Emmanuel Garnier, directeur de recherche au CNRS, est par ailleurs professeur et chercheur invité aux universités de Cambridge, de Genève et au MIT.

Ce spécialiste de l’histoire des risques naturels s’interroge dans ce livre sur la pugnacité et la foi de cette poignée d’hommes des troupes de marine qui, durant près de cent ans, veilla « au salut de l’Empire » sur ces terres hostiles et mal connues du Sahel, où la notion même d’Etat relevait de la plus parfaite incongruité pour des populations locales adaptées depuis des siècles à leur milieu et jalouses de leur indépendance. Pourquoi tant d’énergie mobilisée alors même que ce désert ne révéla son intérêt économique que dans les années qui précédèrent la décolonisation ? Et encore, il convient de souligner qu’il se limitera à la découverte de gisements d’uranium au Niger et d’hydrocarbures dans le Sud algérien.

Nonobstant, même s’il n’abritait guère que 2% de la population africaine sous pavillon français dans les années 1940, l’espace des méharistes et des médecins coloniaux français évoqué ici n’est pas pour autant le désert des Tartares du lieutenant Giovanni Drogo. Ici, les risques ne sont pas attendus comme un but ultime, susceptible de donner du sens à une vie de soldat. Dans les forts sahariens, les risques sont vécus au quotidien sous des formes multiples, allant des rezzous aux campagnes médicales à dos de chameaux d’une communauté nomade à l’autre durant des jours, en passant par d’harassantes reconnaissances topographiques d’un espace ayant vocation à devenir un territoire impérial.

A contre-courant de notre démocratie moderne qui érige en valeur absolue le principe de précaution, vu comme le signe tangible d’un modèle de sécurité pour les citoyens, les troupes françaises qui œuvrèrent dans les zones inhospitalières du désert durant près d’un siècle firent la démonstration de leur capacité à acquérir les connaissances et les gestes nécessaires à une réduction maximale des risques.

Loin de chercher à les réduire au point de vouloir les esquiver pour ne pas exposer les hommes aux dangers imprévisibles des combats, les coloniaux surent au contraire les rendre acceptables en cultivant une éthique de l’action qui, de la phase de conquête à la paix nazaréenne, demeura leur apanage, sachant parfaitement que le risque réfléchi est une promesse de victoire et un critère de succès tactique.

L’empire des sables, Emmanuel Garnier, éditions Perrin, 400 pages, 23 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

49 % 20 280 € manquants

Il nous manque 20 280 € pour boucler 2022 !

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :