Au siège des Nations Unies à Genève, se tenait ces jours derniers, une réunion dédiée au Global Compact sur les migrations. Mgr Ivan Jurkovic est intervenu en tant que représentant du Saint-Siège. Bien entendu, son intervention est en faveur d’une politique d’accueil inconditionnelle ainsi que le préconise le pape François. Il défend cette ligne en estimant que « le primat et la centralité de la personne humaine » ainsi que « les droits fondamentaux et inaliénables » de chaque personne doivent être au centre de toutes les décisions prises en matière d’immigration. Il va s’en dire que dans l’esprit de ces ecclésiastiques modernistes et progressistes tant en religion qu’en politique sociale ces notions de «primat” et de “centralité de la personne humaine» et ces fameux «droits fondamentaux et inaliénables” ne s’appliquent pas aux autochtones des pays concernés par ces immenses vagues migratoires qui les submergent.

Radio Vatican rapporte ainsi son intervention :

« Le Saint-Siège lance un appel pressant pour protéger la dignité des migrants et pour respecter « sans réserve » les principes humanitaires envers les plus vulnérables. Au cours d’une réunion dédiée au Global Compact sur les migrations, au siège des Nations Unies à Genève, Mgr Ivan Jurkovic, représentant du Saint-Siège, a souligné le primat et la centralité de la personne humaine dans chaque décision prise en matière d’immigration. Il a exhorté la communauté internationale à donner un exemple de solidarité, en dépassant « les divisions politiques et les barrières géographiques ».

La foi, comme seule bouée

Reprenant les paroles du Pape François, le diplomate a rappelé que « chaque migrant est une personne disposant de droits fondamentaux et inaliénables, lesquels doivent être respectés ». Mgr Jurkovic a rappelé que les voyages entrepris par les migrants comportent souvent des « expériences traumatisantes » qui peuvent être dépassées « seulement avec la foi et l’espérance ». Trop souvent aussi, a-t-il encore déploré, les migrants sont « exposés à l’exploitation, à des abus et à des violences ».

Aider les parents

Voilà pourquoi il incombe aux autorités de protéger ces migrants, a insisté Mgr Jurkovic, tout en précisant que cela ne suffisait pas. Tant que perdureront des « situations de pauvreté, de conflits et de persécutions, les intérêts des trafiquants continueront à prospérer », a-t-il affirmé. Et d’évoquer le cas des migrants mineurs, dont la situation « préoccupe vivement le Saint-Siège » ; Mgr Jurkovic a notamment cité l’exemple des enfants séparés de leurs parents, qui sont ensuite victimes d’abus et d’exploitation en tous genres. D’où l’exhortation du diplomate à toujours garantir aux parents, surtout migrants, la possibilité de faire grandir leurs propres enfants et de les éduquer. »

Le Saint-Siège, sous couvert de protéger des principes  humanitaristes absolus et abstraits et un pseudo-droit fondamental des migrants à s’installer où ils veulent, bénit indéniablement la ligne immigrationniste et mondialiste de l’ONU : ces migrations colossales, universelles, apocalyptiques, du sud vers le nord, sont un véritable cheval de Troie au sein des nations pour imposer un monde sans frontières constitué d’une humanité apatride, nomade, déracinée, chaotique, sans foi ni la loi, mais soumise à une internationale financière.

Les intérêts des nations européennes et de leur population, leur survie identitaire et nationale, sont des points de détail pour lesquels ces philanthropes immigrophiles n’ont que dédain et mépris.

Francesca de Villasmundo

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :