“Nous devons absolument nous unir pour réinventer le monde”, a déclaré Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies, qui appelle à un niveau de gouvernance «multilatéral» pour «fonctionner comme un instrument de gouvernance mondiale».

“Le problème est que le multilatéralisme actuel manque d’échelle, d’ambition et de mordant”, a déclaré Guterres lors d’une conférence de presse jeudi sur le lancement de la “réponse globale de l’ONU au COVID-19”.

“Et certains des instruments qui ont des dents, montrent peu ou pas d’appétit à mordre, comme cela a été le cas récemment avec les difficultés rencontrées par le Conseil de sécurité.”, s’est plaint le secrétaire général de l’ONU.

Dans le monde interdépendant d’aujourd’hui, “les intérêts nationaux ne sont pas facilement séparés du bien mondial”, a affirmé le perfide António Guterres, ajoutant que les bouleversements économiques et sociaux causés par la pandémie de coronavirus «ont mis à nu des inégalités graves et systémiques» à travers le monde, et ont souligné sa fragilité face à la «crise climatique», la menace d’une guerre nucléaire et «l’anarchie dans le cyberespace».

Face à de tels problèmes, “les dirigeants mondiaux doivent être humbles et reconnaître l’importance vitale de l’unité et de la solidarité”, en déduit-il avant de se lancer dans un plaidoyer pour la mise en place d’un gouvernement mondial.

“Nous devons repenser la manière dont les nations coopèrent.” “Nous avons besoin d’un multilatéralisme en réseau, réunissant le système des Nations Unies, les organisations régionales, les institutions financières internationales et autres”, a-t-il déclaré. «Et nous avons besoin d’un multilatéralisme efficace qui puisse fonctionner comme un instrument de gouvernance mondiale là où il est nécessaire.»

Il a réitéré le même message lors d’une conférence de presse virtuelle le 26 juin pour marquer le 75e anniversaire de l’adoption de la Charte des Nations Unies à San Francisco. Pour imiter ceux qui ont saisi la Charte comme l’occasion de «planter quelque chose de nouveau» après la dépression et les guerres mondiales, le multilatéralisme doit changer, a-t-il dit.

«La société civile, les villes, le secteur privé et les jeunes sont des voix essentielles pour façonner le monde que nous voulons.» Des petites phrases de Guterres que George Soros applique à la lettre en ce moment en façonnant sa révolution mondialiste.

Guterres a énoncé dans sa conférence virtuelle d’autres problèmes qui nécessiterait cette gouvernance mondiale : la méfiance généralisée et croissante à l’égard des gouvernements nationaux, les “inégalités, discrimination, corruption et manque d’opportunités partout dans le monde – des griefs qui doivent encore être traités, y compris avec un renouvellement de contrat social.”

Il y a aussi la possibilité d’une autre pandémie de «un nouveau virus transmis aussi facilement que COVID-19 mais aussi mortel qu’Ebola», a-t-il ensuite prévenu.

Et il y a «le fléau de la désinformation» à combattre”, a-t-il ajouté pour prévenir que la gouvernance mondiale doit aussi signifier le règne d’une pensée unique considérant toute analyse discordante comme une “fake news” interdite.

António Guterres a hâte de discuter de ces questions lors de l’assemblée générale annuelle des Nations Unies en septembre «dans le format nécessaire», a-t-il déclaré jeudi.

Ce n’est pas la première fois que le socialiste Guterres utilise la pandémie de coronavirus pour pousser à la «gouvernance mondiale».

Il a proposé en mars que 10% du PIB mondial soient placés dans un fonds administré au niveau international et un «plan de relance coordonné» pour répondre aux retombées économiques et sociales de la pandémie.

Si les pays acceptaient le plan, les Nations Unies ou une agence de coordination similaire recevraient l’équivalent d’environ 8,7 trillions de dollars US, un montant sans précédent qui serait 2 900 fois plus élevé que le budget annuel de l’ONU de 3 milliards de dollars US, ont commenté des spécialistes.

Le fonds international proposé par Guterres concorde parfaitement avec l’initiative «Great Reset» lancée par le Forum économique mondial, avec le prince Charles d’Angleterre et le Fonds monétaire international (FMI).

Guterres soutient pleinement «The Great Reset», dont les élites mondialistes discuteront en janvier 2021 à Davos avec des participants en ligne du monde entier.

Notons qu’António Guterres milite également pour un droit mondial à l’avortement dans le contexte de la pandémie de coronavirus.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 commentaires

  1. marco says:

    j ai reussi a lire trois lignes ,,,on connait la folie satanique de ces ordures ,,honnetement rien qu a voir sa gueule (c est le mot adequat pour ce bestio ,,)je zappe ,,,etre aussi pute du diable si pres de le rejoindre il faut etre monstrueux ,au tri selectif direct la gehenne ,,l incinerateur du monde futur ,,,

  2. Soupape says:

    Au fou ! … Lâchez les chiens !

  3. Karl VAN DER EYKEN says:

    À propos de l’idée originelle de la création de l’ONU
    Le martiniste Saint-Yves d’Alveydre (1842-1909) n’était ni un novateur, ni l’inventeur du gouvernement synarchique, mais uniquement un dépositaire et un vulgarisateur de doctrines rosicruciennes préexistantes. Saint-Yves a exposé dans « Mission des Souverains » son projet de la fondation d’un Conseil européen des églises nationales. Il annonçait donc déjà, il y a 130 ans, la création d’une « ONU », d’une UNESCO et d’un « Vatican II » selon la doctrine du Rose-Croix Comenius. Tout cela fait partie des étapes nécessaires à la réalisation du Noachisme mondial. Il dit de lui-même dans « Mission des Juifs » : « bien que je n’aie pas de sang juif dans les veines, je m’unis aux rangs des juifs […] je me tourne vers les savants talmudistes, vers les Cabalistes […] comme si j’étais l’un des leurs et que je possédais moi aussi la science transmise par la voix de Moïse lui-même. ». Que sont les Églises nationales ? Saint-Yves répond : « Par ce mot : Églises nationales, j’entends la totalité des corps enseignants de la nation sans distinction de corps, de sciences ni d’art, depuis les Universités laïques, les Académies, les Instituts et les écoles spéciales, jusqu’aux institutions de tous les cultes reconnus par la loi nationale, à la Maçonnerie dans son double aspect de culte et d’école humanitaire, aux sciences naturelles, à la géologie, à l’astronomie et aux sciences humaines, à l’anthropologie et à la théologie comparée, jusqu’aux sciences divines, de l’ontologie à la cosmogonie.
    Cette totalité des corps enseignants de chaque nation est ce qui s’appelle l’Église nationale et l’évêque national qui la consacrera dans sa patrie sera le primat catholique orthodoxe.
    Dans l’Archéomètre, il dit : « « Dans les collectivités régulièrement organisées […] il doit exister normalement quatre castes, susceptibles d’ailleurs de subdivisions plus ou moins nombreuses correspondant aux quatre classes principales dans lesquelles se divise naturellement la société Synarchique… ».
    On retrouve cette « théorie », d’un féodalisme à rebours, plus tard chez Aldous Huxley, dans son Meilleur des Mondes. Quant à la « pratique » ou l’ “application”, son frère Julian fût le premier président de l’UNESCO…

  4. Emmanuel says:

    En lisant le début de votre commentaire, on se dit que ce Monsieur est un gentil taré. À la fin, quand on voit la position de ces gens là et de leurs proches, il y a de quoi se glacer les veines…

  5. ils osent tout ! le bon côté, c’est que les “complotistes” vont gagner leurs galons de prévisionnistes politiques.

  6. Guillaume says:

    Les cons ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît..
    ( Michel Audiard )

  7. Cadoudal says:

    le vrai mondialisme : les peuples unis dans la chrétienté , sous l ‘autorité doctrinale d’un vrai Pape ,
    et chacun gouverné par des hommes de valeur.

    le rêve dans le cauchemar talmudique de la société moderne.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.