Après le retrait du réseau social Parler de Google PlayStore et de l’Apple Store sur les smartphones et sa suppression ultérieure par Amazon de son service d’hébergement Web, le PDG John Matze a déclaré à l’ animateur de Fox News Tucker Carlson qu’il craignait pour sa sécurité en raison «de personnes menaçant (sa) vie».

«C’est dégoûtant», a déclaré Matze à propos des menaces qu’il subit depuis quelques jours. «Je ne peux pas rentrer chez moi ce soir (…) Ce n’est pas seulement, vous savez, nos libertés civiles. Ils peuvent fermer une entreprise d’un demi-milliard de dollars du jour au lendemain.»

La popularité de l’application a explosé après que Twitter ait interdit le compte du président Donald Trump sur sa plateforme. Le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a célébré le remplacement de Parler de sa première place, conséquence du travail concerté des entreprises Big Tech pour supprimer l’application, dans un tweet qui a suscité la condamnation de la Twittersphere.

«Il est clair que Twitter efface les comptes conservateurs. C’est pourquoi le nombre de vos abonnés diminue. C’est la plus grande purge que nous ayons vue, et non la dernière.», a écrit Matt Walsh du Daily Wire.

Commentant le retrait de Parler de son App Store, Apple a affirmé que Parler autorisait «les menaces de violence et d’activités illégales» et «n’avait pas pris les mesures adéquates pour lutter contre la prolifération de ces menaces à la sécurité des personnes». Matze a noté sa surprise face au récent arrêt en disant à Carlson qu’il n’avait reçu aucune notification d’Apple, Google ou Amazon, qui a annulé son service de réseau social «sans aucun avertissement préalable».

“Nous n’avons pas reçu d’avis de Google; nous l’avons d’abord lu en ligne dans les journaux », a expliqué Matze. «C’est choquant. Et puis après avoir donné cet exemple, vous savez, nous recevons e-mails après e-mails. C’est presque comme si vous attendiez juste, qui sera le prochain à nous larguer». Il prévoit que «d’ici 24 heures, notre messagerie (de Parler) sera également fermée».

Matze a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de se résigner sans se battre : «Nous allons être de retour en ligne un jour. Et j’espère bientôt, dès que possible. Mais c’est un vrai défi. Nous devons construire notre propre infrastructure».

Commentant la difficulté de rétablir l’entreprise en ligne, Matze a noté que, sans la disponibilité de plates-formes Big Tech, la mise en œuvre d’une nouvelle infrastructure pourrait prendre un certain temps, expliquant que, lors des discussions avec les fournisseurs de serveurs, tous refusent d’héberger Parler.

Parler poursuit Amazon en justice. La plainte déclare qu’Amazon Web Services a mis fin au compte de Parler en raison d’hostilités politiques, a violé les lois antitrust et n’a pas rempli son obligation contractuelle de donner à Parler un préavis de résiliation de 30 jours.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille ce livre :

%d blogueurs aiment cette page :