Une brève histoire du temps n°2 : le temps est supérieur à l’espace

Le Pape François est doté d’une solide formation philosophique et théologique nous dit Benoit XVI dans une lettre au contenu et à la destinée compliqués. Ah bon !

Le même pape, pas le second mais le premier, nous dit, en autre philosophie, que le temps est supérieur à l’espace. Ah bon !

Je ne suis pas philosophe mais il me semble qu’il existe un espace sans temps que l’on appelle éternité ; que le temps se meut, si j’ose dire, dans un espace qui le présuppose ; qu’il est plus ou moins long, qu’il s’étire entre un infini grand et un infiniment petit et donc qu’il est contenu dans un contenant.

Sauf à dire que le contenu est supérieur au contenant, l’effet devient ainsi supérieur à la cause, la créature supérieure au Créateur ou le fini supérieur à l’infini.

Le Pape Bergoglio a-t-il le temps de s’interroger sur l’Infiniment Grand de Dieu ?

Cincinnatus

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

19 commentaires

  1. Bravo, Cincinnatus, l’Eternité est primordiale. Mais comme la “science” positiviste est incapable d’en accepter la réalité , elle se fourvoie en hypothèses stupides.

  2. pamino says:

    « Je ne suis pas philosophe ». Ah, bon ?

  3. Onclin says:

    « Il me semble qu’il existe un espace sans temps que l’on appelle éternité » si l’espace et le temps sont un « besoin » d’existence de ce monde présent, nous savons que dans le Royaume du Dieu Trinitaire il n’y a plus de « besoin » en tout c’est certain. C’est donc un Royaume défini comme une absence de besoin total, puisqu’il y a « plénitude » en Dieu donc comme vous dites c’est « l’éternité ». Peut-on alors lier « éternité » avec « l’espace et le temps », attendu que Dieu est hors du temps? Sachant que Dieu ne peut que se conjuguer au « présent » et « jamais » à « l’imparfait ou au passé simple ni au futur »

    « Que le contenu est supérieur au contenant, l’effet devient ainsi supérieur à la cause, la créature supérieure au Créateur ou le fini supérieur à l’infini. » Ici votre conséquence sur l’interprétation de la parole de ce pape me porte à une interprétation différente ce n’est plus le principe « cause à effet », mais bien le principe très cher au moderniste « d’immanence vitale » caractère d’avoir son principe en soi-même, il le constitue de manière interne, il est sa propre cause. Donc il s’auto construit depuis le début. L’application de ce principe dans les paroles de ce pape c’est le « temps » qui représente « l’immanence vitale » le « en soi-même » et son support est l’espace que le temps redéfini à sa sauce tout en étant inséparable de lui et le constituant de manière interne. Ceci est une hérésie totale, car je rappelle que Dieu est hors du temps et pour ce pape ce qui n’est pas le temps « n’est pas » et par conséquent tout ce qui est hors du temps à savoir Dieu, en fait il rejette Dieu puisqu’il est hors du temps. Tout ce qui n’est pas temps n’est pas pour lui.

    • Geneviève says:

      Vous nous démontrez que ce pape est un parfait gnostique, puisque tout est immanent !

      • Onclin says:

        Pour moi j’irais même plus loin c’est un gnostique « agnostique » (ou nouvelle génération), car il a liquéfié le dualisme « gnostique » par la loi de gradualité en une expression multiforme de conscience légalement autorisée, non par fusion des principes dualistes, mais par exclusion des principes dits « idéaux ». Il n’y a ni bien ni mal la conscience devient donc maintenant par lui inconsciente elle devient donc elle-même « naturelle » et « vérité » libre de tout ce qui n’existe pas c’est-à-dire le péché. On comprend la disparition des confessionnaux dans les églises, l’émergence des théologies à la Rahner, Congar, John Courtney Murray, « Amoris laetitia » etc.
        En résumé : Pour moi le pape François dans son expression « le temps est plus grand que l’espace » il devrait ajouter se résout dans la vie, car la « vie » est « naturelle », elle est donc sans Dieu, car elle est elle même principe sans plus et l’auteur de « Laudato si » est son prophète « naturel ».

  4. Soupape says:

    Je n’aime pas la philosophie … c’est l’antichambre des Chimères … puis des Mensonges ! …

    C’est toujours un concentré de balivernes …
    qui ne sont jamais démontrées … et ne peuvent jamais l’être complètement …
    Elles sont seulement supposées … par autant de charlatans qu’il y a de philosophes …

    Je préfère largement la Révélation du Dieu des Apôtres de Jésus-Christ …
    Car ce Dieu là, ne cherche pas à Se démontrer,
    il cherche à nous convaincre … par ses Actes … et non par des raisonnements …

    De même, il nous demande certains Actes … et non pas des raisonnements …

    –> Parce qu’il nous aime Vraiment, … il Ose nous dire … d’où vient notre Mal … <–

    Même les philosophes chrétiens … sont obligés de déformer la doctrine de Dieu
    … au moins un peu …
    … pour l’adapter à leurs raisonnements … et essayer de la justifier … (croient-ils !)

    Le mouvement se prouve en marchant … et non en raisonnant …

    Le Seul à qui nous pouvons faire Confiance … est Celui qui a fait le Ciel et la Terre …
    ainsi que l’Homme …

    Les autres ne sont que des politiciens …

    • Soupape says:

      Le politicien … n’agit pas comme le Dieu des Apôtres de Jésus-Christ

      En effet, le politicien ne nous aime pas Vraiment …
      C’est pourquoi … il n’Ose PAS nous dire … d’où vient notre Mal ! …

      Le Mal ? Meuh non, voyons ! c’est une notion dépassée …
      tout le monde il est beau … et il est gentil …
      Ah oui ?

      Car le politicien se dit en lui-même :
      ” D’abord, en tant que politicien, … je dois penser à ma réélection.; ”
      ” donc, il ne faut pas parler de ce qui fâche ! ”
      ” et donc laïcité, laïcité, laïcité … pour tous … … et CHUUUT ! ”

      C’est pourquoi Jésus nous dit que le politicien n’aime PAS ses brebis,
      (même ses brebis électeurs !),
      et que c’est un MERCENAIRE, … qui ne vit que de nos impôts, …
      … et du soutien de la mafia des mercenaires : … les froc-massants

  5. Aube de la Force says:

    Ce pauvre pape tombe dans l’erreur que dénonçait Bergson: On spatialise le temps pour tenter de le comprendre. L’espace et le temps ne sont pas comparables.Mais même non philosophe, il aurait pu s’imprégner au moins de la pensée de Saint Augustin dans les Confessions: Le temps n’existe pas hors de l’esprit.
    Le temps n’a pas d’être réel. On ne le mesure qu’en percevant le moment où il s’écoule. Et cette perception, contrairement à l’idée première qui serait de le situer dans l’espace, s’opère au niveau du sujet humain. On s’aperçoit du coup de l’erreur à parler de trois temps. Pour le sujet humain, tous les temps sont au présent : il y a le présent du passé (praesens de praeterito), le présent du présent (praesens de praesentibus) et le présent de l’avenir (praesens de futuris). C’est l’esprit qui introduit la dimension du passé, du présent et de l’avenir. Le temps n’a donc pas d’être en lui-même, mais il n’existe que dans l’esprit (XI, 20, 26).

    L’éternité ne saurait s’évaluer ni par rapport au temps (comme éternel présent par exemple) ni par rapport à l’espace.
    Pour terminer,une citation bien connue dépourvue de sens mais amusante :”L’éternité c’est long, surtout vers la fin.”

    • Soupape says:

      Excusez-moi d’intervenir dans le débat.

      Car, aujourd’hui, les philosophes “scientifiques” vous diront
      que vous raisonnez avec des notions d’espace et de temps dites classiques.
      notions qui sont aujourd’hui largement dépassées …
      depuis plus de 100 ans, c’est à dire depuis Einstein, en 1905 …

      1 – Tout d’abord le temps ne peut être défini
      qu’à condition d’admettre qu’une même équation d’évolution
      décrit correctement tous les mouvements de tous les mécanismes soumis à des forces

      2 – Ensuite Einstein a dit que
      deux personnes qui se déplacent l’une par rapport à l’autre
      n’ont pas la même notion du temps, ni de l’espace …

      3 – Un peu plus tard, le même Einstein a dit
      que le temps dépendait aussi du champ de gravitation.

      Le temps ne s’écoule pas de la même façon sur votre pendule
      et sur celle de votre voisin du dessus.
      Votre voisin du dessus, étant plus éloigné que vous du centre de la Terre,
      l’attraction terrestre y est très légèrement plus faible que chez vous,
      et sa pendule marche un tout petit peu plus lentement de la vôtre …

      Si bien que loin de l’univers, en l’absence de forces de gravitation,
      votre pendule restera immobile ! …
      alors que, selon votre conception, votre temps intuitif continuera à s’écouler !

      Mais ce qui précède n’est certain qu’avec des pendules mécaniques.
      Avec des montres à quartz, je préfère ne rien dire sur ce qui se passerait.

      4 – J’arrête là ces considérations … pour ne pas vous décourager …

      Mais vous voyez que la méthode des philosophes …
      de même que celle des scientifiques
      sont chacune très vite limitées …

  6. RRoland says:

    Je me cite :

    “l’être est avide de Liberté (de mouvement) et d’Espace; sa contrainte … le Temps”

    Ce Temps revêt deux notions : l’universel et le psychobiologique.

    A chaque individu sa temporalité. D’où l’importance majeure de la Sainte Trinité.

    • Soupape says:

      @ A RRoland

      Votre première phrase est intéressante, mais la dernière me choque.

      Personnellement,
      je crois à la nature Trinitaire du Dieu des Apôtres de Jésus-Christ,

      à cause des propres Paroles du Christ rapportées dans les Evangiles,
      et aussi à cause des conclusions
      d’un grand nombre de bons esprits qui y ont déjà réfléchi
      dans les premiers siècles du christianisme,

      et non à cause de considérations compliquées … et fragiles …
      sur notre psycho-biologie,
      ou sur nos perceptions mentales du temps,
      dans lesquelles je ne vois d’ailleurs aucun rapport avec Dieu.

      La tournure d’esprit gnostique … n’a rien à voir avec la religion catholique.

      La religion catholique ne repose pas sur l’exercice solitaire de la raison pure,
      et de l’imagination,
      mais sur les Paroles prononcées par Dieu Lui-même,
      à Qui on demande les explications nécessaires pour les comprendre …

      La religion catholique ne peut pas s’inventer du dedans des Hommes :
      on ne peut que la recevoir de Dieu Lui-même …

      Si Dieu ne vient pas en Personne nous dire ce qu’Il est et ce qu’Il nous veut,
      ce n’est pas nous qui pouvons l’inventer,
      ou alors, si on l’invente, c’est grave ! …, et ça ne se soigne pas toujours …

      • Onclin says:

        “La religion catholique ne peut pas s’inventer du dedans des Hommes :
        on ne peut que la recevoir de Dieu Lui-même …

        Si Dieu ne vient pas en Personne nous dire ce qu’Il est et ce qu’Il nous veut,
        ce n’est pas nous qui pouvons l’inventer,
        ou alors, si on l’invente, c’est grave ! …, et ça ne se soigne pas toujours …”

        Tout a fait d’accord vous n’êtes vraiment pas un “moderniste” c’est ici flagrant!

        • Soupape says:

          @ A Onclin

          1 – Parce que vous étiez persuadé du contraire ? …
          Ouf ! … j’ai échappé à votre excommunication …

          2 – Je reste étonné
          du nombre élevé des commentaires sur “le temps et l’espace”.

          Je suppose que quelqu’un, a l’imagination fertile,
          a lancé une controverse là-dessus.

          3 – Mais le Dieu des Apôtres de Jésus-Christ
          est nécessairement inaccessible à la philosophie …

          Car, si c’était le cas,
          les philosophes n’avaient qu’à continuer leurs spéculations,
          et il aurait été inutile que le Fils de Dieu vienne s’Incarner jusqu’à en Mourir

          Réciproquement, Jésus a veillé
          à ne pas recruter ses Apôtres parmi les intellos du moment,
          parce que Dieu, qui connait son monde,
          n’avait pas envie … d’être emmerdé par les théologiens-philosophes,
          qui n’auraient pas manqué de transformer ses Paroles …
          en un nouveau système philosophique !

          4 – Dieu est venu pour nous communiquer la Vie Divine,
          c’est à dire nous faire participer à Sa Vie,
          de façon à ce que nous devenions “Paradisio-compatibles”.

          Si, à notre mort, nous sommes “Paradisio-compatibles”
          nous pouvons aller directement au Paradis ;
          sinon il faut passer un certain temps au Purgatoire pour finir d’être prêts,
          afin de pouvoir contempler Dieu en Face,
          sans être obligés de baisser la tête, de honte ;

          Autrement, il ne reste que l’Enfer …
          car, au Paradis, on ne va pas recommencer, comme sur la Terre,
          à s’emmerder avec les menteurs, les arnaqueurs, les voleurs,
          les assassins, les fornicateurs, les drogués, etc …

          5 – Bien noter que Dieu a beaucoup tenu à s’incarner
          C’est pourquoi, entre autres,
          il a utilisé la Vierge Marie, et a inventé l’Eucharistie.

          Il aurait pu apparaître d’un coup, tout fait,
          sous les apparences d’un homme de 33 ans, boum ! à la façon de Jupiter,
          en donnant ses ordres, et en disparaissant comme il était venu.
          Dans ce cas, il n’avait aucun besoin de nous accompagner avec l’Eucharistie,
          ni de faire des miracles pour guérir toutes infirmités, physiques ou morales.

          6 – C’est précisément ce qui nous sépare des protestants,
          et de leur Eternel abstrait, lointain, et quasi-déiste,

          Ayant inventé leur religion par une démarche d’intellos,
          les protestants n’ont pas vu que Dieu, étant source de tout Amour,
          s’est naturellement voulu proche des hommes … quasi physiquement.

          Nous devons donc, concevoir une pastorale spéciale pour les protestants,
          afin de leur expliquer notre Dieu Incarné.

          Mais nous n’avons que faire du cucuménisme,
          qui prétend réunir les religions
          par leur plus petit commun dénominateur,

          et où il suffirait de passer des “accords” entre chefs religieux,
          pour que leurs troupes s’en trouvent réunies …

          7 – Abolissons le cucuménisme, et il y aura des conversions !

          • Onclin says:

            3— « Mais le Dieu des Apôtres de Jésus-Christ 
est nécessairement inaccessible à la philosophie… Car, si c’était le cas,
les philosophes n’avaient qu’à continuer leurs spéculations, »
            En fait les théologiens sont retournés à la philosophie spéculative par le « modernisme » et ont inventé un nouveau J-C : « Le sentiment religieux, qui jaillit ainsi, par immanence vitale, des profondeurs de la subconscience, est le germe de toute religion, » « Et que l’on n’attende pas une exception en faveur de la religion catholique : elle est mise entièrement sur le pied des autres. Son berceau fut la conscience de Jésus-Christ, homme de nature exquise, comme il n’en fut ni n’en sera jamais ; elle est née là, non d’un autre principe que de l’immanence vitale. » (Pascendi) ainsi comme vous dites « d’être emmerdé par les théologiens-philosophes,
qui n’auraient pas manqué de transformer ses Paroles…
en un nouveau système philosophique ! » Vous tirez juste sur les modernistes, car c’est bien des théologiens-philosophes que sont les modernistes.
            « Si, à notre mort, nous sommes « Paradisio-compatibles »
nous pouvons aller directement au Paradis ; » Mais pour être « Paradisio-compatibles »
 il faut être « recommandé » absolument, on n’y entre que par recommandation à savoir J-C pas le moderne, mais l’Autre le vrai.
            « Il aurait pu apparaître d’un coup, tout fait,
sous les apparences d’un homme de 33 ans, boum ! à la façon de Jupiter, » là vous avez oublié Jean Baptiste voir Saint-Luc Chapitre 1 : « 80 Or l’enfant croissait et se fortifiait en esprit, et il demeura dans le désert jusqu’au jour de sa manifestation devant Israël. » Jean Baptiste est lui aussi apparu brutalement devant les Hébreux et on avait plus tendance à le prendre pour le Messie par cette brutale apparition que par un Homme dont tout était connu sur sa naissance à savoir Jésus-Christ.
            Pour l’Eucharistie donc vrai corps et sang du Christ et par la communion nous prouvent que notre corps charnel est en mesure d’être greffé à la substance Divine sans rejet pour autant d’avoir la grâce, sinon on mange et on boit notre propre jugement. Car la communion n’est rien d’autre que le mélange de la substance charnelle avec la substance Divine (Hostie), cela prouve aussi qu’il y aura résurrection de la chair puisqu’elle est déjà compatible dès maintenant avec la substance Divine, preuve en est la communion.
            Ma question est : que devient la substance Divine après l’avoir ingérée, que devient elle, car elle ne peut être évacuée par les moyens naturels étant Divine IMPOSSIBLE. Ou retourne t’elle, ou demeure t’elle après ? Car si Dieu à dit tu es poussière et tu retourneras en poussière peut se comprendre du corps charnel, il ne l’a jamais mentionné pour la substance Divine (Communion des espèces consacrées).

  7. Aube de la Force says:

    J’ai volontairement évité de parler de la relativité et de l’espace- temps. Ce qui est une théorie scientifique capable de rendre compte de phénomènes physiques à un certain niveau n’a rien à voir avec une approche philosophique ou religieuse. Le temps est alors devenu un concept opérationnel qui ne prend son sens que par rapport à des positions ou des mouvements dans l’espace. La mobilité ou l’immobilité d’un pendule n’aident aucunement à définir le temps en soi. D’ailleurs, chez Saint Augustin le temps n’existe que dans l’esprit et c’est probablement valable pour le cas de l’esprit d’Einstein, (pardon, de Poincaré). Il peut donc sembler inutile de demander “ce qui se passerait si…” car la notion de passage suppose une définition objective, non relative du temps.
    Si vous êtes catholique, vous devez comprendre cette phrase de Sainte Thérèse: ” Quand il (Notre- Seigneur) dit “aujourd’hui”, c’est, ce me semble, pour signifier un jour, c’est-à dire la durée du monde; car le monde ne dure vraiment qu’un jour”.

    • Soupape says:

      @ à Aube de la Force

      Oui mais, c’est Dieu qui a créé le Monde,
      et donc la relativité, découverte par Einstein, si tant est que sa théorie soit l’ultime vérité.

      D’ailleurs j’ai volontairement simplifié Einstein, pour ne pas allonger ce commentaire.

      Quand à Sainte Thérèse, je ne suis pas à son niveau d’expérience mystique.
      Vous comprendrez donc … que je ne puisse comprendre son propos …
      D’ailleurs, dans le passage que vous citez, Sainte Thérèse se montre très prudente …

      Ce qui ne m’empêche pas d’être catholique … et même d’avoir une Vie de prière …

  8. François Gineste says:

    Le recours à l’hébreu montre qu’espace et temps sont nommés par le même mot “olam” (grec “éon”, latin “saeculum”).

  9. Pierre MARY de Montamat says:

    Excusez-moi, mais j’ai du mal dans toute cette confusion. Je ne connais pas le texte de François dont cette phrase est tirée. Mais il est certain que cette phrase illustre bien l’influence de la modernité dans la pensée de François. Sans aller sur cette seule phrase jusqu’à l’immanentisme, attribution purement inventive.

    En effet, c’est Kant qui a inventé le binôme ‘espace-temps’ comme ‘formes a priori de la sensibilité’. Dans la ligne du rationalisme et pour forger son idéalisme transcendental dont ce binôme est la base épistémologique ; il commence la ‘Critique de la Raison Pure’ par cette étude. Donc, par santé mentale, on va oublier ce binôme si on veut rentrer en philosophie. La philosophie moderne (depuis Occam) parle de notions réelles, mais les tient pour du pur artifice de notre esprit et les relie dans des ‘théories’ purement artificielles elles aussi.

    Avant, chez Aristote, le temps est la ‘mesure du mouvement’ et l’espace (le concept) n’existe pas, seuls existent le ‘lieu’ (topos, l’endroit) et le ‘cosmos’ (l’ordre des choses naturelles et artificielles). C’est un peu ‘rudimentaire’, par rapport aux élucubrations ci-dessus, mais c’est de la philosophie de la nature… Et st Thomas accueille sans difficulté cette philosophie qu’il intègre sans peine à la notion de Création.
    Quant à l’éternité, elle n’a rien à voir avec le lieu et le temps, qui appartiennent tous les deux au créé, à la réalité naturelle, mais on y accède en métaphysique à propos de Dieu: ‘Etre immobile’ ou ‘Acte parfait (pur)’ en lui-même. D’où, l’insertion du créé dans le divin est un grand mystère sur lequel la philosophie ne nous dit rien de plus, de même qu’elle ne nous dit rien de l’Incarnation. La ‘vie éternelle’ est incompréhensible à l’esprit humain, c’est la ‘folie’ des disciples du Christ. Saint Thomas développe partout l’idée de perfectionnement de chaque chose créée, et spécialement de notre nature humaine, comme moyen pour atteindre Dieu et lui ressembler. C’est le gouvernement de la Providence.

    La théologie va nous développer, en partant de la Trinité, Son éternité bienheureuse, objet de notre contemplation. Pour nous, le don parfait est la ‘vie éternelle’ qui commence dès ici-bas, petite graine destinée à grandir jusqu’à atteindre sa perfection dans le ‘passage au-dessus’ (Pâques: Pascha nostrum…). C’est la rupture définitive et mystérieuse avec le créé. Et qui est destinée à se vivre in fine comme notre participation pleine et entière à la vie de Dieu dans Son Amour par la Vision béatifique ; l’Union parfaite à Sa Vie propre. Quel mystère!!! L’éternité n’est pas un lieu, sinon dans certaines expression comme ‘se reposer dans le Cœur de Dieu’. C’est un anthropomorphisme largement admis, mais en le comprenant bien.

    Mais de grâce, oubliez un quelconque rapport entre l’éternité et ‘l’espace’/temps’, sinon de manière strictement négative. La ‘finitude’ et les imperfections du créé nous mènent aussi à Dieu. Mais, de grâce, oubliez les ‘théories’ scientifiques sur ces sujets; elles vous mèneront, c’est ce qui est admis aujourd’hui, à expliquer que le temps n’existe pas (sic), qu’étant entièrement relatif à ‘l’espace’, il n’y a que la matière qui existe.
    Pour reprendre: l’éternité est Plénitude d’Amour ; la vie bienheureuse, est notre finalité ultime.

  10. Excusez-moi, le sujet me semble traité un peu sommairement dans l’article.
    Je vais me laisser aller à donner mon sentiment. Cela va être un peu long; mais comment faire plus court ?
    Les notions d’espace et de temps sont inséparables, dans un monde physique, matériel.
    A l’échelle macroscopique, les relations qui les lient sont la vitesse de déplacement, l’accélération et cette dernière appliquée à une masse contenue dans un volume, définit une force et tout ce qui en découle au sens mécanique, la puissance et l’énergie potentielle ou développée.
    Le temps et l’espace, hors d’un corps physique n’ont, a priori, plus de réalité.
    Dieu et les anges sont de purs esprits. Pour Dieu, non créé, il n’y a qu’une situation : Tout et maintenant, toujours présent (Je Suis). Cela n’est pas le cas des anges, qui ont eu un début.
    C’est, nous l’imaginons l’état des âmes séparées de leur corps à l’occasion de la mort.
    Or les âmes du purgatoire, par exemple, y supportent un temps de purification. Cela signifie qu’il leur reste attaché une trace résiduelle de leur corps. Les âmes du purgatoire ne seraient donc pas de purs esprits, comme le sont les anges.
    Mais, après la résurrection des corps, la vie se resituera dans l’espace et le temps. La notion d’éternité y retrouvera toute sa dimension : une durée infinie, sans limite. La situation de l’homme y sera donc : un corps fini dans un temps qui s’écoulera sans fin.
    Dès lors, lequel, du temps ou de l’espace est-il premier ?
    Sans espace physique, il n’y a pas de déplacement, donc pas non plus de durée pour ce déplacement qui n’existe pas.
    Sans le temps, les déplacements sont impossibles car on n’a plus la succession de lieux consécutifs qui définissent un parcours qui n’existe donc plus.
    En définitive, le temps et l’espace reposent sur la définition d’un moment initial et d’un point de départ.
    C’est l’événement de la création du monde ou de l’individu dans le monde.
    Pour ce qui est du monde le moment de sa naissance, appelé big-bang, définit un espace initial de dimension nulle qui ensuite, passe à une dimension croissant avec le temps (expansion de l’univers).
    A partir de là, le temps définit l’espace et l’espace semble donc dépendre du temps. Ce qui semblerait découler de la définition traditionnelle de Dieu, l’Eternel. On le définit plus rarement comme l’Infiniment-Grand. On utilise plus volontiers l’expression de Tout-Puissant, ce qui nous ramène à la relation fondamentale entre l’espace et le temps qui nous est familière. Le pape se situe peut-être dans cette perspective.
    En fait, le temps et l’espace sont deux faces d’une seule et même réalité, le monde créé par l’incréé, l’éternel qui n’a ni début ni fin ; alors que les créatures éternelles auront eu un début et n’auront pas de fin.
    Après la fin du monde, qui ne sera que la fin de la création de l’humanité (et son jugement universel), le temps continuera à s’écouler sans fin et l’espace à s’étendre à l’infini. L’infini étant décrit comme le point qui recule au fur et à mesure que l’on s’en approche.
    La seule chose qui aura changé, c’est que dans ces nouveaux cieux et la nouvelle terre, il n’y aura plus de naissance de nouveaux hommes, plus de bébés, plus d’enfants (Il paraitrait que l’âge des humains serait invariant, figé dans la trentaine, quel que soit l’âge auquel la mort aurait eu lieu).
    C’est le point qui m’inquiète, que l’éternité se passe sans enfants et avec un nombre fini et immuable d’humains. A mon avis, ça ne devait pas être l’idée initiale de Dieu. C’est devenu ainsi par la volonté des créatures libres qui l’auront acculé à cette mutilation.
    Connaissant Dieu, créateur invétéré par l’effet d’un amour incoercible, cela ne me semble pas devoir être une situation définitive.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

1500 récoltés 33.500 € manquants

1500 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.500 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !