Alors que les journalistes mainstream débâtent sur la Russie, l’Ukraine, la guerre, avec une ignorance et une vacuité politiquement correcte qui s’étalent à longueur d’ondes médiatiques, Poutine maintient son objectif : que l’Ukraine, son voisin à l’ouest qui est aussi son cousin, devienne un pays neutre et que les régions russes passées par la volonté de Staline sous coupe de la jeune Ukraine créée sous l’ère léniniste reviennent à la mère patrie ou soient indépendantes de l’Ukraine. Somme toute des prétentions qu’il est difficile de ne pas comprendre, -et dont certaines étaient déjà dans les accords de Minsk de 2014 que l’Ukraine n’a pas respectées-, bien éloignées de celles déraisonnables hypothéquées sur les plateaux télévisés d’un Occident devenu fou et quoique d’une faiblesse consubstantielle à sa nature arc-en-ciel va-t-en-guerre.

Cependant les grands groupes de presse ne peuvent décemment passer sous silence les conditions proposées par la Russie au président ukrainien, Zelensky. L’Agence de presse Reuters titre donc aujourd’hui La Russie s’arrêtera « dans un instant » si l’Ukraine respecte ses conditions.

Et d’ajouter ensuite :

« La Russie a déclaré à l’Ukraine qu’elle était prête à suspendre les opérations militaires ‘dans un instant’ si Kiev remplit une liste de conditions, a déclaré lundi le porte-parole du Kremlin.

« Dmitry Peskov a déclaré que Moscou exigeait que l’Ukraine cesse toute action militaire, modifie sa constitution pour consacrer la neutralité, reconnaisse la Crimée comme territoire russe et reconnaisse les républiques séparatistes de Donetsk et Lougansk comme États indépendants.

« Il s’agit de la déclaration russe la plus explicite à ce jour sur les conditions qu’elle veut imposer à l’Ukraine pour mettre fin à ce qu’elle appelle son ‘opération militaire spéciale’, qui en est à son 12e jour.

« Peskov a déclaré à Reuters lors d’un entretien téléphonique que l’Ukraine était au courant des conditions. ‘Et on leur a dit que tout cela pouvait être arrêté en un instant.’

« Il n’y a pas eu de réaction immédiate du côté ukrainien. »

L’Agence de presse admet que « le porte-parole du Kremlin a insisté sur le fait que la Russie ne cherchait pas à faire d’autres revendications territoriales sur l’Ukraine et a déclaré qu’il n’était ‘pas vrai’ qu’elle exigeait la remise de Kiev.

« ‘Nous terminons vraiment la démilitarisation de l’Ukraine. Nous allons la terminer. Mais le principal est que l’Ukraine cesse son action militaire. Ils devraient arrêter leur action militaire et alors personne ne tirera’, a-t-il déclaré.

« Sur la question de la neutralité, Peskov a déclaré : ‘Ils devraient apporter des amendements à la constitution selon lesquels l’Ukraine rejetterait tout objectif d’entrer dans un bloc.’

« Il a ajouté : ‘Nous avons également parlé de la manière dont ils devraient reconnaître que la Crimée est un territoire russe et qu’ils doivent reconnaître que Donetsk et Lougansk sont des États indépendants. Et c’est tout. Cela s’arrêtera dans un instant.’

« La présentation des demandes de la Russie est intervenue alors que les délégations de la Russie et de l’Ukraine se préparaient à se rencontrer lundi pour un troisième cycle de pourparlers visant à mettre fin à la guerre de la Russie contre l’Ukraine. (…) ‘Ce n’est pas nous qui prenons Lugansk et Donetsk à l’Ukraine. Donetsk et Lugansk ne veulent pas faire partie de l’Ukraine. Mais cela ne signifie pas qu’ils doivent être détruits en conséquence’, a déclaré Peskov. ‘Pour le reste. L’Ukraine est un État indépendant qui vivra comme il veut, mais dans des conditions de neutralité’.

« Il a déclaré que toutes les demandes avaient été formulées et transmises lors des deux premières séries de pourparlers entre les délégations russe et ukrainienne, qui ont eu lieu la semaine dernière.

« ‘Nous espérons que tout se passera bien et qu’ils réagiront de manière appropriée’, a déclaré Peskov.

« La Russie a été forcée de prendre des mesures décisives pour forcer la démilitarisation de l’Ukraine, a-t-il dit, plutôt que de simplement reconnaître l’indépendance des régions séparatistes. C’était afin de protéger les 3 millions d’habitants russophones de ces républiques, qui, selon lui, étaient menacés par 100 000 soldats ukrainiens.

« ‘Nous ne pouvions pas simplement les reconnaître. Qu’allions-nous faire des 100 000 hommes qui se tenaient à la frontière de Donetsk et de Lougansk et qui pouvaient attaquer à tout moment. On leur apportait des armes américaines et britanniques tout le temps’, a-t-il déclaré.

« (…)

« Peskov a déclaré que la situation en Ukraine avait constitué une menace beaucoup plus grande pour la sécurité de la Russie qu’elle ne l’avait fait en 2014, lorsque la Russie avait également amassé 150 000 soldats à sa frontière avec l’Ukraine, faisant craindre une invasion russe, mais avait limité son action à l’annexion de Crimée.

« ‘Depuis lors, la situation s’est détériorée pour nous. En 2014, ils ont commencé à fournir des armes à l’Ukraine et à préparer l’armée pour l’OTAN, en la mettant en conformité avec les normes de l’OTAN’, a-t-il déclaré. ‘En fin de compte, ce qui a fait pencher la balance, c’est la vie de ces 3 millions de personnes dans le Donbass. Nous avons compris qu’ils seraient attaqués.’

« Peskov a déclaré que la Russie avait également dû agir face à la menace qu’elle percevait de la part de l’OTAN, affirmant que ce n’était ‘qu’une question de temps’ avant que l’alliance ne place des missiles en Ukraine comme elle l’avait fait en Pologne et en Roumanie.

‘Nous avons simplement compris que nous ne pouvions plus supporter cela. Nous devions agir’, a-t-il déclaré. »

Les américains, et l’OTAN, qui n’ont pas supporté des missiles russes à Cuba peuvent-ils réellement donner tort à la Russie ?

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :