“L’on a les héros que l’on peut”.

La République a décidé d’honorer Missak Manouchian et de le « panthéoniser. »

Les exploits du personnage méritent-ils cette consécration laïque ?

Manouchian, réfugié arménien, est un membre de l’appareil communiste international qui a agi pendant l’occupation allemande en France,  au temps du grand humaniste Staline, regretté par tous les démocrates.

Lorsque, en 1941, l’Allemagne nazie s’est retournée contre sa complice en agression, l’URSS, des consignes ont été donnés aux communistes de toute l’Europe afin de harceler les Allemands. Cependant ces attentats étaient à haut risque compte tenu de la réaction  allemande qui consistait à prendre et exécuter des otages dans les populations des pays occupés. La réplique machiavélique des staliniens a consisté à utiliser, pour perpétrer des attentats, des étrangers qui étaient sans attaches dans les territoires où ils agissaient.

C’est pourquoi Manouchian, à la tête d’une bande de Juifs et d’immigrés apatrides et communistes (membres des FTP-MOI : Francs-Tireurs et Partisans. Main d’Oeuvre Immigrée), a commis ou préparé plusieurs opérations meurtrières en France occupée. Arrêté, il a été fusillé le 21 février 1944, et lui-même et ses complices ont fait l’objet de la célèbre « affiche rouge » dans laquelle les Allemands dénonçaient l’immixtion étrangère sous couvert de résistance (affiche intitulée : « Des libérateurs ? La libération par l’armée du crime »).

Est-ce là les faits d’armes qui méritent la  panthéonisation ?

N’est-il pas un peu contradictoire que, alors que les médias se répandent en diatribes contre le mouvement Hamas, qu’ils qualifient de « terroriste » pour avoir commis des attentats en Israël, des gens qui ont commis d’autres attentats soient magnifiés et qualifiés de « résistants »par les mêmes médias ? Et que doivent penser les familles de « Français de souche » (comme disait François Hollande), otages des  Allemands exécutés  en riposte pour l’emploi de cette stratégie destructrice? L’on rappellera que, pour éviter les représailles, le général de Gaulle lui-même avait condamné les attentats individuels contre les membres de l’armée d’occupation.

Nous déplorons une fois de plus l’usage de nécropole des sans-Dieu, des sans-patrie et des révolutionnaires que des gouvernants de rencontre font remplir à la vénérable église de sainte Geneviève.

Les nationalistes non reniés ne peuvent s’associer en aucun cas à l’hommage rendu à Manouchian et ses pareils. Du point de vue l’idéal catholique et français, la forme de guerre subversive qu’ils ont menée est immorale. Par ailleurs des étrangers n’ont pas à se mêler des querelles de la Nation. On laissera donc la célébration du souvenir de Manouchian et de ses  FTP à Monsieur Macron et à ses compagnons de route, tout en estimant que les gens qui, par  démagogie, ont approuvé ou suivi ce genre de manifestation se sont déshonorés et ne sauraient en aucun cas mériter nos suffrages dans l’avenir.

François Marceron, le 24 février 2024

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Abonnez-vous à CARITAS !

Ça y est, le numéro 1 de la tout nouvelle revue Caritas est chez l’imprimeur et en prévente sur MCP.

Nous vous l’avions annoncé dans un précédent mailing : la naissance d’une toute nouvelle revue de qualité, Caritas, la revue du pays réel, et la parution prochaine de son premier numéro de 86 pages. Bonne nouvelle, : ce numéro 1 de Caritas qui consacre son dossier à la Lutte contre la haine anticatholique vient d’être envoyé à l’imprimerie et sera bientôt dans les librairies et les boites aux lettres des abonnés.

Militez,

En achetant le n°1 de CARITAS : Lutter contre la haine anticatholique

En s’abonnant à cette nouvelle revue : la revue CARITAS !