Le sort d’Asia Bibi, la jeune mère de famille pakistanaise et chrétienne se complique et s’obscurcit. Emprisonnée depuis 6 ans au Pakistan pour blasphème envers l’Islam,  condamnée à mort en première instance, décision qui sera confirmée en appel, elle est en attente d’un verdict définitif devant la Cour Suprême.

Lors de son procès, elle avait obtenu le soutien du gouverneur du Pendjab Salman Taseer, qui sera alors assassiné le 4 janvier 2011 par son propre garde du corps.  Condamné à mort, son assassin, Mumtaz Qadri, a été exécutéle 29 février dernier. Et est devenu un héros et un martyr pour les groupes islamistes pakistanais.

La haine et la vengeance envers Asia Bibi a décuplé au sein de ces groupes qui ont décidé, selon les rapports des services secrets pakistanais, de tuer la jeune chrétienne. Les autorités policières ont signalé ces risques accrus envers sa sécurité et ont renforcé la surveillance de la cellule de la condamnée.

Certains leaders religieux ont demandé la vie d’Asia Bibi et, rapporte le Vatican Insider,  selon une source policière citée par les médias pakistanais, la tête de la jeune femme aurait été mise à prix  pour une importante somme d’argent : 50 millions de roupies, soit environ 470 mille dollars.

Asia Bibi ainsi que ses familiers courent donc aujourd’hui un danger encore plus grave que par le passé. De nouvelles mesures de sécurité très restrictives ont été mise en place : seul son mari a le droit de la rencontrer dans sa cellule, elle doit cuisiner ses propres repas pour prévenir des empoisonnements. Les gardes responsables de sa sécurité ont été soigneusement contrôlés et sélectionnés pour garantir leur fidélité à l’État pakistanais. 

Dans sa cellule d’isolement, où elle se morfond dans l’attente d’un verdict qu’elle espère clément, condamnée à mort injustement grâce à la loi anti-blasphème qui permet aux islamistes de traîner devant les tribunaux bien des chrétiens, Asia Bibi vit un véritable martyr parce qu’elle est catholique dans un pays musulman.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

18 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :