’établissement
          située … 20 mètres plus loin !

          Prier était une corvée :
          Exemple : “Que votre règne arrive”
          Comment voulez vous qu’un gosse comprenne cette demande ?

          Alors qu’aujourd’hui,
          la Décadence nous fait crier : “Adveniat Regnum Tuum !”
          tant nous souhaitons … être délivrés de la décadence ! …

          Bien entendu, nous avons des âmes,
          Mais aussi, puisque beaucoup ne se sont pas confessés depuis 50 ans,
          un grand nombre de péchés restent non pardonnés,
          et il y a donc … un gros retard à rattraper …

          De plus, comme je l’ai déjà écrit dans ces colonnes,
          les “droits de l’homme” et les “jeuzolinpics”,
          ne sont pas la version “athée” de la religion catholique …

          d’abord et surtout parce que l’homme est Pécheur,

          si bien que “Liberté, Egalité, Fraternité” deviennent, en pratique :
          “Laxisme, Egalitarisme, Collectivisme”
          ou pire encore : “Tyrannie, Domination, Management”.
          sans parler des fameux : “entretiens d’évaluation” !!!

          • alexderome says:

            A soupape,
            Je ne me suis pas confessé depuis 40 ans mais quand j’ai voulu le faire, le prêtre m’a dit que je ne pouvais pas car j’étais marié avec une hérétique protestante et que mon mariage n’était pas reconnu. Donc j’attends mes derniers jours car je ne veux pas me séparer de ma femme.

            • Soupape says:

              Cher AlexdeRome,

              1 – Je ne peux rien vous dire de certain,
              car, d’abord, je ne suis pas ordonné.

              Ensuite, je ne suis pas canoniste.

              Enfin, il faudrait entrer dans des détails
              qu’il me parait préférable de ne pas exposer sur MPI.

              2 – L’examen de votre cas particulier
              pourrait toutefois justifier une 2ème tentative de confession,
              car, a priori,
              le Sacrement de Pénitence est distinct du Sacrement du Mariage.

              3 – Selon moi, le Sacrement de Mariage
              est aussi exigeant que celui de l’Ordre,

              en ce sens que chacun des époux
              s’engage à se consacrer définitivement à l’autre
              et à aimer l’autre de la part de Dieu,
              au delà, bien sûr, des ressentis humains …

              C’est pourquoi il est toujours préférable
              que les deux époux aient la même religion,
              avec le même niveau de Vie spirituelle,
              et le même niveau d’engagement, au delà des ressentis.

              Sinon l’un des époux peut se trouver frustré
              de ne pas trouver chez l’autre
              le même niveau d’engagement
              que celui qu’il a accepté lui-même d’observer pour l’autre.

              On reste mari et femme, comme on reste père et mère.

              4 – Ceci dit, avec le temps,
              l’un des époux peut ressentir le désir de revenir vers Dieu
              et il devrait alors pouvoir se confesser,
              surtout s’il a envie de conserver son conjoint.

              Je ne peux pas aller au delà,
              car je risquerai de vous dire des bêtises,
              et peut-être en ai-je déjà dites.

              5 – Comme dans tous les cas … où on ne sait pas comment faire,
              confiez votre problème au Dieu des Apôtres de Jésus-Christ,
              qui lui-même priait son Père.

              IL vous répondra.

              Peut-être provoquera-t-IL des évolutions chez votre conjoint,
              et peut-être serez vous la cause, directe ou indirecte,
              de son évolution, ou de sa conversion sincère au catholicisme,
              comme suite à votre retour à Dieu …

              6 – Il faudrait arriver à faire voir à votre conjoint à quel point
              le protestantisme est souvent
              une religion par trop désincarnée,
              en ce sens que la Naissance Humano-Divine,
              et surtout
              hors les conséquences du Péché originel qu’il s’agit de vaincre,,
              l’envoi d’un Précurseur,
              puis la Prédication Incarnée,
              l’institution “géniale” de la Présence Réelle, avant de quitter la Terre,
              afin de pouvoir rester parmi nous !
              la lutte contre le Péché jusqu’au sang,
              la Résurrection des Corps,
              l’envoi et l’assistance de l’Esprit,
              nous montrent que Dieu a un intérêt constant pour l’Homme :

              Dieu a cherché, et cherche, à être le plus près possible de nous,
              afin de mieux pouvoir nous convaincre … et nous aider.

              La Vie terrestre et incarnée du Fils de Dieu
              n’est donc pas un épisode fugitif …
              une fantaisie de quelques années.

              De même les Saints en Paradis
              n’y sont pas “bien planqués”,
              mais continuent à intercéder pour les humains …

              7 – Une fois cela compris, il peut-être difficile de rester protestant …

              Mais ce qu’il faudra faire … vous sera indiqué par Dieu.

              Bien à vous.

              • Soupape says:

                Compléments :

                (au point 6 – )
                la naissance Humano Divine de Jésus,
                preuve que Dieu veut s’UNIR à l’Homme,
                est ignorée,
                au seul motif qu’elle serait invraisemblable et inconcevable,
                alors que RIEN n’est impossible à Dieu ! …

  6. anne11 says:

    Il est arrivé ce funeste 13 mars 2013 et a de suite introduit la “porte de la miséricorde”.
    On a pu voir les immenses bannières défigurer nos églises mais c’est surtout le symbole maçonnique de la porte qui m’a interpellée. L’amour de Dieu est partout, pas besoin d’un tel rituel…
    “Bâtisseurs de ponts” un autre symbole maçonnique capital dans leur “architecture”
    (il faut savoir que celui qui trahit le temple sera pendu sous un pont)
    Il y a aussi tous les bâtons étranges de ce pape, fourchu, férules, croix tordues au bout d’un pic.
    Le blanc est également signe de suprématie dans la FM.

    • Soupape says:

      1 – Oui, moi aussi j’avais remarqué … en son temps
      la date du 13.03.2013 … (2 + 1 = 3)

      Mais ce qui m’avait de suite alerté,
      était que le nouveau Pape … avait été élu trop vite …
      car personne ne me paraissait capable …
      de remplacer Benoît XVI …

      Si bien que, lorsque les cloches ont sonné,
      j’ai tout de suite été inquiet.

      2 – Certains n’aiment pas Benoît XVI,
      ou lui reprochent d’être un affreux moderniste.

      Il est vrai qu’à l’époque, je n’en connaissais
      que ce que la presse non spécialisée en disait.

      Mais il passait pour conservateur, et cela me convenait.

      3 – Aujourd’hui, j’ai lu les 3 tomes de son “Jésus de Nazareth”,
      J’ai aussi lu ses “Dernières conversations”, en tant que Pape émérite.

      J’en ai déduit qu’en 1946, au séminaire, Ratzinger avait subi,
      sans le savoir, et sans chercher à mal,
      des influences modernistes, dont il a en partie hérité,
      et qu’il a cru bon de faire valoir,
      surtout au moment de Vatican II, puisqu’il y était jeune conseiller.

      Pour autant, tant Ratzinger que Benoît XVI,
      n’a jamais été un moderniste de combat,
      comme l’actuel Dégringoglio.

      D’ailleurs, tout récemment, début Avril 2019,
      il est intervenu adroitement
      pour contrer Dégringoglio sans en avoir l’air ;

      Mais, une semaine plus tard, Notre Dame de Paris brûlait,
      et on s’est empressé de tout oublier !

      4 – Enfin, dans son “Jésus de Nazareth”
      où, suivant ses propres mots,
      Benoit XVI ne cherche pas à faire œuvre doctrinale,
      Benoit XVI m’a montré
      qu’il avait une authentique expérience spirituelle personnelle
      car il y a des phrases … qu’il n’aurait pas pu écrire sans cela.

      5 – Reste à définir ce qu’est un moderniste.

      Pour moi, est moderniste, celui qui rejette une partie de la FOI,
      au seul motif qu’il ne la comprend pas,
      et se permet d’y substituer … ses opinions personnelles.

      Exemple : l’Enfer n’existe pas, … parce que Dieu est Bon !

      Réponse : Jésus a parlé de l’Enfer, il en a même parlé en détail
      lorsqu’il relate la conversation du mauvais riche Lazare avec Abraham.

      La Salette a confirmé, Fatima aussi.

      Réponse plus profonde :
      Dieu ne peut pas tolérer éternellement
      que les Mauvais importunent les Bons, parce que c’est invivable.

      C’est pourquoi, il les séparera … comme le rapporte Matthieu.

      5 – C’est dans la Vie de Prière qu’il faut être “novateur” et direct.
      Vous pouvez et devez parler à Dieu en Esprit et en Vérité.
      Pas la peine de rien Lui cacher, il sait tout !

      Alors vous lui expliquez votre misère spirituelle,
      et vous lui demandez de vous en guérir.

      Si vous ne comprenez pas L’Evangile et les Ecritures,
      demandez lui de vous assister pendant vos lectures.

      Vous finirez par comprendre !
      Et vous recevrez ce qu’on appelle des “consolations”.
      C’est ce que j’ai fait. Et ça a marché !

      Tout n’est pas réglé pour autant,
      car plus on progresse vers Dieu, … plus il est exigeant !
      Mais enfin, on es dans la bonne voie,
      Et on sait que Dieu ne vous lâchera plus …

      • anne11 says:

        Oui, veillons à garder intact notre amour pour la Sainte Trinité!

  7. Cadoudal says:

    ” Le prosélytisme est une pompeuse absurdité, cela n’a aucun sens.”

    Dingoglio à Scalfieri sept 2013

    le catholicisme, il s’ en fout
    et il le dit