Vraiment, le choix électoral « populiste » des Italiens ne plaît pas aux technocrates bruxellois !

En ces jours de haute tension entre l’Union européenne et Rome, les petites phrases assassines et méprisantes ont fleuri dans la bouche des tenants de la « conscience morale démocratique » qui n’aiment le peuple que quand il vote selon leurs diktats mondialistes.

C’est à nouveau au tour de Jean Claude Juncker, le président de la Commission européenne, de se déchaîner contre les Italiens. Durant une conférence à Bruxelles “New Pact for Europe“, monsieur Junker, le planqué bruxellois, s’est lâché de mal façon : « Les Italiens doivent travailler plus, être moins corrompus et cesser d’accuser l’Union européenne de tous les problèmes de l’Italie. » Il a continué en demandant aux Italiens « de cesser de regarder vers l’UE pour sauver les régions les plus pauvres du pays. Les Italiens doivent prendre soin des régions les plus pauvres de l’Italie. Cela signifie plus de travail, moins de corruption, du sérieux. »

Le bras de fer entre l’Italie et l’UE n’est pas fini…

Matteo Salvini, le futur ministre de l’Intérieur, lui a répondu :

« Les Italiens des paresseux ? Quelles paroles honteuses et racistes. Avec le prochain gouvernement, nous veillerons à faire respecter les droits et la dignité de 60 millions d’Italiens qui de l’Europe attendent de la collaboration et non des insultes. »

Le président du Parlement européen, l’Italien Antonio Tajani, a lui-aussi réagi durement à l’intervention de Juncker :

« Je demande au président de la Commission européenne Jean Claude Juncker de démentir immédiatement les phrases qui lui sont attribuées parce que si elles étaient vraies, elles seraient inacceptables. »

Ce qu’a immédiatement fait la Commission européenne, dont le président est pris en flagrant délit de mépris raciste !

« Les paroles attribuées au président Juncker sur l’Italie ont été rapportées en-dehors du contexte. Il se référait aux problèmes structurels des régions du Sud italien, où l’UE a fait beaucoup pour mobiliser les financements de l’UE, pour aider la croissance et les postes de travail. »

Ouf… Juncker l’anti-raciste n’est pas raciste envers les Italiens populistes !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :