Le pape François a ouvert, hier 19 mars 2018 le pré-synode des jeunes. 300 d’entre eux venus des cinq continents sont arrivés à Rome pour préparer le synode d’octobre prochain qui réunira les évêques sur le thème Les jeunes, la foi et le discernement des vocations.

Lors du discours que le pontife argentin leur a adressé, toujours dans son style « curé latino-américain » plutôt démagogique, on apprend que parmi ces 300 jeunes pas tous « ne sont catholiques et chrétiens, ni même croyants » : « mais vous êtes certainement tous animés par le désir de donner le mieux de vous-mêmes. Je n’ai pas de doutes sur cela » a affirmé François.

Lors du concile Vatican II, la présence massive des protestants eut une influence considérable sur les grands décrets conciliaires, ce qui engendra une Église protestantisée, celle que Mgr Lefebvre dénomma « nouvelle Église », « Église conci­liaire » (Quelques réflexions à propos de la suspens a divinis, 29 juillet 1976), « fausse Église » « en rupture toujours plus profonde avec l’Église catholique » (Lettre à Mgr de Castro-Mayer, 4 décembre 1990).

50 ans plus tard, ce phénomène d’ouverture œcuménique aux autres religions, ouverture non dans un but de conversion des âmes à la vraie foi mais « d’unité dans la diversité », n’a fait que s’amplifier. Aujourd’hui ce ne sont plus uniquement des chrétiens protestants qui sont appelés à venir apporter leur contribution à un synode d’évêques présidé par le pape et centré sur la « vocation » des jeunes mais tout membre de la « grande famille humaine » ! Pour en revenir à ces jeunes de toute confession ou sans religion invités par le Vatican à façonner le futur synode des évêques, le pape François les a exhorté à « construire avec courage un monde meilleur », à « rajeunir le visage de l’Église ». « Vous tous, a déclaré le pape aux jeunes gens, vous pouvez collaborer à cette fécondité, que vous soyez chrétiens catholiques, ou d’autres religions ou non-croyants. Nous vous demandons de collaborer à cette fécondité, de donner la vie ». Qu’il n’y ait aucune ambiguïtés : il n’est vraiment pas question dans ces paroles du pape de la vie éternelle ni de la seule voie féconde pour conduire les jeunes au salut et à l’épanouissement personnel, le Christ

Ce de quoi on parle c’est de réussite matérielle et d’inclusion sociale. D‘ailleurs lorsqu’on lit les compte-rendus sur les réunions préalables à ce futur synode, c’est plutôt le rendez-vous d’une ONG vouée à l’assistanat social qui semble se préparer bien plus qu’une réflexion religieuse sur la « vocation » catholique des jeunes ou la « vocation » des jeunes catholiques.  Orientation reprise par le pape François qui, dans son laïus d’hier, a insisté particulièrement sur la place des jeunes dans la société civile, le chômage auquel ils sont confrontés et leur mal-être matériel qui les pousseraient assure-t-il à « s’enrôler dans Daesh »… Voilà pour El papa latino, si populaire parmi la caste de gauche et les anti-cléricaux, les préoccupations majeures auxquelles l’Église d’aujourd’hui doit faire face pour aider les nouvelles générations. La déchristianisation des âmes, les nouvelles mœurs arc-en-ciel, le nihilisme pratique, l’apostasie des nations et des peuples, tous sujets primordiaux, existentiels pourrait-on dire pour l’avenir de l’humanité et pour le bien-être spirituel et temporel des jeunes, ne font pas partie du programme synodal ! Le pape François, malgré ses envolées lyriques jeunolâtres, réduit cette pauvre jeunesse à une masse d’individus uniquement préoccupés « par leur salaire mensuel ». Triste vision bergoglienne, si matérialiste et naturaliste.

Ce pré-synode démontre magistralement que l’Église conciliaire devient l’auberge espagnole de toutes les religions dont aucune n’aurait le monopole de la vérité ni le vrai sens du bien commun : la « nouvelle religion » issue de Vatican II en rupture toujours plus profonde avec la foi catholique évolue vers un syncrétisme certain et un socialisme mondialiste…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A l’heure de la 3ème dose et de la 5ème vague de mensonge, nous vous recommandons le livre : Les vaccins en question

Les vaccins en question – avec une préface d’Alexandra Henrion-Caude

Le livre de la biologiste américaine Pamela ACKER « Les vaccins en question », ouvrage préfacé dans sa version française par la généticienne Alexandra HENRION-CAUDE, ancienne directrice de l’INSERM et spécialiste de l’ARNm, avec une postface du Docteur Roullet bien connu de nombreux poitevins .

Ce livre a le grand mérite d’aborder la biologie et la technique vaccinale mais avec l’éclairage de la morale, et la mise en perspective des conséquences secondaires réelles mais bien souvent ignorées. Les intérêts et les manipulations des grands groupes pharmaceutiques ne sont pas oubliés !

17 € seulement !

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :