La conférence des évêques de France s’engage à nouveau sur le terrain politique, adoptant même un langage pourtant mis de coté depuis le concile Vatican II. En effet, depuis ce concile, il est d’usage de dialoguer et non plus de condamner. Or, dans le texte de la Conférence des Evêques de France, le terme « condamnons » est bien présent.

Nous ne sommes pas le 1er avril, rassurez-vous, il ne s’agit pas de condamner la contraception, ni l’avortement, ni l’euthanasie, ni le mariage homosexuel, ni la gestation pour autrui… Ne les attendons pas plus au niveau social, car si nos évêques penchent à gauche ils ne s’inquiètent pas d’avantage du racket fiscal, de la spoliation des familles, etc…

Non. Nos éminences s’inquiètent d’un sujet bien plus important, d’un danger imminent qui pourrait nous rappeler les heures les plus… Allez, un petit effort ! Finissez la phrase ! Ce n’est pas difficile : qui pourrait nous rappeler les heures les plus sombres de notre histoire !!!

Eh oui ! Les évêques de France déclarent, forts de leur autorité « magistérielle » : « (…) nous saluons leur implication (ndlr : des élus) et condamnons les discours populistes répandant la suspicion contre toute représentation politique. »

C’est la seule phrase qui ait un peu de tenue dans ce discours mièvre, consensuel et décervelé des évêques de France. Dans le viseur on y trouve tout ce qui est un peu à droite de l’UMP, c’est-à-dire du FN à… CIVITAS.

Nous voilà rassurés ! Le « populisme » est condamné !

Quand on pense à l’enfant Jésus, ce Dieu fait enfant, naissant un 25 décembre dans une étable et au milieu des bergers, on comprend que les évêques s’inquiètent à l’approche de Noël, qui relate un événement proche de ce qu’on pourrait penser « populiste ».

C’est vrai que cette façon de venir au monde à des allures un peu démagogiques… Il faut bien la « conscience éclairée » et la « Foi adulte » de nos épiscopes pour nous prévenir de toute interprétation « extrémiste ».

Catholiques, ces évêques se disent catholiques ? Ils ont laissé sans bouger les lois les plus abjectes détruire notre pays et nos familles, ils se sont faits complices de tous les gouvernements antichrétiens, et ils se disent catholiques ? Et ils usent de la stature morale que devrait leur conférer leur fonction pour tenter de s’opposer à ce qui pourrait au moins un peu freiner la décadence de notre pays ?

Que ces évêques s’éloignent de nous, puisqu’ils ne servent plus ni Dieu ni l’Eglise ni la France catholique…

Xavier Celtillos

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

13 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :