Le nouveau Supérieur général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, M. l’abbé Davide Pagliarani, et les 40 autres capitulants ont décidé de procéder à l’élection des deux Assistants généraux, en fin de journée.

Le Premier Assistant élu est Mgr Alfonso de Galarreta, évêque auxiliaire de la Fraternité Saint-Pie X, de nationalité espagnole. Agé de 61 ans, il a été ordonné prêtre en 1980 à Buenos Aires, en Argentine, où il a longtemps vécu. Il a dirigé le Séminaire Notre-Dame Co-redemptrice de La Reja (Argentine), ainsi que la Maison autonome d’Espagne et du Portugal. Il fut 2nd Assistant de 2002 à 2006. Il résidait jusqu’à présent à Genève (Suisse).

Le Second Assistant général élu est M. l’abbé Christian Bouchacourt, de nationalité française. Agé de 59 ans, il a été ordonné prêtre en 1986 par Mgr Lefebvre. Longtemps en poste à Paris, en particulier à Saint-Nicolas du Chardonnet, il fut supérieur du district d’Amérique du Sud, avant d’être nommé en 2014 supérieur du district de France.

Avec ses élections, le Chapitre général pourra commencer à traiter, dès demain, les nombreuses questions qu’il doit étudier jusqu’au 21 juillet 2018.

Ecône, le 11 juillet 2018

La Porte Latine du 12 juillet 2018

Election des Assistants généraux de la FSSPX le 11 juillet 2018

Surprise au Figaro:

Dans le cadre d’un Chapitre général qui s’est tenu mercredi, à Ecône, en Suisse, un nouveau supérieur général a été élu à la tête de la Fraternité Saint Pie X, évinçant l’actuel supérieur, Mgr Fellay, pourtant donné favori. Avec ce nouveau responsable, l’abbé Davide Pagliarani, c’est la ligne opposée à un rapprochement avec Rome qui a pris le dessus.

C’est une surprise. Après deux mandats de douze ans à la tête de la Fraternité Saint Pie X – fondée par Mgr Marcel Lefebvre, chef de file des opposants au Concile Vatican II – Mgr Bernard Fellay, 60 ans, de nationalité suisse, n’a pas été reconduit comme supérieur général. Il était pourtant donné favori.

Par ailleurs, on a appris dans la soirée que Mgr de Galarreta et l’abbé Christian Bouchacourt – de nationalité française et supérieur du district de France – auraient été élus «assistants» du nouveau supérieur. L’orientation de cette nouvelle équipe laisse penser que le dossier du rapprochement avec Rome pourrait encore ralentir, voire stagner, tant les divergences doctrinales sont importantes entre le Vatican et Ecône. Notamment sur le dialogue interreligieux et sur les relations œcuméniques avec les autres confessions chrétiennes mais aussi sur l’ecclésiologie, la vision de l’Église catholique.

“Des différences avec les autres confessions chrétiennes”, dit Jean-Marie Guénois ?

Selon le journaliste du Figaro “le prêtre français, Patrick Duverger, plutôt en faveur d’un rapprochement avec le Saint-Siège, a été lui aussi écarté.” (…)

Rome avait préparé un statut sur mesure de «Prélature personnelle», sur le modèle de l’Opus Dei, pour accueillir cette Fraternité sacerdotale. Il confère une certaine autonomie d’action, le supérieur ne répondant qu’au pape et non aux évêques locaux. Mais le supérieur est alors nommé à vie.  Une perspective qui a peut-être joué contre Mgr Fellay, qui avait déjà effectué deux mandats de douze ans. Même si, en l’espèce, ce sont les considérations doctrinales, relatives à l’évolution de l’Église catholique sous le pontificat de François dans une direction hérissant les Lefebvristes, qui ont été décisives. Le Figaro

Les deux assistants élus ce jour succèdent à l’abbé Niklaus Pfluger et à l’abbé Alain-Marc Nély.

“Je vous ai transmis ce que j’ai reçu!”

Quoiqu’il en soit, la FSSPX poursuit sa route et selon la formule de Saint-Paul reprise par Mgr Lefebvre: “Tradidi quod et accepi”. Prions pour qu’en ces temps d’adversité, la FSSPX poursuive sa mission infailliblement de transmette ce qu’elle a reçu, selon les vœux de son fondateur, c’est-à-dire  la continuité apostolique: ce qui a été cru toujours et partout dans l’Église depuis les apôtres. Pas plus, pas moins!

Lire aussi: M. l’abbé Pagliarani a été élu nouveau Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X lors du chapitre général ce 11 juillet 2018

 

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

115 commentaires

  1. je pense que l’un des premiers actes de ce nouveau Supérieur serait de mettre sur pied des nouveaux évêques. Chose qui semblait inimaginable avec l’ancien Supérieur qui avait les mains liées avec ses liaisons romaines.
    Surprise de voir l’abbé Bouchacourt qui fait figure de bon toutou bien docile aux idées d’un rapprochement

    • DUFIT THIERRY says:

      Inutile d’employer des termes aussi injurieux pour parler de M l’abbé Bouchacourt. M l’Abbé Bouchacourt a été un très bon curé de St Nicolas du Chardonnet de 1997 à 2003. En tant que supérieur du dsitrict de France -poste difficile- il n’ ay pas non plus de reproche à lui faire.

      • François says:

        L’abbé de Cacqueray a subi les mêmes reproches lorsqu’il était supérieur de France. Laissons à l’abbé l’opportunité de faire ses preuves en dehors de l’obéissance qu’il devait à son supérieur Mgr Fellay. La ligne sera surtout celle de l’abbé Pagliarani. Dieu soit loué, les espoirs sont permis pour que la FSSPX ose de nouveau parler haut et fort.

      • Môôôssieur Dufit
        retournez sur vos blogs svp et allez batailler ailleurs
        l’abbé Bouchacourt a géré l’affaire des doyens comme un petit dictateur.

    • Ce qu’il a fait avec les doyens dissidents n’était pas tout à fait le bon toutou. Son élection dans le cas actuel doit avoir été due à un marché.

      • Chouanne says:

        Probablement, je suis de votre avis. L’abbé Bouchacourt était tenu d’obéir à Mgr Fellay qui aurait pu le destituer. Il a probablement accepté de sanctionner très sévèrement les doyens mais pour la bonne cause, préparant le chapitre. C’est ce que nous confirmera la suite donnée à l’exil des doyens, ou bien cela sera infirmé, à suivre.

  2. Cadoudal says:

    va-t-on continuer à considérer que Dingoglio est un vrai pape, catholique, digne d’ obéissance et de respect , infaillible dans l’ affirmation de la foi et de la morale ?

    lui qui a proclamé urbi et orbi

    “je crois en Dieu; pas le Dieu catholique; il n’y a pas de Dieu catholique ” ??

    • Saint-Plaix says:

      Ce qui est choquant et odieux dans cette formule c’est autant sa maladresse que son caractère lapidaire: c’est là que l’on voit que son auteur n’est pas vraiment à sa place… ou qu’il n’est pas conscient de la portée de ce qu’il dit! (L’un n’excluant pas l’autre!!!)
      Il n’y a pas d’étiquette dans le christianisme!
      Parler d’un “Dieu catholique” à l’intérieur du christianisme est ahurissant; pourquoi pas évoquer un “Dieu orthodoxe”; un “Dieu copte”, d’un “Dieu arménien” ou un “Dieu chaldéen” pendant qu’on y est!
      Il existe des modalités diverses de la perception du message christique et des erreurs d’appréciation… C’est précisément le rôle d’un pape que de servir d’arbitre et de fixer les limites à des déviances possibles, fruits d’élucubrations théologiques et de mauvaises adaptations aux contingences historiques du temps…

  3. LOPEZ Gérard-Etienne says:

    Maintenant il s’agit de consacrer de nouveaux évêques issus de la FSSPX

    • Ultima Ratio says:

      En vérité, je ne sais pas comprendre l’intérêt que certains auteurs peuvent avoir d’obscurcir des principes aussi clairs. Comment des hommes qui se disent catholiques, ont-ils le courage de soutenir que, rigoureusement parlant, l’institution des évêques pourrait ne pas venir exclusivement du Pape ? Qu’ils le veuillent ou non, ils font à coup sûr les affaires de l’hérésie. REVUE DES SCIENCES ECCLÉSIASTIQUES.Fondé sous les auspices de Monseigneur PARISIS et honoré d’un Bref de S. S. PIE IX – 133-137. – Janvier-Mai. 1871 – TROISIÈME SÉRIE –TOME 3ème – ( XXIII DE LA COLLECTION ),PARIS CHEZ M. PUTOIS –CRETTÉ- R.P H. Montrouzier, S. J.p.29

      • Chouanne says:

        Mon pauvre ami, étudiez l’Histoire de l’Église et vous serez surpris d’apprendre qu’à bien des époques les évêques ont été élus par le peuple chrétien (Église antique), nommés par des dirigeants politiques, des empereurs, des rois, et par la République comme c’est en partie le cas actuellement. Par contre les évêques ont toujours été investis (sacrés) par leurs prédécesseurs respectifs, c’est ce qui fait la lignée apostolique des évêques, sans interruption depuis les apôtres. C’est le sacre par un successeur d’apôtre qui n’a jamais changé. En son temps Eusèbe de Césarée (3 et 4ème siècles) avait dressé la succession apostolique, déjà!

        Ne soyez pas pharisien.

        La foi ne change pas, la lignée apostolique par le sacre (la transmission d’un évêque à un nouvel évêque), mais les règles “administratives” ont beaucoup fluctué à ce sujet.

        Vous devriez lire l’histoire de l’Église de Charles Poulet, par exemple..

        • Ultima Ratio says:

          Exacte, mais cela n’était qu’une émanation des droits du Siège apostolique , qu’ainsi ce pouvoir ne peut plus , en aucune façon , appartenir aux métropolitains , au peuple, aux empereurs ( concordat ) et qu’il est retourné à la source d’où il était parti , et réside uniquement dans le Saint-Siège , en sorte qu’aujourd’hui, pour nous servir des propres paroles du Concile de Trente , le Pontife romain , en vertu de sa charge , prépose des pasteurs aux églises d’où il suit que, dans l’Eglise catholique , il n’y a de consécration légitime que celle qui est autorisée par un mandat apostolique. C’est la constitution divine de NSJC !…

          Il nous semble d’une importance majeure, d’établir que jamais et dans aucun cas, il ne saurait exister d’évêques sans l’agrément du Pontife romain. Bien comprise, cette vérité ferme la porte à tous les schismes. REVUE DES SCIENCES ECCLÉSIASTIQUES.Fondé sous les auspices de Monseigneur PARISIS et honoré d’un Bref de S. S. PIE IX – 133-137. – Janvier-Mai. 1871 – TROISIÈME SÉRIE –TOME 3ème – ( XXIII DE LA COLLECTION ),PARIS CHEZ M. PUTOIS –CRETTÉ- R.P H. Montrouzier, S. J.pp.6-7

        • Ultima Ratio says:

          En son temps Eusèbe de Césarée (3 et 4ème siècles) avait dressé la succession apostolique, déjà! –

          Saint Eusèbe de Césarée était éveque diocésain , soit avec mission canonique.Mais encore Saint Eusèbe de Césarée avait pouvoir canonique en vertu du concile Laodicée.
          Mais encore , toujours pour les besoin d’un diocèse particulier et non pour faire des “éveques” errant et sans visibilité , sans siège ect… ( car cela est schismatique )Je vous renvois a la belle Encyclique de Pie XII sur le sujet !…

          • Chouanne says:

            Tout cela est bel et bon, mais ce n’est que la loi et non la doctrine. Et cette loi était applicable dans une Eglise dont la hiérarchie était fidèle à la Tradition, ce qui n’est plus le cas. Que valent les lois qui favorisent l’erreur au lieu de favoriser la vérité ?

            Il suffit de relire l’Évangile pour savoir ce que vaut la loi pour le Christ. Exemple: respecter le sabbat oui, mais pas de façon stupide. Et on sait ce que Jésus pensait des Juifs plus attachés à la loi qu’à la foi.

            Lorsqu’on préfère la forme au fond, il y a danger de sectarisme.

            Quant à la “la constitution divine de NSJC !…”, elle concernait un Pierre fidèle serviteur de son Maître Jésus-Christ, seul Dieu avec le père et le Saint-Esprit.

            • Chouanne says:

              La loi est au service de la Foi, elle lui est subordonnée, elle n’est pas indépendante de la foi.

              • Ultima Ratio says:

                Cela est de la théologie DOGMATIQUE et la constitution divine de l’église !..Car d’évidence vous faite complètement abstraction qu’il a y dans l’église de NSJC une double hiérarchies d’institution divine 1° L’Ordre 2° la Juridiction !.., ainsi vous réduisez comme les anglicans l’apostolicité a la seul succession de l’ordination valide.

                THÉOLOGIE DOGMATIQUE OU EXPOSITION DES PREUVES ET DES DOGMES DE LA RELIGION CATHOLIQUE,PAR S. E.Mgr CARDINAL GOUSSET, ARCHEVÊQUE DE REIMS.CONTENANT L’EXPOSITION DES PREUVES DE LA RELIGION CATHOLIQUE – 1853 – t.I.Chapitre VIII.De l’Apostolicité de l’Église.p.569,a écrit:

                Ce ministère n’a jamais été exercé que sur des titres émanés de la même origine,et conférés conformément aux règles de l’Église.Ces titres n’ont pas toujours été les mêmes,il y en a de perpétuels et de transitoires,d’ordinaires et de délégués,de plus ou de moins étendus.La manière d’être pourvu de ces titres a aussi varié suivant le temps et les lieux.On a vu tantôt des élections sous différentes formes,tantôt des présentations qui remplaçaient les élections.Mais ce qui n’a jamais varié et ce qui ne variera jamais,ce qui a toujours été reçu comme Dogme catholique,c’est que l’Église seule,en vertu du droit inhérent à sa constitution, détermine le mode de transmission relativement au pouvoir de juridiction.On n’a jamais regardé comme ayant un titre légitime quiconque n’en avait pas un qui fût conforme aux règlements alors en vigueur dans l’Église.Il a toujours été reconnu dans l’Église,que « tous ceux qui osent s’ingérer dans l’exercice du saint ministère,de leur propre autorité,ou qui n’y ont été appelés que par le peuple ou par la puissance séculière et par les magistrats, ne sont pas des ministres de l’Église, mais des voleurs et des larrons, qui ne sont pas entrés par la porte (l).Anathème à celui qui dira que ceux qui n’ont été légitimement ordonnés ni envoyés par la puissance ecclésiastique et canonique, mais qui viennent d’ailleurs, sont de légitimes ministres de la parole et des sacrements.(Concile de Trente, dans le canon VII de sa session XXIII).

                • Chouanne says:

                  1853, dites-vous ? Quel rapport entre l’Eglise invoquée par le cardinal Gousset et l’Eglise conciliaire ? Ce qui est protestant dans cette histoire c’est l’Eglise conciliaire.
                  En somme vous voulez appliquer au gouvernement de la Terreur, les mêmes règles qu’au pouvoir de Louis XIV … C’est incompatible.

                  Je ne nie pas qu’il y ait un problème. Il y a même beaucoup de problèmes! Mais le plus important c’est que la foi se transmette selon la Tradition.

                  Regardez, après la Révolution le pape a consenti à supprimer leur charge à des évêques insermentés (contre-révolutionnaires) et l’a donnée à des évêques assermentés, c’est-à-dire révolutionnaires…

                  Vous avez des cases toutes tracées qui datent du temps de l’Eglise traditionnelle et vous voudriez qu’on continue de les utiliser pour y mettre la révolution conciliaire… C’est incompatible.

                  Parfois il faut admettre qu’il faut improviser au mieux en ignorant les règles, comme cela a été fait maintes fois dans l’Histoire de l’Eglise pour la sauver, notamment au moment du schisme d’Occident à maintes reprises. …

                  • Ultima Ratio says:

                    Mgr GOUSSET :
                    Mais ce qui n’a jamais varié et ce qui ne variera jamais,ce qui a toujours été reçu comme DOGME CATHOLIQUE,c’est que l’Église seule,en vertu du droit inhérent à sa constitution, détermine le mode de transmission relativement au pouvoir de juridiction.

                    DOGME CATHOLIQUE !.. Et pour conclure :

                    De même que tous les prêtres s’unifient dans l’évêque, d’où ils tirent la vie, tous les évêques s’unifient dans le Pape. A travers l’espace qui les sépare, les diverses églises se regardent les unes les autres. Elle se reconnaissent pour sœurs. Elles sentent qu’une même sève circule dans leurs veines, et qu’elles ne forment toutes ensemble qu’une seule Église, la grande Église de Dieu. Or, au point d’intersection de tous ces désires d’unité, elles rencontrent un centre d’unité suprême, qu’elles auraient créé elles-mêmes, si Dieu n’avait pris les devants : c’est la papauté. Le Pape est l’embrassement substantiel et vivant de toute la catholicité. Il est en même temps la source inépuisable de toute sa vie. Lui seul peut faire des évêques, comme l’évêque seul peut faire des prêtres. Lui seul peut rendre les Églises immortelles en les revivifiant à la mort de chaque évêque. Lui seul enfin peut les enseigner infailliblement. En lui, l’unité des âmes trouve son image sensible et sa réalité vivante. Tous les fidèles sont dans le prêtres, tous les prêtres sont dans l’évêque, tous les évêques sont dans le Pape. Voilà l’unité.

                    LE CHRISTIANISME ET LES TEMPS PRÉSENTS – L’Abbé Ém. BOUGAUD,Vicaire Général d’Orléans- (2ème édition) – Librairie Poussielgue Frère – 1882 – T.IV, L’Église – Première Partie,l’Église Catholique – Chap.III – Pp.46-47.

                    • Ultima Ratio says:

                      R.P. Augustine, A COMMENTARY ON THE NEW CODE OF CANON LAW, t.2, p.47-48 :
                      Can. 109 Naz

                      La première clause de ce canon, laquelle fut prise des canons dogmatiques du Concile de Trente, est dirigée contre certaines innovations ayant éclos tout au long de l’histoire de l’Église, mais qui ont été introduites plus spécifiquement par les soi-disants réformateurs du seizième siècle. […] La « mission canonique » est nécessaire pour tous ceux qui sont inférieurs au Pape. Et donc, puisque Notre Seigneur envoya ses Apôtres, ceux-ci, à leur tour, en envoya d’autres pour exercer leur pouvoir spirituel avec autorité, et, sans cette licence, aucun n’a autorité dans l’Église.

                      Encore une fois : laquelle fut prise des canons dogmatiques du Concile de Trente, !…

                      Le DOGME CATHOLIQUE est donc pour vous :

                      En somme vous voulez appliquer au gouvernement de la Terreur …….

                      Mais alors, c’est plus la FOI CATHOLIQUE que vous recherchez , mais vous-meme !…

                    • Chouanne says:

                      Vous ne faites que répéter comme un perroquet
                      en recopiant sottement sans jamais répondre à mes arguments.
                      Si vous savez réfléchir, si vous n’êtes pas un robot, je vous invite à relire attentivement mes réponses et à faire preuve de réflexion.

                    • Ultima Ratio says:

                      vous “décrétez » ainsi que de multiples sectes dites sédévacantistes” que telle ou telle loi n’a plus de force exécutoire outrepassant ainsi largement les lois d’épikie pour verser en réalité dans l’équité, laquelle est réservée à l’autorité en juridiction.

                      Si NSJC veut que sa mission constante et immuable puisse subsister en permanence, les lois qu’Il a établie pour cette même mission doivent sûrement encore s’appliquer !?
                      Et la nécessité de la mission pour le prédicateur, est-ce une loi établie par NSJC ou les Papes !?

                      Et encore ici, les lois établies par les Papes (Légitimes) sont sujettes à changement de par l’autorité de qui !?

                    • 1 – L’Eglise enseignante ne peut pas se tromper ni nous tromper, c’est de Foi, c’est même précisément dans la définition de l’acte de Foi. Cela signifierait que Dieu nous trompe.

                      2- Or l’église conciliaire enseignante nous trompe depuis V2.

                      3- Donc l’église conciliaire ne peut pas être l’Eglise catholique qui ne peut perdre la Foi.
                      Notre Dame à La Salette a dit “Rome perdra la Foi”, et non “l’Eglise perdra la Foi”. Celle-ci est éclipsée, c’est son terme.

                      4- L’Eglise étant fondée sur Pierre, si cette église conciliaire est fausse nous sommes donc dans une période d’interrègne papal, les “papes” V2 sont des marranes qui ont judaïsé la religion, pas des vicaires du Christ… Déjà produit dans l’histoire : le marrane Anaclet II démasqué par Saint Bernard.

                      5- Lors de l’interrègne de 3 ans entre 1268 (mort de Clément IV) et 1271 (élection de Grégoire X), vingt et un sacres d’évêques ont eu lieu pour ne pas laisser le peuple sans bergers. Tous les sacres ont été validés par Grégoire X.

                    • Ultima Ratio says:

                      “sommes donc dans une période d’interrègne papal,”

                      En conséquent , que dit le Magistère infaillible lors d’interrègne papal !?…

                      Concernent l’histoire ecclésiastique que vous évoquez pour tentez de faire un parallèle avec la situation actuelle : validés par Grégoire X.

                      Les sacres on été fait par l’autorité en juridiction , Eveques diocésain avec mission canonique du Métropolitain et dont le dit Métropolitain a reçu le pallium d’un souverain Pontife . Ainsi tous à toujours été conforme au droit canonique de l’époque. Pie VI affirme que l’ancien droit des métropolitains émanait d’une concession du Saint-Siège.Le Saint Siège envoyaient ultérieurement les lettres formées.
                      Bref, rien avoir des organisations sans mission et juridiction et donc sans aucun diocèse !…

                      L’épikie relève du for interne. C’est-à-dire qu’elle dégage en conscience de l’obligation qu’engendre la loi ecclésiastique.

                      L’équité relève du for externe et est créateur d’un droit nouveau. Cela est réservé uniquement à l’autorité ecclésiastique.

                      C’est exactement à cette endroit que la théorie voulant que le droit canon ne s’applique plus actuellement se heurte à l’enseignement de l’Église. Si on clame publiquement devant le for externe que le droit canon ne s’applique plus, c’est que nous utilisons l’équité (et non l’épikie). Or, pour prononcer l’équité, il faut avoir autorité dans l’Église.

                    • A Ultima Ratio,

                      L’interrègne papal a été évoqué pour :

                      1- souligner qu’en reconnaissant Bergoglio comme pape, le fait de sacrer des évêques sans son accord revient à se faire schismatique (en plus de nier le dogme de l’infaillibilité pontificale). La survie du pouvoir sacramentel valide ne peut donc s’envisager que sous l’angle de la vacance du siège.

                      2- prouver que l’Eglise peut sacrer des évêques sans le mandat de juridiction du pape comme vous le contestiez.

                      Le magistère concernant l’interrègne papal confère l’Autorité au sacré collège pour procéder à une nouvelle élection, les sacres étant suspendus… sauf cas de nécessité comme entre 1268 et 1271.

                      Or actuellement, nous n’avons plus de sacré collège, plus d’Autorité, tout est éclipsé. Le sacrement d’ordre conciliaire est copié de l’anglican condamné par Léon XIII, donc faux. Ce n’est pas qu’un interrègne papal. CETTE SITUATION N’EST PAS PREVUE DANS LE MAGISTERE (L’Eglise aurait dû violemment contester Paul VI car tout prélat défaillant publiquement dans la Foi perd sa charge ipso facto sans déclaration ultérieure canon 188/4 du code 1917 reprenant la bulle Cum Ex Apostolatus de Paul IV 1559).

                      Ainsi donc, sans situation prévue par le législateur, nécessité fait loi. N’est ce pas cela la vertu d’epikie?

                      Et la nécessité n’est elle pas de transmettre le pouvoir d’Ordre et de permettre la transmission de la vraie Foi et de la grâce sacramentelle, qui reste la mission première de l’Evêque. Cet épiscopat est certes “réduit” du pouvoir de juridiction du fait de l’absence d’Autorité, mais son pouvoir d’Ordre reste valide et licite au regard de la situation.

                      Comment le Bon Dieu pourrait en vouloir à ceux qui sacrent? Lui seul peut actuellement ressusciter Son Epouse et faire cesser l’éclipse.

                      N’en voudrait il pas plutôt à ceux qui, s’attachant à la lettre plutôt qu’à l’esprit, font le jeu des imposteurs en décourageant l’opération sauvetage de la propagation de la vraie Foi et de la grâce sacramentelle pour le salut des âmes. Grave responsabilité!

                    • Ultima Ratio says:

                      L’Épikie, intervient au for interne pour excuser de l’obligation de la loi en un cas particulier, mais cette conception même interdit d’en faire abstraction au for externe lui-même.

                      Vous confondez avec l’équité qui relève du for externe et est créateur d’un droit nouveau. Cela est réservé uniquement à l’autorité ecclésiastique.

                      C’est-à-dire que, cette loi étant maintenant inapplicable, on créé un nouveau droit planétaire allant directement à l’encontre de la dite loi divine: « il est permis de prêcher sans être envoyé » ? Ce dont vos tentez maladroitement , c’est de l’épikie pour des cas particuliers accidentels, et, ce dont vous croyez en soustraire, est une dérogation générale et planétaire de la loi devant le for externe qui relève plutôt de l’équité, lequel ne s’applique pas au droit divin pour les raisons évidentes susmentionnées.
                      Vous assimilez le moindre individu ayant obtenu frauduleusement le sacre épiscopal pour l’équivalent d’un évêque résidentiel !.. ( Avec mission canonique sur un diocèse, c’est-à-dire l’autorité légitime Apostolique )

                      l’apostolicité de la doctrine est nécessaire à la vraie société des fidèles , celle du ministère ne lui est pas moins essentielle.Car Sinon , comment croire que celui qui a dit : Je vous envoie comme mon père m’a envoyé , ait voulu établir cette création de pasteurs indépendant les uns des autres ,qui ne feraient de leur mission qu’un jeu, du ministère qu’un vil trafic, et de la société chrétienne qu’un monstre indéfinissable !?

                      Si je mets un billet de 5 euros dans mes poches et que, plus tard, je m’aperçois que ce même billet de 5 euros n’y est plus, cela ne transforme malheureusement pas mes billets de monopoly en billets de 5 euros …

                    • Chouanne says:

                      A Ultima Ratio
                      Vous ne sortez pas de la loi, comme les pharisiens. Or c’est la foi qui doit guider l’Eglise, la loi n’est bonne que lorsqu’elle sert la foi. La foi au-dessus de la loi c’est l’Évangile texto! Jésus à passé beaucoup de temps et d’énergie à contrecarrer ceux qui mettaient la loi au-dessus de la foi.

                      Je répète vous protégez des dogmes révolutionnaires à l’intérieur d’un cadre catholique, masquant ainsi la Révolution qui s’est opérée et ne cesse de s’amplifier à l’intérieur de l’enveloppe Église.

                    • Ultima Ratio says:

                      EXPOSITION DES PRINCIPES DU DROIT CANONIQUE , S.E Le Cardinal GOUSSET, 1859.p.27,écrit :

                      Tant d’exemple d’anathèmes,lancés contre ceux qui attaquant la discipline,prouvent que l’Église a toujours cru qu’elle était étroitement liée aux dogme,qu’elle ne peut jamais être changé que par la puissance ecclésiastique,à laquelle seule il appartient de juger si ce qui a été observé jusqu’ici est sans avantage,ou s’il y a nécessité de procurer un plus grand bien.

                      Mais encore , vous pérorez que meme les lois divines de NSJC lui-meme sont caducs !… Mais alors en quoi les modernistes conciliaires sont différent de vous !?…Ce que j’ai remarqué au fil des ans avec la FSSPX ou autre organisation semi-sédévacantistes autocéphale ( Les Guérardien), c’est qu’elle est souvent incapable de “convertir” les gens autrement que par le sentimentalisme … nostalgie des messes latines de grand papa avec son missel latin, la nostalgie des prêtres sermonneurs en soutane … bref “convertir” avec du tape à l’œil c’est tout ! Je n’ai que très rarement vu des frats “convertir” des gens par la théologie, l’apologétique, par le Magistère, par le droit canon, par la persuasion … c’est pour cela que je disais que la Frat “converti” seulement ceux qui veulent être convertis à leurs idées …

                    • Chouanne says:

                      A Ultima Ratio

                      Vous ne devez pas vraiment fréquenter la FSSPX, sinon vous ne diriez pas qu’elle convertit par le sentimentalisme. C’est plutôt aux communautés ecclesia Dei que vous pourriez envoyer ce compliment, car elles sont incohérentes entre tradition et soumission aux autorités révolutionnaires.

                      Vous le dites vous-même par votre citation de Mgr Gousset: “la discipline,prouvent que l’Église a toujours cru qu’elle était étroitement liée aux dogme, qu’elle ne peut jamais être changée que par la puissance ecclésiastique” .

                      Donc effectivement la discipline peut être changée, ce qui n’est pas le cas des dogmes de la Foi, qui eux sont immuables. La discipline est au service de la Foi et non l’inverse.

                      Votre ode au pape est stupéfiante: vous faites du pape votre idole, vous êtes en pleine hérésie.

                    • Ultima Ratio says:

                      Par qui la disciple peut etre changer ?… par des membres de l’église enseignée sans mission et juridiction ?.. mais encore , il y a dans le code des lois divines de Jésus-Christ immuable dont l’église ne peu pas toucher !.. comme le fait d’avoir la Juridiction !.. Bref, vous avez un raisonnement néo-protestant ….

                    • Chouanne says:

                      A ultima Ratio

                      la mission a été donnée par NSJC: “enseignez les nations.” Et la juridiction a été donnée par Mgr Lefebvre en attendant un pape vraiment catholique qui confirmera.

                      Le dernier mot sera au Christ, ni à vous, ni à moi.

                      Mais selon St-Paul, “Mais quand nous-même, ou un ange du ciel vous enseignerait un autre Évangile que celui que nous vous avons toujours enseigné, qu’il soit anathème!”
                      Et Saint-Paul ne parle pas de la forme qui, que, peut-être,…

                      La Foi est à la portée de tout le monde, il n’est pas nécessaire d’avoir accumulé les doctorats de théologie ou autres pour être un bon catholique.
                      Doctorats dont sont bardés tous les hérétiques de tous temps et notamment ceux de Vatican II qui sévissent au Vatican.

                      Les disciples du Christ étaient des personnes lambda.

                    • Ultima Ratio says:

                      Les premières générations des successeurs des apôtres n’avaient pas de diocèse fixes. Ils avaient donc la succession apostolique mais pas la succession de juridiction. –

                      Cela est une hérésie matérielle pour le moins !…

                      THEOLOGIE DOGMATIQUE ou EXPOSITION DES PREUVES ET DES DOGMES DE LA RELIGION CATHOLIQUE, PAR S. E. LE CARDINAL GOUSSET, 1853 :

                      que c’est par Pierre que l’apostolat et l’épiscopat ont pris leur commencement en Jésus-Christ : per Petrum et apostolatus et episcopatus in Christo cœpit exordium . Saint Césaire d’Arles écrivait au pape Symmaque que l’épiscopat prend son origine dans la personne de l’apôtre saint Pierre : a persona beali Petri aposloli episcopatus sumit initium.

                  • Ultima Ratio says:

                    la mission a été donnée par NSJC: « enseignez les nations. » Et la juridiction a été donnée par Mgr Lefebvre en attendant un pape vraiment catholique qui confirmera.

                    Aux Apotres d’origines ,mais l’épiscopat ( l’éveque du diocèse ) ne succédant simplement que dans leurs diocèses respectifs , les Apotres avait mission extraordinaire sauf dans St Pierre qui était ordinaire ,
                    Les Apotres ordonnaient des éveques dans des provinces en leurs donnent d’évangéliser le peuples confier a leur soin uniquement ,cette mission extraordinaire s’éteint avec eux pour se concentrer sur le souverain Pontife de façon ordinaire !… Ainsi, seul la mission ordinaire ( juridiction ordinaire ) est la continuité de la mission de NJSC.

                    • Chouanne says:

                      Par la suite au cours de l’Histoire les diocèses se sont multipliés, ont changé. Ainsi à la Révolution des quantités de diocèses ont été supprimés, et si ça continue comme c’est actuellement, faute de candidats possibles il y aura à nouveau de moins en moins d’évêques et donc des diocèses regroupés, comme c’est déjà la cas pour les curés avec de nombreuses paroisses regroupées.

                      Donc la mission extraordinaire avec juridiction sans limite des apôtres ne s’est pas transformée du jour au lendemain en une mission commandée par le pape avec une juridiction bien définie comme cela finit par se généraliser au Moyen-âge. Sans compter les chevauchements au moment de l’arianisme, les nominations du fait de l’empereur, ou plus prés de nous du fait de la République, et autres multiples péripéties. Certes ils reçoivent ensuite juridiction du pape mais forcé, ou après compromis …

                      Qu’un évêque félicite un prêtre homosexuel qui vient de se marier avec un homme, sans que le pape n’y trouve rien à redire… Cela choque-t-il votre sens de la Tradition ? Et si vous ne l’acceptez pas vous considérez-vous comme schismatique ? Car dés Saint-Paul et même dans l’Ancien testament de telles pratiques sont abominables et qu’elles soient admises par le successeur de Saint-Pierre c’est une abomination bien plus grande encore. Mais sans doute cet évêque a-t-il eu une juridiction bien dans les règles, de quoi réjouir votre sens indéfectible de la loi et de la Tradition… https://www.medias-presse.info/leveque-zenti-embrasse-son-pretre-diocesain-qui-epouse-son-partenaire-homosexuel/94591/

                    • Chouanne says:

                      “Cela est une hérésie matérielle pour le moins !…”

                      C’est peut-être “pour le moins une hérésie matérielle”, mais c’est du Don Charles Poulet, un historien de l’Eglise qui fait référence, me semble-t-il, sauf erreur d’interprétation de ma part, mais je ne retrouve pas le passage auquel je fais référence, il faudrait tout relire.

                      “Saint Césaire d’Arles écrivait au pape Symmaque que l’épiscopat prend son origine dans la personne de l’apôtre saint Pierre”

                      St Césaire (VIème siècle), ne parle pas de juridiction dans votre citation.

                      Vous ne m’avez pas répondu si l’histoire de l’évêque qui bénit un “mariage” homosexuel de prêtre sans être aussitôt relevé de sa juridiction par le pape, est très orthodoxe ? Et dans ce cas, s’il faut faire une confiance inconditionnelle à ce pape pour le reste, les juridictions etc.?

                    • Ultima Ratio says:

                      « Saint Césaire d’Arles écrivait au pape Symmaque que l’épiscopat prend son origine dans la personne de l’apôtre saint Pierre »

                      Le souci est que vous comprenez de travers !..
                      Cela veux dire que l’épiscopat prend son origine UNIQUEMENT dans la personne de saint Pierre est ses successeurs légitimes !….

                      C’est-à-dire qu’il y a pas d’épiscopat sans le Pape successeurs de saint Pierre !…..

        • Chouanne a raison. Les autres confondent l’ordre sacré d’évêque et la fonction d’un évêque dit ordinaire qui est placé à la tête d’un diocèse. Dans le cas de la FSSPX, ce sont les supérieurs (qui peuvent bien sûr étre des évêques, mais n’ont aucun besoin de l’être) qui administrent les « diocèses ». C’est effectivement le cas de Rome aussi, mais là on pratique une sorte de fiction en consacrant comme évêques des prêtres purement administrateurs en les nommant à des diocèses qui n’existent plus, entre autres à force de se trouver ‹in partibus infidelium›, p. ex. au milieu de pays aujourd’hui musulmans ; c’est une fiction nostalgique. La FSSPX dit : nous, on n’a pas besoin d’évêques administrateurs, nos prêtres peuvent très bien administrer comme simples prêtres ; nous avons besoin d’évêques pour ordonner de nouveaux prêtres et pour confirmer. Les évêques de la FSSPX ne sont pas des évêques ordinaires, mais des évêques extraordinaires ; ils restent quand même des évêques.

          • Ultima Ratio says:

            Sauf qu’ils ne sont pas les successeurs des Apotres Légitimes !…

            1° Catéchisme Catholique – Cardinal GASPARRI – 1932 – CHAP. III . p.161. écrit :

            Q. 132 . Quels sont les successeurs légitimes des Apôtres ?

            R. De par l’institution divine les successeurs des Apôtres sont les Évêques , placés par le pontife romain à la tête des Églises particulières que , sous son autorité, ils gouvernent de pouvoir ordinaire.

            Seul les Apotres avaient mission extraordinaire !…

            • Chouanne says:

              Bien sûr que si les évêques de la FSSPX sont les successeurs légitimes des apôtres et probablement plus que ceux émanant de l’Eglise conciliaire en raison des ambiguïtés soulevés au moment des sacres nouvelle formule comme l’a expliqué Mgr Lefebvre.

              Mgr Lefebvre étant un successeur légitime des Apôtres a transmis le sacre à ses successeurs. Vous pouvez contestez leur juridiction au nom de la loi, mais absolument pas leur lignée. Leur légitimité relève de la situation révolutionnaire de Vatican II. Et si rien de précis n’a été prévu dans ce cas par l’Église, cela ne signifie pas que cela ne puisse pas être régularisé dans le futur par quelque concile comme cela s’est fait à chaque hérésie , ou schisme dans l’Histoire de l’Eglise. C’est cela la différence entre la Foi et la loi.

              • Très bien dit.

              • Ultima Ratio says:

                Comme les gallican vous prétendez restreindre cette apostolicité à la tradition successive de l’ordination, d’ailleurs les multiples sectes dites sédévacantistes ou les vieux-catholiques pérorent en communion avec vous les concernant également !..Toutefois :

                Avec approbation de Mgr Sarto, future St Pie X :

                Père Deviviers S.J., COURS D’APOLOGÉTIQUE CHRÉTIENNE OU EXPOSITIONS RAISONNÉE DES FONDEMENTS DE LA FOI, p.365-366 a écrit:

                Quatrième note : L’Apostolicité

                […]

                Pour appartenir à la succession légitime des pasteurs de l’Eglise ou à la hiérarchie de juridiction, il ne suffit pas qu’un évêque ait reçu le pouvoir d’ordre ; il faut encore qu’il possède le pouvoir de juridiction. En d’autres termes, ce n’est pas assez qu’il soit ordonné évêque ; il doit avoir reçu, en outre, la mission de gouverner un diocèse. Cette proposition que nous pourrions déduire des paroles de tous les Pères, condamnant comme schismatiques des évêques assis dans des chaires usurpées, est d’ailleurs assez évidente par elle-même. L’épiscopat est établi pour l’administration de l’Eglise, et l’évêque est chef de l’Eglise. Il faut donc qu’il ait des sujets. Mais on ne se donne pas à soi-même des sujets.
                […]

                Quiconque n’a pas reçu juridiction d’après les règles canoniques en vigueur en ce moment, – sauf le droit inprescriptible du souverain Pasteur – en demeure privé ; eût-il reçu le caractère épiscopal, il n’appartient pas à la hiérarchie de juridiction. N’ayant point de siège ni de sujets, il est évident qu’il n’est point chef dans l’Eglise, et qu’il ne se rattache pas à la succession apostolique.

                En résumé Chouanne, vous faite abstraction de la hiérarchie de Juridiction de NSJC !… quoique distincte l’Ordre et la Juridiction , connexe forment la hiérarchie sacrée ecclésiastique apostolique légitime comme la voulu NSJC jusqu’à la fin des temps.

                • Chouanne says:

                  Bravo Saint-Pie X! Quelle meilleure référence ? Mais Vatican II est tout ce que condamnait Saint-Pie X! S’il avait eu connaissance des papes conciliaires il aurait été horrifié.

                  Oui, quand tout marche bien, les règles sont claires. Mais quand plus rien ne marche ne faut-il pas sauver l’essentiel ? C’est-à-dire la foi ?

                  Faut-il que je vous cite les paroles du moins mauvais de tous ces papes, Benoît XVI? vantant le mariage de l’Eglise avec la Révolution et les Lumières ? Parole prononcées alors qu’il était cardinal mais qu’il n’a pas corrigées lors de la réédition de son ouvrage alors qu’il était pape.
                  Pie X a condamné avec une précision sans faille le modernisme : PASCENDI DOMINICI GREGIS

                  LETTRE ENCYCLIQUE
                  DE SA SAINTETÉ LE PAPE PIE X
                  SUR LES ERREURS DU MODERNISME
                  ” les artisans d’erreurs, il n’y a pas à les chercher aujourd’hui parmi les ennemis déclarés. Ils se cachent (…)dans le sein même et au coeur de l’Eglise,(…) un grand nombre (…) de prêtres, qui, sous couleur d’amour de l’Eglise, (…) imprégnés au contraire jusqu’aux moelles d’un venin d’erreur puisé chez les adversaires de la foi catholique, se posent, au mépris de toute modestie, comme rénovateurs de l’Eglise; qui, en phalanges serrées, donnent audacieusement l’assaut à tout ce qu’il y a de plus sacré dans l’oeuvre de Jésus-Christ, sans respecter sa propre personne, qu’ils abaissent, par une témérité sacrilège, jusqu’à la simple et pure humanité.”

                  “Ennemis de l’Eglise, certes ils le sont, et à dire qu’elle n’en a pas de pires on ne s’écarte pas du vrai. Ce n’est pas du dehors, en effet, on l’a déjà noté, c’est du dedans qu’ils trament sa ruine; le danger est aujourd’hui presque aux entrailles mêmes et aux veines de l’Eglise; leurs coups sont d’autant plus sûrs qu’ils savent mieux où la frapper. Ajoutez que ce n’est point aux rameaux ou aux rejetons qu’ils ont mis la cognée, mais à la racine même, c’est-à-dire à la foi et à ses fibres les plus profondes. Puis, cette racine d’immortelle vie une fois tranchée, ils se donnent la tâche de faire circuler le virus par tout l’arbre: nulle partie de la foi catholique qui reste à l’abri de leur main, nulle qu’ils ne fassent tout pour corrompre. Et tandis qu’ils poursuivent par mille chemins leur dessein néfaste, rien de si insidieux, de si perfide que leur tactique: amalgamant en eux le rationaliste et le catholique, ils le font avec un tel raffinement d’habileté qu’ils abusent facilement les esprits mal avertis. D’ailleurs, consommés en témérité, il n’est sorte de conséquences qui les fasse reculer, ou plutôt qu’ils ne soutiennent hautement et opiniâtrement.” Avec cela, (…) des moeurs recommandables d’ordinaire pour leur sévérité.”Etc.

                  C’est le portrait craché de la hiérarchie conciliaire, papes compris. – Hormis pour les moeurs, mais on n’arrête pas le progrès-, les loups déguisés en brebis n’en étaient pas encore à ce point! Ce pape était un vrai visionnaire, malheureusement!

                  Alors, de grâce n’invoquez pas Saint-Pie X pour justifier l’Église conciliaire en quoi que ce soit!

  4. ‹ Quoiqu’il en soit, la FSSPX poursuit sa route et selon la formule de Saint-Paul reprise par Mgr Lefebvre: « Tradidi quod et accepi ». ›
    Quoi qu’il en soit, trado quod et a viris grammaticis accepi, quoiqu’il ne soit pas à la mode autrement impeccable de cette autrice.

    • Chouanne says:

      Faites votre leçon à Mgr Lefebvre. L’auteur (et non l’autrice) n’a fait que reprendre une citation de Mgr Lefebvre.
      Tant qu’à vouloir féminiser ce qui n’est pas nécessaire de l’être, autant employer le terme “auteure”, bien que ce ne soit pas très orthodoxe.

      • Chouanne, 1 : tu n’as pas lu assez loin dans ton missel à la page de la Fête-Dieu : Mgr Lefebvre cite St Paul qui relate l’institution du Saint-Sacrement. 2 : je suis assez âgé pour ne pas penser devoir suivre la folie de la féminisation des femmes, et j’ai mes raisons dans le cas donné. 3 : si tu permets une citation du grand catholique littéraire qu’était Chesterton : « Orthodoxy is my doxy, and heterodoxy is somebody else’s doxy. »

        • Chouanne says:

          Oui, épître I aux Corinthiens, chapitre 11, V. 23.

          Mgr Lefebvre l’ a dit notamment lors du sacre des quatre évêques: citation: “Tradidi quod et accepi. C’est ce que je pense…c’est ce que je souhaiterais que l’on mette sur ma tombe, ”

          C’est une abréviation de « Tradidi vobis in primis quod et accepi ».
          Mais je ne suis qu’une piètre latiniste me contentant de citer les plus savants que moi.

          • Ce n’est pas une abbréviation — nota : je n’admets pas l’abolition du premier b, qui est un d adsimilé[ sic] —, parce que cet ‹in primis› est une interpolation (interdite ! et en plus balourde) pour rendre le ‹et› placé comme il l’est, lequel placement j’ai essayé de traduire avec mon ‹ justement › en bas ; regardez donc au moment donné :

            1 Cor. 11:23

            Ἐγὼ γὰρ παρέλαβον ἀπὸ τοῦ κυρίου ὃ καὶ παρέδωκα ὑμῖν, ὅτι ὁ κύριος ᾽Ιησοῦς ἐν τῇ νυκτὶ ᾗ παρεδίδετο ἔλαβεν ἀρτον […]
            Ego enim accepi a Domino quod et tradidi vobis, quoniam Dominus Jesus in qua nocte tradebatur, accepit panem
            [, 24 et gratias agens fregit, et dixit : Accipite, et manducate : hoc est corpus meum, quod pro vobis tradetur : hoc facite in meam commemorationem].
            ‘Car je reçus du Seigneur justement ce que je vous transmis[ passé simple], que le Seigneur Jésus, la nuit pendant laquelle il fut traduit, prit du pain […]’

            Si j’ai préféré le passé simple au présent parfait, c’est pour une raison : tandis qu’à des moments le français suit le latin en laissant ambiguë la forme, saint Paul, auteur de l’original grec, langue qui normalement possède les deux formes aspectuelles dans tous les temps, en a choisi le passé simple παρέλαβον ‘je reçus’ (à l’exclusion du présent parfait παρείληφα ‘j’ai reçu’), et de façon correspondante, le passé simple παρέδωκα ‘je transmis’ (à l’exclusion du présent parfait παραδέδωκα ‘j’ai transmis’).

            La leçon du texte latin comme ici cité est celle de la Vulgata Clementina, donc celle de saint Jérôme, dont le texte a été établi et codifié définitivement au XVIe pour devenir entre autres celui du Missel du Concile de Trente (1570-, 1962-, enfin de toujours, comme impliquait Mgr Lefebvre).

  5. DiesIrae says:

    Il y a de l’habileté chez cet abbé, à l’opposé de B. Fellay qui n’a eu de cesse de se prendre les pieds dans le tapis.
    L’habileté se jouera-t-elle de la Vérité ?

  6. Serviteur says:

    Bon. Il y a beaucoup d’Amérique du Sud parmi les chefs. Cela ressemble à un consensus. Un assistant doux, un panzer rôdé à mâter les conservateurs dans son district… Attendons.

    En attendant, on saura quoi penser de monsieur l’abbé Pagliarani à sa vélocité pour annuler l’affaire des mariages et autres sottises érigées en progrès depuis quelques années…

    Si pas de changement sur ce qui a été fait, alors ce ne sera qu’une lente continuité dans le ralliement.

    Un pas en avant, deux pas en arrière, mais ça avance. Pourvu que je me trompe.

    • Chouanne says:

      Seriez-vous déçu que Mgr Fellay n’ait pas été réélu ? Ayez donc confiance, Mgr Lefebvre veille! A chaque fois qu’il y a eu tentative de ralliement (et en 2012 c’était comme si c’était déjà fait!) quelque chose est venue (comme miraculeusement) interrompre le processus.

      Mais Jésus n’a jamais dit à ses disciples que ce serait facile, bien au contraire! Nous sommes dans le monde pas au Paradis! Et soyons sûrs qu’avec ce nouveau supérieur il y aura aussi des embûches, des malentendus, des déceptions, mais la FSSPX poursuit quand même son chemin.
      Regardez l’Histoire d el’Eglise, qui aurait dit que cela déboucherait sur Vatican II et un Bergoglio ? Il faudra toujours se battre et prier, prier et se battre. C’est le lot qui nous est dévolu. Que Mgr Fellay soit enfin parti, n’est-ce pas une excellente nouvelle ?

      Quant à l’abbé Pagliarani, faisons lui confiance et laissons-lui la chance de réussir et de comprendre ce qu’il fait en cessant d’être dans la suspicion systématique, ensuite nous verrons.

      • Serviteur says:

        Chère Chouanne. Que nenni, que nenni ! Bien heureux au contraire que Mgr Fellay ne soit pas réélu.

        Simplement, comprenez que la méfiance est dorénavant basée sur l’expérience des 20 dernières années.

        Cependant, oui ; ne commençons pas à détruire le nouveau supérieur avant qu’il commence à gouverner la barque. Ce serait injuste et imprudent.

    • Si vous vous trompez, Serviteur, nous serons tous les deux contents. Mais il y a plutôt beaucoup de latin dans la troïka : un Italien, un Espagnol et un Français. C’est le pape qui est le plus sudaméricain de ces quatre, mais les trois autres sont bien qualifiés pour déjouer ses sudaméricanismes. Note : ce n’est pas en Amérique du Sud, mais de retour en France que l’abbé Bouchacourt a sévi.

      • Serviteur says:

        Bonsoir Pamino.

        En-effet, ils sont bien placés pour déjouer, ou pour montrer patte blanche.

        Si la connaissances de l’Amérique du Sud est un moyen utilisé comme tel, ce sera la fin poursuivie qui nous montrera, avec le temps, ce que vaut cette nouvelle équipe de survie.

        Bien à vous.

  7. Olivier d'ANHOFFRE says:

    A mon avis, Mgr Fellay a payé le prix de ses complaisances et de ses ambiguïtés concernant sa position vis-à-vis de l’Eglise conciliaire, gardant un silence suspect sur les dérives de plus en plus extravagantes de M. Bergoglio. Il paye aussi le prix de son autoritarisme et de son intransigeance vis-à-vis de ceux qui dans la FSSPX ne partageaient pas sa position de complaisance plus ou moins larvée avec la Rome conciliaire. On a vu ainsi des prêtres et des évêques débarqués sans ménagement !
    Il faut maintenant voir ce que sera la politique du nouveau supérieur, mais je pense qu’il faut s’attendre à plus de prudence dans les relations avec le Vatican.

    • Chouanne says:

      Entièrement de votre avis! Il a fait beaucoup de mal à la Tradition de l’Eglise en se taisant quand il aurait fallu crier. De ce fait, son successeur va avoir du mal à rendre à la FSSPX la visibilité et l’autorité qu’elle avait avant Mgr Fellay, surtout maintenant que les nouvelles générations ignorent le problème de Vatican II. Or, elles n’auraient pas du ignorer si Mgr Fellay avait osé parler.

  8. François says:

    L’abbé Pagliarani n’est pas de langue française. Il va falloir qu’il s’exerce sérieusement, car la France reste le grand pays de la FSSPX. Son Français, comme celui de Mgr de Galaretta est poussif. Les USA ne sont pas du tout représentés, autre grand pays de la FSSPX qui semblait tout gagné au ralliement.

    • ‹France› est un mot allemand … au sens francique de ce mot … mais que dis-je ? Voilà la France alémannique avec son parlement européen, dans lequel les USA ne sont pas du tout représentés. Que Dieu préserve notre Empereur, notre bon Empereur François !

  9. Ultima Ratio says:

    @Chouanne

    THEOLOGIE DOGMATIQUE ou EXPOSITION DES PREUVES ET DES DOGMES DE LA RELIGION CATHOLIQUE, PAR S. E. LE CARDINAL GOUSSET, 1853 :

    que c’est par Pierre que l’apostolat et l’épiscopat ont pris leur commencement en Jésus-Christ : per Petrum et apostolatus et episcopatus in Christo cœpit exordium – Saint Césaire d’Arles écrivait au pape Symmaque que l’épiscopat prend son origine dans la personne de l’apôtre saint Pierre : a persona beali Petri aposloli episcopatus sumit initium .

  10. Ultima Ratio says:

    @Chouanne, avec l’espoir que vous comprenez votre erreur élémentaire concernent la constitution divine de l’Eglise fondé par Jésus-Christ !?…

    P.Auguste-Alexis GOUPIL,S.J. L’ÉGLISE,Institution,Constitution-Pouvoir.Troisième Partie. Chapitre I. Du Pouvoir d’ordre.p.105 a écrit :

    Il y a dans l’Église un pouvoir d’ordre,distinct et séparable du pouvoir de juridiction,mais cependant connexe à ce pouvoir,et formant avec lui le pouvoir sacré ou hiérarchie.

    DOM A. GREA 1907 . Sa Divine Constitution.p.238 a écrit:
    Ainsi, dépendre de saint Pierre, c’est bien clairement pour l’épiscopat tenir de lui l’origine de la mission ; et par la nature même de l’épiscopat qui est cette dépendance, il faut que les évêques soient envoyés et institués par lui et par lui seul. Ce n’est donc point par une disposition arbitraire, mais par la nécessité même de l’ordre divin de l’Eglise que le seul saint Pierre peut faire un évêque, et qu’il n’y a point d’épiscopat légitime ou possible en dehors de cette unique origine.

    É. Jombart, S.J., Manuel de Droit Canon, p.127 a écrit:

    CHAPITRE PREMIER : ÉVÊQUES

    Notion:Les évêques sont les successeurs des apôtres ( non individuellement,mais le corps des évêques perpétue le corps des apôtres )et,en vertu d’une institution divine,ils sont mis à la tête des église particulières qu’ils gouvernent avec un pouvoir ordinaire sous l’autorité du pontife romain ( C.329).Jésus-Christ a voulu qu’il y eût des évêques à la tête des divers diocèses,mais la délimitation des diocèses est de droit ecclésiastique.

    Ceci ( la Constitution divine de l’église fondé par NSJC ) chez Chouanne doit durer jusqu’à la fin des temps!.. Anti-Pape ou pas , vacance ou pas , hérétique ou pas !…..

    • « DOM A. GREA 1907 . Sa Divine Constitution.p.238 a écrit:

      ‘[…] le seul saint Pierre peut faire un évêque, et […] il n’y a point d’épiscopat […] possible en dehors de cette unique origine.’

      Personne à Rome ne nie que Mgrs Fellay, de Galarreta, Tissier de Mallerais et Williamson aient été faits évêques par Mgr Lefebvre. Les Romains devraient-ils donc lire Dom Grea ?

      • Ultima Ratio says:

        En conséquent de façon schismatique !…
        Car seul le souverain Pontife successeur des saint Pierre peut faire un évêque !..

        THEOLOGIE DOGMATIQUE OU EXPOSITION DES PREUVES ET DES DOGMES DE LA RELIGION CATHOLIQUE, PAR S. E. LE CARDINAL GOUSSET, 1853.p.717 :

        Car il n’a été donné qu’au souverain pontife d’exercer cette juridiction sur tous les autres évêques en les appelant, en les choisissant, les déposant, les envoyant; en sorte que nul n’est choisi ni envoyé de Dieu que par ce même pontife, comme Polus le fait voir par d’incontestables exemples.

    • Chouanne says:

      I- Je comprends que ce qui vous chagrine dans le rôle des évêques de la FSSPX c’est leur manque d’une juridiction précise émanent du pape et je vous remercie de vos efforts.

      II- ce que je ne comprends pas: c’est que vous fassiez référence à Saint-Pie X pour me prouver l’importance de la juridiction des évêques

      III- Mais ce que je ne comprends pas c’est que dans une sorte de schizophrènie, vous mettez une barrière dans votre cerveau entre la mise au point des évêques avec juridiction et mission de Saint-Pie X, rendue obsolette par ce même saint-Pie X du qu’il a condamné par avance au cours de deux encycliques au moins (le Sillon et Pascendi) l’Eglise conciliaire avec toute sa hiérarchie, la déclarant par avance gravement hérétique et même “le canal de toutes les hérésies”.

      IV- Ce que je ne comprends pas, c’est votre refus de répondre à aucune de mes objections, à la manière des jésuites manipulateurs. Feignant de n’avoir pas lu mes objections vous répétez en boucle en citant des textes actuellement périmés du fait de l’Eglise conciliaire.

      “Anti-Pape ou pas , vacance ou pas , hérétique ou pas” dites-vous, eh bien justement non! cela n’est pas égal que le pape soit pape ou anti-pape, que le siège soit vacant ou pas, et que les instances de l’Eglise soient hérétiques ou pas. Au contraire c’est cela et rien que cela le nœud du problème car seule la Foi est immuable et qu’en aucun cas la loi ou la discipline ne peut être un obstacle à la foi.

      Il s’agit de “tout restaurer dans le Christ” dit encore ST Pie X, il ne dit pas qu’il faut tout restaurer dans le pape.

      • Ultima Ratio says:

        1° l’ouvrage du Père Deviviers S.J., COURS D’APOLOGÉTIQUE CHRÉTIENNE OU EXPOSITIONS RAISONNÉE DES FONDEMENTS DE LA FOI, cité pour démontrer votre erreur concernent les légitimes successeurs des Apotres conformément a la constitution divine de l’église a l’approbation personnelle en autre de Mgr Sarto , ( future saint Pie X ) au Père Deviviers S.J., COURS D’APOLOGÉTIQUE CHRÉTIENNE OU EXPOSITIONS RAISONNÉE DES FONDEMENTS DE LA FOI.

        2°- la FSSPX ou autre organisation parallèle autocéphale comme par exemple l’Institut Mater Boni Consilii, ( I.B.M.C ) des guérardiens ou les organisations dites sédévacantistes ect.. n’ont jamais eu de quelconque mission et juridiction congénitalement parlent !…

        Comme les Sarabaïtes dont parle Saint Benoît, ces gens estiment bien ce qui lui plaît, et interdit ce qui lui déplaît…!.
        .
        qui n’ont jamais été appelés par l’Eglise !
        A qui l’Eglise n’a jamais donné de mission et juridiction !
        Et même si ces “prêtres” sont de grands saints comme beaucoup le soutiennent, l’Eglise ne le leur a jamais rien demandé, et surtout pas d’agir en son nom pour la sauver !

        3° D’évidence vous ne comprenez pas !..
        – La Mission et Juridiction de qui de droit est une loi divine de NSJC dont aucun Pape ne peut supprimer ou rendre caduc !… c’est comme la loi divine de l’indissolubilité du mariage valide.
        Cela ne peut pas etre caduc pour causse d’Anti-Pape à Rome par exemple !..

        4) Il s’agit de « tout restaurer dans le Christ » dit encore ST Pie X, il ne dit pas qu’il faut tout restaurer dans le pape.

        Oui, mais cela ne peut etre fait que par les successeurs des Apotres légitimes , c’est-à-dire le collège Apostolique car eux seul ont reçu mission de NSJC !… pas par des gens de l’église enseignée a la Martin Luther sans mission et donc sans aucune légitimité quelconque !..
        Car cela est du brigandage de la constitution divine de l’église !…

        Lettre Encyclique SATIS COGNITUM,(29 juin 1896) sur l’unité de l’Eglise.A nos vénérables frères les Patriarches, Primats, Archevêques, Evêques et autres ordinaires en grâce et communion avec le siège apostolique.LÉON XIII, PAPE.VÉNÉRABLES FRÈRES, SALUT ET BÉNÉDICTION APOSTOLIQUE.

        Ce n’est, en effet, qu’aux apôtres et à leurs légitimes successeurs que s’adressent ces paroles de Jésus-Christ : « Allez dans le monde tout entier, prêchez-y l’Evangile… baptisez les hommes… faites cela en mémoire de Moi… Les péchés seront remis à ceux à qui vous les aurez remis ». De la même façon, ce n’est qu’aux apôtres et à leurs légitimes successeurs qu’Il a ordonné de paître le troupeau, c’est-à-dire de gouverner avec autorité tout le peuple chrétien, lequel est en conséquence obligé, par le fait même, à leur être soumis et obéissant. Tout l’ensemble de ces fonctions du ministère apostolique est compris dans ces paroles de saint Paul : « Que les hommes nous regardent comme ministres du Christ et dispensateurs des mystères de Dieu » (I Corinth., IV, 1).

        • Chouanne says:

          J’attends toujours votre réponse pour m’expliquer comment vous assumez l’incohérence dans laquelle vous argumentez concernant Saint-Pie X. Que Saint-Pie X n’ait aucune influence sur la constitution divine de l’Eglise n’empêche pas qu’il ait dénoncé par avance comme la pire des horreurs et la plus grande trahison du Christ dans des encycliques réputées infaillibles l’Eglise conciliaire qui prêche un autre Evangile que celui qui nous a toujours été enseigné. Et que cela atteint non seulement la constitution divine de l’Eglise dans ses plus hauts fondements ainsi que Léon XIII déjà en avait eu la révélation, mais encore remet en question ce qui a toujours été cru partout dans l’Eglise, c’est-à-dire les fondements de la Tradition et donc de la Foi…. Alors votre juridiction que vous portez au pinacle comme si rien ne lui était surpassable au prétexte d’une constitution divine de l’Eglise, c’est complètement schyzophrènique.

          Mgr Lefevbvre disait “contra factum non fecit argumentem.” Or c’est une maladie caractéristique des modernistes de ne pas regarder la réalité en face mais au contraindre de vouloir contraindre la réalité à passer par le prisme de son idéologie. Comme de prétendre qu’un homme est une femme par exemple. Votre ode idolâtrique, plus haut, au pape rentre bien dans ce schéma. Vous restaurez tout dans le pape au lieu de tout restaurer dans le Christ.

          Vous me parlez de “constitution divine de l’Eglise” ? Il serait peut-être urgent de se rendre compte qu’une erreur qui échappe peut-être au divin, s’est glissée dans cette constitution ?

          De même qu’après avoir institué Pierre comme chef de l’Eglise le Christ ajoute que “les portes de l’Enfer ne prévaudront pas contre l’Eglise”. C’est une phrase du Christ qui a, de toute évidence, à l’épreuve des faits, été constamment mal interprétée dans l’Eglise ainsi que le constatait Mgr Lefebvre qui disait donc à ce propos: contre les faits aucun arguments ne tient.” Car en effet, les portes de l’Enfer se sont bien “immiscées par quelques fissures” dans l’Eglise, dixit Paul VI!

          Subordonner la foi à la loi au prétexte de l’obéissance idolatre au pape est oeuvre d epharisien, or NSJC est venu nous enseigner la Foi et la charité. C’est cela seul qui sauvera nos âmes. Il a donné ordre à ses apôtres: “allez enseignez les nations! ” Il ne leur a pas dit “allez préparez les juridictions selon l’article 3 alinéa 4 de la constitution divine de l’Eglise.” Les évêques légaux successeurs des apôtres, enseignent bien l’Evangile aux nations, alors que ceux de l’Eglise conciliaire sont anathèmes car ils enseignent un autre Evangile que celui des apôtres.

          Les évêques et les prêtres de la FSSPX enseignent les nations, selon les ordres du Christ et l’Eglise conciliaire aimerait bien mettre la main dessus pour regonfler ses troupes qui s’étiolent quoique prétendument “divinement” juridictionnées mais dans l’apostasie.

      • « l’importance de la juridiction des évêques » (Choanne).
        Elle est en effet importante. En l’état présent de la FSSPX, ses évêques ont évidemment conservé leur pouvoir d’ordre ; seulement, l’un d’eux qui jusqu’à l’élection de mercredi possédait en plus une juridiction d’urgence – j’invoque celle, extraordinaire, que possédait Mgr Lefbvre sur sa Fraternité même ayant déposé celle, ordinaire, d’un évêque de Tulle – l’a perdue, et c’est maintenant pour la deuxième fois un simple prêtre qui a hérité de son prédécesseur dans la lignée de Mgr Lefebvre la juridiction d’urgence que réclamait à juste titre ce dernier.

        • De nouveau, pardon ; pour ‹*Choanne› lire ‹Chouanne›. (Entretemps s’est interposée Ultima Ratio, à laquelle je ne saurais pas m’opposer.)

        • Ultima Ratio says:

          Chouanne –

          “Le Pape et l’Eglise, c’est tout un”. Ce mot profond est de saint François de Sales.

          • Cadoudal says:

            mais il arrive que des hommes proclamés papes soient en fait des anti-papes ou des intrus;

            l’ histoire de l’ Eglise recense plus de 44 anti papes et environ 8 intrus

            ce sont des conciles généraux qui , avec beaucoup de retard, remettent de l’ ordre , qui remettent hommes et opinions à leur place ;

            bientôt un Vatican III pour mettre la série de Jean XXIII à Dingoglio sur la liste des intrus., imposés par une Secte hostile.

            • Ultima Ratio says:

              1 ° l’histoire ecclésiastique ?… vous la galvaudez pour justifier un comportement bien déréglé !…

              2° dans cette éventuelle attente , cela ne vous donne strictement pas le droit d’allers voir des organisation autocéphale sans mission !…
              Car comme vous le pérorez subjectivement : “Ce sont des conciles généraux avec beaucoup de retard, remettent de l’ ordre , qui remettent hommes et opinions à leur place ” c’est-à-dire le collège apostolique ….. dont la FSSPX ne fait strictement pas partie de près ou de loin a ce jour !…

              • Cadoudal says:

                la Fraternité SSPX répond à une nécessité , dont dépend le salut éternel de notre âme:

                rester catholique quand l’ Eglise est envahie par des loups déguisés en papes, en évêques, en docteurs

                rester catholique quand Dingoglio proclame :
                “je crois en Dieu; pas le Dieu catholique; il n’y a pas de Dieu catholique”

                “il suffit que chacun définisse son Bien et son Mal , pour que les choses aillent mieux”

                • Ultima Ratio says:

                  Oui, comme Martin Luther aussi a son époque !… d’ailleurs les organisations parallèles et soeurs autocéphales de la FSSPX dites “sédévacantistes” pérorent la meme prose !… vous voyez bien que malgré tous que vous etre un partissent de la liberté religieuse promulgué a Vatican II .

                  • Cadoudal says:

                    la liberté religieuse de Vatican II mène à Assise ,

                    à l’apostasie de la foi catholique ,de la foi dans la Trinité, l’ Incarnation du Fils de Dieu.

                    Jésus Christ mis au même niveau que Bouddha, Mahomet

        • Chouanne says:

          En aucun cas, Pamino, le fait que le supérieur de la FSSPX soit un prêtre n’entrave en quoi que ce soit la mission ou juridiction d’urgence de chacun des évêques de la FSSPX. Bien au contraire c’était un vœu de Mgr Lefebvre que la FSSPX soit administrée par un prêtre plutôt que par un évêque. Le fait que Mgr Lefebvre ou Mgr Fellay ait été supérieur de la Fraternité ne leur donnait plus de droit à enseigner les nations et à transmettre la foi qu’aux autres évêques de la FSSPX. Par contre il faut attendre la déclaration finale de ce chapitre pour connaitre ses grandes orientations auxquelles seront subordonnées les supérieurs.

          Mgr Fellay avait allègrement enfreint en toute illégalité les directives du chapitre qui l’avait réélu en préparant le ralliement de 2012 auquel la FSSPX n’a échappé que par un revirement de dernière minute de Benoît XVI qui voulait une FSSPX entière et non pas une demi FSSPX, tant il savait que celle-ci allait se scinder. C’est donc Benoît XVI, probablement sous la vigilance de l’âme de Mgr Lefebvre, qui a sauvé en 2012 la FSSPX et sa mission de conserver la foi.

          Car ainsi que vous le faites remarquer avec justesse plus haut, Rome ne remet absolument pas en question la validité des sacres de Mgr Lefebvre aux quatre évêques, ni les 700 prêtres actuels (sans compter ceux qui nous ont quitté au fil des ans) qu’ils ont ordonnés depuis. Ultima ratio campé sur sa juridiction divino-papale défend ce que son pape adoré ne défend pas du tout.

          • Ultima Ratio says:

            juridiction d’urgence n’existe que dans votre tête ou dans la tête de Martin Luther qui affirmait avoir juridiction extraordinaire ….

            Dans l’Eglise Catholique , il y a simplement la juridiction ordinaire ou délégué par le supérieur légitime et pour des cas accidentels la suppléance canonique qui n’est pas une alternative a l’absence de juridiction ordinaire ou délégué.

          • Ultima Ratio says:

            1° Personne ne se trouve et personne ne demeure dans cette unique Église du Christ, à moins de reconnaître et d’accepter, avec obéissance, l’autorité et la puissance de Pierre et de ses légitimes successeurs.

            Pie XI, Mortalium animos, 1928

            2°Que parmi vous il n’y ait pas de place pour l’orgueil du libre examen, qui relève de la mentalité hétérodoxe plus que de l’esprit catholique, et selon lequel les individus n’hésitent pas à peser au poids de leur jugement propre même ce qui vient du Siège Apostolique.

            Pie XII, déclaration aux jésuites réunis en Congrès à Rome, 10 septembre 1958

            3° La société est malade, toutes les parties de son corps sont touchées; les sources de la vie sont atteintes.
            L’unique refuge, l’unique remède, c’est le Pape.

            Mgr Sarto (futur St Pie X) alors Patriarche de Venise, cité dans Pour qu’il règne, la cité catholique, 1959, p. 492

            4°”Vous serez appelés Papistes, cléricaux, rétrogrades, intransigeants. VANTEZ-VOUS EN !” (Saint Pie X)

            • Chouanne says:

              Ultima ratio, vous avez besoin de vous faire soigner car vous êtes un catholique conciliaire qui se réclame de l’Eglise catholique de toujours, ce qui est une maladie de l’esprit car c’est complètement incompatible. Mais le modernisme qui guide l’Eglise conciliaire et sa hiérarchie est justement léprosée par le modernisme ainsi que Saint-Pie X l’a écrit dans son encyclique infaillible Pascendi:

              LETTRE ENCYCLIQUE
              DE SA SAINTETÉ LE PAPE PIE X
              SUR LES ERREURS DU MODERNISME
              » les artisans d’erreurs, il n’y a pas à les chercher aujourd’hui parmi les ennemis déclarés. Ils se cachent (…)dans le sein même et au coeur de l’Eglise,(…) un grand nombre (…) de prêtres, qui, sous couleur d’amour de l’Eglise, (…) imprégnés au contraire jusqu’aux moelles d’un venin d’erreur puisé chez les adversaires de la foi catholique, se posent, au mépris de toute modestie, comme rénovateurs de l’Eglise; qui, en phalanges serrées, donnent audacieusement l’assaut à tout ce qu’il y a de plus sacré dans l’oeuvre de Jésus-Christ, sans respecter sa propre personne, qu’ils abaissent, par une témérité sacrilège, jusqu’à la simple et pure humanité. »

              « Ennemis de l’Eglise, certes ils le sont, et à dire qu’elle n’en a pas de pires on ne s’écarte pas du vrai. Ce n’est pas du dehors, en effet, on l’a déjà noté, c’est du dedans qu’ils trament sa ruine; le danger est aujourd’hui presque aux entrailles mêmes et aux veines de l’Eglise; leurs coups sont d’autant plus sûrs qu’ils savent mieux où la frapper. Ajoutez que ce n’est point aux rameaux ou aux rejetons qu’ils ont mis la cognée, mais à la racine même, c’est-à-dire à la foi et à ses fibres les plus profondes. Puis, cette racine d’immortelle vie une fois tranchée, ils se donnent la tâche de faire circuler le virus par tout l’arbre: nulle partie de la foi catholique qui reste à l’abri de leur main, nulle qu’ils ne fassent tout pour corrompre. Et tandis qu’ils poursuivent par mille chemins leur dessein néfaste, rien de si insidieux, de si perfide que leur tactique: amalgamant en eux le rationaliste et le catholique, ils le font avec un tel raffinement d’habileté qu’ils abusent facilement les esprits mal avertis. D’ailleurs, consommés en témérité, il n’est sorte de conséquences qui les fasse reculer, ou plutôt qu’ils ne soutiennent hautement et opiniâtrement. » Avec cela, (…) des moeurs recommandables d’ordinaire pour leur sévérité. »Etc.

              C’est le portrait craché de la hiérarchie conciliaire, papes compris. – Hormis pour les moeurs, mais on n’arrête pas le progrès-, les loups déguisés en brebis dont vous faites partie! Ce pape avait solennellement démasqué par avance et condamné l’Eglise conciliaire et le concile Vatican II.

            • MA Guillermont says:

              Ultima Ratio , je partage … rassurez – moi … Bergoglio est … l’impie assis sur le trône de St Pierre !
              Est-ce aussi votre opinion ?

              • Soupape says:

                Dans les temps difficiles,
                un des critères entre la vraie Foi et l’erreur.
                me parait le suivant :

                Le moderniste ne prie pas,
                ou s’il continue à prier, c’est par obligation,
                car, sa religion venant de lui,
                il ne ressent évidemment pas le besoin …
                de se prier lui-même. …

                En cas de désaccord,
                celui qui a reçu de Dieu la grâce de Le connaître un peu,
                prend toujours à témoin les Paroles de Jésus-Christ,
                ou celles des Apôtres,
                et il continue à prier spontanément …

                Les autres invoquent le règlement, ou la philosophie …
                et ne prient plus,
                ou n’ont souvent jamais prié vraiment …

                Dans la longue dispute ci dessus,
                l’un des protagonistes croit pouvoir s’en tirer
                en restant dans un univers abstraitement parfait,
                (l’univers illusoire qui évacue le Péché,
                celui où l’homme serait “bon de nature”)
                en ignorant complètement certaines paroles du Christ :
                “Méfiez-vous des faux-prophètes … etc …”

                Car il nous est dit
                1 – qu’il y aura des FAUX prophètes,
                et 2 – qu’il faudra s’en MEFIER
                (preuve qu’il ne sera pas toujours évident de les distinguer …)

                Il me semble donc que celui
                qui conserve une Vie de Prière spontanée,
                et sent qu’il continue de participer à la Vie Divine
                ne peut pas se tromper longtemps.

                Les brebis connaissent le Pasteur
                et reconnaissent le son de sa Voix.
                La voix du loup détonne fortement …
                et les brebis le sentent tout de suite …

                • MA Guillermont says:

                  Dans cette crise évidente du Catholicisme , par la pensée moderniste pour les uns avec ce redoutable Concile V 2 par qui les fumées de Satan pénétraient dans l’Église , pour les autres se croire les Elus du sérail … , vos notes respirent la liberté et la droite raison … l’immuable vérité de la Foi sous la grâce du Saint-Esprit !
                  Merci Soupape …la liberté , la seule , la vraie est TOUJOURS le choix du bien !

                  • Soupape says:

                    J’ai une petite Fable de La Fontaine

                    “LE LOUP DEVENU BERGER”

                    Un Loup, qui commençait d’avoir petite part
                    aux brebis de son voisinage,
                    crut qu’il fallait s’aider de la peau du renard,
                    et faire un nouveau personnage (fcm89 théolochose)

                    Il s’habille en berger, endosse un hoqueton,
                    fait sa houlette d’un bâton.
                    Sans oublier la cornemuse.

                    Pour pousser jusqu’au bout la ruse,
                    il aurait volontiers écrit sur son chapeau :
                    “c’est moi qui suis Guillot, berger de ce troupeau”

                    Sa personne étant ainsi faite,
                    et ses pieds de devant posés sur sa houlette,
                    Guillot le sycophante approche doucement.

                    Guillot, le vrai Guillot, étendu sur l’herbette,
                    dormait alors profondément ;
                    son chien dormait aussi, comme aussi sa musette :
                    le plupart des brebis dormaient pareillement.

                    L’hypocrite les laissa faire ;

                    et pour pouvoir mener vers son fort les brebis,
                    il voulut ajouter la Parole aux Habits,
                    chose qu’il croyait nécessaire.

                    Mais cela gâta son affaire

                    Il ne put du Pasteur contrefaire la voix.
                    Le ton dont il parla fit retentir les Bois,
                    et découvrir tout le Mystère.

                    Chacun se réveille à ce son,
                    les brebis, le chien, le garçon.

                    Le pauvre Loup, dans cet esclandre,
                    empêché par son hoqueton,
                    ne put ni fuir ni se défendre.

                    Toujours par quelque endroit,
                    fourbes se laissent prendre …

                    • MA Guillermont says:

                      Hihi hi … mais pourquoi le dénommer Guillot (ine … ) ?

  11. Bainville says:

    La situation de l’Eglise est celle des derniers temps, beaucoup d’évêques ne défendent pas vraiment les vérités essentielles, qui ont été crues, enseignées en tous temps, en tous lieux, et par tous.

    Les déclarations ou gestes de certains cardinaux actuels, du Pape, concernant les mœurs, les lois morales divines, et leurs buts différents de la recherche du salut des âmes par la diffusion de la doctrine confirmée par tous les conciles dogmatiques et les pères et docteurs de l’Eglise , prouvent de façon aveuglante que la Foi est en danger et que beaucoup d’âmes sont amenées sur des voies dangereuses.

    La FSSPX, avec héroïsme, encourant la malédiction des puissants et du monde, a refusé de s’incliner devant les valeurs du monde mises en honneur à Vatican II, concile non dogmatique.

    Alors que les lycées et collèges diocésains ont abandonné les critères précis de l’école catholique, selon l’enseignement confirmé par le Pape Pie XI dans Divini illius Magistri, les professeurs étant en majorité indifférents ou hostiles à la religion catholique, les élèves admis pouvant être athées ou d’autres confessions, la FSSPX a fondé des écoles primaires, puis secondaires, qui répondent aux critères d’une école vraiment catholique, et cela avec des ressources dérisoires et l’indifférence, au mieux, des structures officielles.

    La foi est vive, l’enseignement profond et chaleureux, les familles encouragées, l’apostolat développé dans les nombreux prieurés, il faut être en dehors du réel et peu honnête pour affubler la FSSPX de sentimentalisme désuet.

    Les évêques catholique de la FSSPX ont reçu l’ordre mais aucune juridiction, la mauvaise foi d’un scribe rivé à la lettre lui permet de brandir le mot Schisme à chaque virgule, bien des autorités romaines ont admis le contraire à bien des occasions(Jubilé de 2001 ou 2002, entre autres)

    Ultima ratio: le luthéranisme, qui a détruit la présence de l’Eglise du Christ dans une partie de l’Europe, en niant plusieurs dogmes fondamentaux, en accumulant les ruines et les crimes, est accueilli à bras ouverts, Le Père Congar un des inspirateurs de Vatican II déclarant que Luther devrait être mis au rang des plus grandes figures de l’Eglise, le Pape François installant la statue de l’hérésiarque au Vatican et proclamant que Luther avait eu raison sur la question essentielle de la justification, méprisant ainsi les canons admirables et infaillibles du Concile de Trente.

    Nous pourrions évoquer d’autres point de rupture, donnant à la FSSPX le privilège de l’héroïcité dans la défense de la Foi, et aussi du Saint sacrifice de la Messe, propitiatoire pour les vivants et les morts, dogme si admirable et qui faisait à ce Luther réhabilité par certains esprits à la remorque des valeurs du Monde, qui ne sont pas celles du Christ et de ses serviteurs restés fidèles.

    Les citations en boucle d’un traité inadapté à la situation révolutionnaire actuelle, ce procédé est dérisoire devant les faits et l’héroïsme dans la FOI.

  12. Bainville says:

    ERRATUM à la 37 ème Ligne

    La situation de l’Eglise est celle des derniers temps, beaucoup d’évêques ne défendent pas vraiment les vérités essentielles, qui ont été crues, enseignées en tous temps, en tous lieux, et par tous.

    Les déclarations ou gestes de certains cardinaux actuels, du Pape, concernant les mœurs, les lois morales divines, et leurs buts différents de la recherche du salut des âmes par la diffusion de la doctrine confirmée par tous les conciles dogmatiques et les pères et docteurs de l’Eglise , prouvent de façon aveuglante que la Foi est en danger et que beaucoup d’âmes sont amenées sur des voies dangereuses.

    La FSSPX, avec héroïsme, encourant la malédiction des puissants et du monde, a refusé de s’incliner devant les valeurs du monde mises en honneur à Vatican II, concile non dogmatique.

    Alors que les lycées et collèges diocésains ont abandonné les critères précis de l’école catholique, selon l’enseignement confirmé par le Pape Pie XI dans Divini illius Magistri, les professeurs étant en majorité indifférents ou hostiles à la religion catholique, les élèves admis pouvant être athées ou d’autres confessions, la FSSPX a fondé des écoles primaires, puis secondaires, qui répondent aux critères d’une école vraiment catholique, et cela avec des ressources dérisoires et l’indifférence, au mieux, des structures officielles.

    La foi est vive, l’enseignement profond et chaleureux, les familles encouragées, l’apostolat développé dans les nombreux prieurés, il faut être en dehors du réel et peu honnête pour affubler la FSSPX de sentimentalisme désuet.

    Les évêques catholique de la FSSPX ont reçu l’ordre mais aucune juridiction, la mauvaise foi d’un scribe rivé à la lettre lui permet de brandir le mot Schisme à chaque virgule, bien des autorités romaines ont admis le contraire à bien des occasions(Jubilé de 2001 ou 2002, entre autres)

    Ultima ratio: le luthéranisme, qui a détruit la présence de l’Eglise du Christ dans une partie de l’Europe, en niant plusieurs dogmes fondamentaux, en accumulant les ruines et les crimes, est accueilli à bras ouverts, Le Père Congar un des inspirateurs de Vatican II déclarant que Luther devrait être mis au rang des plus grandes figures de l’Eglise, le Pape François installant la statue de l’hérésiarque au Vatican et proclamant que Luther avait eu raison sur la question essentielle de la justification, méprisant ainsi les canons admirables et infaillibles du Concile de Trente.

    Nous pourrions évoquer d’autres point de rupture, donnant à la FSSPX le privilège de l’héroïcité dans la défense de la Foi, et aussi du Saint sacrifice de la Messe, propitiatoire pour les vivants et les morts, dogme si admirable et qui faisait HORREUR à ce Luther réhabilité par certains esprits à la remorque des valeurs du Monde, qui ne sont pas celles du Christ et de ses serviteurs restés fidèles.

    Les citations en boucle d’un traité inadapté à la situation révolutionnaire actuelle, ce procédé est dérisoire devant les faits et l’héroïsme dans la FOI.

  13. Chouanne says:

    Dans son encyclique infaillible -car concernant la foi et les moeurs-, Saint-PieX a condamné solennellement la secte conciliaire par avance (car il la sentait gangréner l’Eglise déjà) qui sévit depuis Vatican II au Vatican. Son encyclique est la description exacte de “l’égoût collecteur de toutes les hérésies”, tel qu’il décrit la lèpre moderniste qui guide l’Eglise conciliaire:

    LETTRE ENCYCLIQUE
    DE SA SAINTETÉ LE PAPE PIE X
    SUR LES ERREURS DU MODERNISME
    http://w2.vatican.va/content/pius-x/fr/encyclicals/documents/hf_p-x_enc_19070908_pascendi-dominici-gregis.html

    » les artisans d’erreurs, il n’y a pas à les chercher aujourd’hui parmi les ennemis déclarés. Ils se cachent (…)dans le sein même et au coeur de l’Eglise,(…) un grand nombre (…) de prêtres, qui, sous couleur d’amour de l’Eglise, (…) imprégnés au contraire jusqu’aux moelles d’un venin d’erreur puisé chez les adversaires de la foi catholique, se posent, au mépris de toute modestie, comme rénovateurs de l’Eglise; qui, en phalanges serrées, donnent audacieusement l’assaut à tout ce qu’il y a de plus sacré dans l’oeuvre de Jésus-Christ, sans respecter sa propre personne, qu’ils abaissent, par une témérité sacrilège, jusqu’à la simple et pure humanité. »

    « Ennemis de l’Eglise, certes ils le sont, et à dire qu’elle n’en a pas de pires on ne s’écarte pas du vrai. Ce n’est pas du dehors, en effet, on l’a déjà noté, c’est du dedans qu’ils trament sa ruine; le danger est aujourd’hui presque aux entrailles mêmes et aux veines de l’Eglise; leurs coups sont d’autant plus sûrs qu’ils savent mieux où la frapper. Ajoutez que ce n’est point aux rameaux ou aux rejetons qu’ils ont mis la cognée, mais à la racine même, c’est-à-dire à la foi et à ses fibres les plus profondes. Puis, cette racine d’immortelle vie une fois tranchée, ils se donnent la tâche de faire circuler le virus par tout l’arbre: nulle partie de la foi catholique qui reste à l’abri de leur main, nulle qu’ils ne fassent tout pour corrompre. Et tandis qu’ils poursuivent par mille chemins leur dessein néfaste, rien de si insidieux, de si perfide que leur tactique: amalgamant en eux le rationaliste et le catholique, ils le font avec un tel raffinement d’habileté qu’ils abusent facilement les esprits mal avertis. D’ailleurs, consommés en témérité, il n’est sorte de conséquences qui les fasse reculer, ou plutôt qu’ils ne soutiennent hautement et opiniâtrement. » Avec cela, (…) des moeurs recommandables d’ordinaire pour leur sévérité.
    …)
    4. Et comme une tactique des modernistes (ainsi les appelle-t-on communément et avec beaucoup de raison), tactique en vérité fort insidieuse, est de ne jamais exposer leurs doctrines méthodiquement et dans leur ensemble, mais de les fragmenter en quelque sorte et de les éparpiller çà et là, ce qui prête à les faire juger ondoyants et indécis, quand leurs idées, au contraire, sont parfaitement arrêtées et consistantes, il importe ici et avant tout de présenter ces mêmes doctrines sous une seule vue, et de montrer le lien logique qui les rattache entre elles. Nous Nous réservons d’indiquer ensuite les causes des erreurs et de prescrire les remèdes propres à retrancher le mal.
    » Etc. Lire la suite ici: http://w2.vatican.va/content/pius-x/fr/encyclicals/documents/hf_p-x_enc_19070908_pascendi-dominici-gregis.html

    C’est le portrait craché de la hiérarchie conciliaire, papes compris. – Hormis pour les moeurs, mais on n’arrête pas le progrès-, les loups déguisés en brebis! Ce pape avait solennellement démasqué par avance et condamné l’Eglise conciliaire et le concile Vatican II.

    • Ultima Ratio says:

      Exacte , je ne peux que souscrire et sans réserve a l’encyclique de saint Pie X !…
      Toutefois , en quoi cela change la constitution divine de l’Eglise !….
      Le fait qu’il y a des individus hérétique dans les structures matérielles de l’église change la constitution divine de l’église !?…. Vous appliquez à l’Eglise les conditions des gouvernements humains. Fébronius rejetait la constitution monarchique de l’Église. D’après lui, le pouvoir de gouvernement donné par le Christ à l’ensemble de l’Église, devait être exercé par les évêques.

      Mais encore, Le gallicanisme est un ensemble de doctrines et de pratiques qui attribuaient à l’Église de France, dans ses relations avec le Saint-Siège, et aux princes, dans leurs rapports avec le pouvoir spirituel, un certain nombre de droit ou privilèges, désignés sous le nom de liberté gallicanes. Comme on le voit par cette définition, le gallicanisme avait un double aspect : il était ecclésiastique ou politique.

      Le gallicanisme prétendait : 1) que le sujet du pouvoir spirituel n’est pas le pape seul, mais l’Église universelle, que le concile général est au-dessus du pape, que, au point de vue doctrinal, le pape n’est infaillible que si son enseignement s’accorde avec l’Église entière, et au point de vue disciplinaire, il est lié par les canons de l’Église entière et par les coutumes des églises locales.

      Avez-vous remarquez la similitude doctrinale entre la FSSPX et les autre organisations “sédévacantistes” et le gallicanisme dont Pie IX a condamné !…

  14. Ultima Ratio says:

    Chouanne, ” Dans son encyclique infaillible -car concernant la foi et les moeurs-”

    Je me permets Cher Chouanne de prendre la balle au vol !..
    Car effectivement , la FSSPX niant régulièrement l’Infaillibilité du Magistère Ordinaire Universelle , c’est-à-dire des Encycliques , des bulles et meme lorsque cela concernent la foi ou les moeurs ect….Mais encore de façon plus grave l’Infaillibilité d’un concile général , c’est-à-dire du Magistère solennel ex cathédra du collège apostolique uni au souverain pontife à l’Eglise universelle . Les Vieux-Catholique ont été excommunié pour cela par Pie IX ….

    • Chouanne says:

      “L’Eglise conciliaire” ainsi qu’elle se définit elle-même, n’étant pas l’Eglise catholique, ses encycliques n’ont rien à voir avec l’Eglise catholique dans l’enveloppe de laquelle l’Eglise conciliaire se love.

      L’encyclique de Saint-Pie X (ci-dessus) condamne par avance l’Eglise conciliaire comme n’étant plus l’Eglise catholique. http://w2.vatican.va/content/pius-x/fr/encyclicals/documents/hf_p-x_enc_19070908_pascendi-dominici-gregis.html

      Pour résumer: On se moque des encycliques, de la politique pro-musulmane et protestante, de la soumission au dogme de la shoah, et autres manigances LGBT de l’Eglise conciliaire. Rien de cela n’est catholique. Ce qui nous intéresse c’est l’intégrité de la foi catholique et apostolique, telle qu’elle a été reconnue toujours et partout jusqu’à Vatican II et sa révolution en forme de coup d’Etat. Tout le reste c’est du baratin de pharisien.

    • Cher Pessima Ratio
      Par curiosité pouvez-vous me dire de qu’elle nationalité êtes-vous?

    • A ultima ratio,

      Le “magistère solennel ex cathedra du collège apostolique”, ne veut pas dire grand chose il me semble. Le magistère “ex cathedra” voulant signifier du pape seul (de la chaire de Pierre) qu’il soit solennel ou ordinaire d’ailleurs, tous deux infaillibles, nous sommes d’accord? Infaillibles ainsi que tout concile général du collège apostolique uni au souverain pontife (solennel universel) et tout enseignement des évêques dispersés en union avec le Pape (ordinaire universel). Le pape (pas un imposteur!) étant le facteur d’infaillibilité.
      Mais,
      – De quel concile général la Fsspx nierait selon vous l’infaillibilité? (je suis d’accord avec vous qu’elle nie l’infaillibilité papale puisqu’elle ose officiellement prendre un monstre pour vicaire du Christ et plus généralement soutient qu’un hérétique publique peut être membre de la Sainte Eglise).
      – En quoi les “organisations sédévacantistes” seraient similaires aux gallicans ? (étant donné qu’ils reprochent précisément à la Fsspx de ne reconnaître l’infaillibilité d’un enseignement que s’il est conforme à celui de l’Eglise entière, la Tradition, et non parce qu’il émane du pape)

      Soutiendriez vous que le Concile de Vatican 2 est infaillible?

      • Chouanne says:

        A RDN
        Concernant la reconnaissance des papes conciliaires comme vrais papes par la FSSPX. Ce ne peut être que par prudence que la FSSPX recconnaît les papes conciliaires comme papes, me semble-t-il. C’est ainsi que je le conçois. Aucune instance en droit de le faire n’ayant pour le moment déposé lesdits papes.

        L’Eglise étant rongée de l’intérieur ainsi que l’explique fort bien l’encyclique Pascendi de Saint-Pie X , mais à son plus haut degré, ce que le saint Pape a tenté de prévenir par ses encycliques réputées infaillibles du fait du concile Vatican I. http://w2.vatican.va/content/pius-x/fr/encyclicals/documents/hf_p-x_enc_19070908_pascendi-dominici-gregis.html S’il n’a pu prévenir le désastre, du moins l’a-t-il condamné par avance.

        Lesdits papes, que vous l’admettiez ou non, sont donc aux yeux du monde les vrais papes, et ceci est une réalité qu’il est impossible d’ignorer. Comme lors du grand schisme d’Occident il faut donc attendre l’action (même illégale comme ce fut le cas) d’un concile par exemple, imposé de l’extérieur comme ce fut le cas alors, pour remettre de l’ordre dans l’Eglise.

        Car l’Eglise (la Rome éternelle) ne peut en aucun cas abandonner tous les baptisés catholiques sous prétexte d’un coup d’Etat interne, c’est-à-dire d’une trahison des clercs. C’est un acte de charité élémentaire auquel Mgr Fellay s’est en grande partie soustrait, hélas! Amenuisant de ce fait les efforts de Mgr Lefebvre qui n’hésitait pas à convoquer la presse et à faire grand bruit pour alerter le troupeau catholique. Ce que ne sont pas en mesure de faire les sédévacantistes qui, comme les pharisiens s’attachent beaucoup trop à la lettre de la loi, plutôt que de viser directement la défense de la foi.

        La Sainte-Vierge jusqu’à Fatima ne s’est-elle pas souciée avant tout de sauver les âmes ? N’est-ce pas ce qu’elle a demandé inlassablement ? Ne s’agit-il plus d’enseigner les nations ? Rester entre soi campés sur ses certitudes en ignorant les réalités du monde mène à quoi ?

        Mgr Fellay a malheureusement donné des cautions aux papes conciliaires que Mgr Lefebvre a toujours refusé de leur donner les dénonçant au contraire comme anti-Christ. Souhaitons que le nouveau supérieur reprendra exemple sur Mgr Lefebvre et même en allant au-delà puisque loin de s’être arrangées, les choses ne font qu’empirer et atteignent désormais jusqu’à la loi naturelle.

      • Ultima Ratio says:

        A rdn,

        Nous somme d’accord :

        1) La Fraternité reconnait pour le moins publiquement que le “concile général” Vatican II , c’est-à-dire le magistère solennel de l”Eglise, comme un “concile général” valide et approuvé par un souverain Pontife “légitime” ( Paul VI ),d’ailleurs Mgr Lefebvre a bien signé l’approbation générale et sa cloture. Toutefois en refusent ultérieurement publiquement le l’infaillibilité du dit concile général en question !…Car encore une fois , nous sommes d’accord qu’un concile général est par nature infaillible ….Cela un un Dogme de Foi catholique.

        Nous sommes encore bien d’accord que la Fraternité c’est développé une théologie qui lui est propre et qui soutiendrait qu’un ou des Pape(s) légitime(s) ne pourraient éventuellement ne pas avoir en possession la plénitude du pouvoir juridictionnel sur l’Eglise en matière de Foi et de discipline.

        Si Pierre seul a été mis en possession de la plénitude du pouvoir, in plenitudinem potestatis, et si tous les autres membres de la hiérarchie ne sont appelés qu’en partage de sa sollicitude , in par tem sollicitudinis; si telle est la parole de Dieu, telle étant la foi de tous les siècles chrétiens, nous avons eu raison de poser comme suprême fondement de la Constitution catholique , que l’aristocratie ecclésiastique ( l’épiscopat , l’éveque résidentiel ) toute entière ne peut ni absorber, ni diviser, ni partager la Primauté de gouvernement ou de juridiction du Siège de Rome. Et plus explicitement : Donc, sans le Pape, les évêques dispersés ne sont pas l’Eglise; et assemblés, ils ne sont ni l’Eglise ni le Concile. Et pour employer la formule impropre, mais communément reçue : Donc le Pape est supérieur au Concile. C’est une conséquence logique déjà démontrée en droit.

        2) rdn a écrit , En quoi les « organisations sédévacantistes » seraient similaires aux gallicans ?

        N’entendez-vous pas, ne voyez-vous pas Jésus-Christ qui dessine d’un seul trait un Sacerdoce, une Juridiction, un Gouvernement ? Et en dehors de ce plan que reste-t-il, sinon le peuple et le troupeau ?…

        ( La constitution de l’Église est donc l’objet de la foi. Nous devons la prendre telle que Jésus-Christ nous l’a intimée, et nous courrions risque de nous briser contre les écueils, s’il nous prenait fantaisie de la juger au moyen de rapprochements avec les établissements terrestres qui sont de l’homme, et qui varient sans cesse selon les conditions de race, selon les temps, et trop souvent selon les passions. Dans l’Église, on est à labri des essais et des variations de la terre. Le pouvoir y a été constitué par l’Homme-Dieu d’une manière immuable, et nul ne pourrait en changer les conditions. Il a plu à Jésus-Christ que la société chrétienne ne fût régie et enseignée que par le Pape et par les évêques.

        DE LA MONARCHIE PONTIFICALE A PROPOS DU LIVRE DE Mgr L’ÉVÊQUE DE SURA, PAR LE R. P. DOM PROSPER GUÉRANGER ABBE DE SOLESMES – 3ème EDITION – VICTOR PALMÉ, LIBRAIRE-ÉDITEUR, 1870 – BREF DE N. S. P. LE PAPE PIE IX – Donné à Rome, à Saint-Pierre, le 12 mars 1870 –SIXIÈME PRÉJUGÉ – L’auteur applique à L’Eglise les conditions des gouvernements humains.p.59.) –

        Les lois universelles (tel les lois canoniques du CIC 1917) sont infaillibles en ce sens que rien ne saurait y être dommageable pour la société chrétienne. Les matérialité , par exemple, n’hésitent pas à affirmer que suivre les lois canoniques sur la doctrine de la juridiction par exemple est desséchant, mauvais pour le salut des âmes, faire preuve de pharisaïsme etc. Ainsi, une loi canonique rappelant un précepte de droit divin causerait universellement la perte de l’Eglise !

        il y a longtemps que j’ai remarqué des similitudes entre gallicanisme !..
        toute juridiction est une participation des clefs qui n’ont été données qu’à Pierre seul ; il est donc l’unique source de la juridiction. De la plénitude de sa puissance émane toute autorité spirituelle , comme nous l’apprenons des Pères, des Papes et des Conciles.
        Pourquoi auriez-vous besoin de ne pas passer par Pierre si l’Eglise est telle qu’au temps des apôtres !? Ne devriez-vous pas simplement vous en remettre à la constitution de Pie XII sur la vacance du siège, laquelle stipule qu’aucun pouvoir réservé à la juridiction du Pape (nomination et confirmation des évêques) ne revient même au Collège des Cardinaux pendant la vacance du Saint-Siège sous peine d’être nul.

        En leur église , nul besoin de juridiction, nul besoin de mission canonique, nul besoin de Code, pas de sentence portée d’avance sans intervention du juge, plus besoin de l’autorité apostolique pour créer des “évêques” , nul besoin de lois ecclésiastiques, le simple prêtre sans mission ni juridiction à un champ d’action identique à celui d’un cardinal partout sur la planète nu besoin de la Constitution divine de l’Eglise de Jésus-Christ. En leur église, on surenchère sur les intentions des élus de conclave faits par des électeurs materialiter, on enseigne et on croit en une doctrine sur la pape materialiter, les uns enseignent quelque chose, les autres autre chose, les uns s’autoproclament ministres de l’Église et décident d’ouvrir sa propre boutique sur le coin de n’importe quelle rue, les autres décident de faire de même mais sur l’autre coin de rue en face. On traite de la théologie comme bon nous semble et on l’oppose au besoin contre un Code dont finalement nous n’avons rien à faire. On se sent l’autorité pour décréter nulles les lois portées par les Souverains Pontifes.

        Franchement, ce n’est pas l’Église, mais une vulgaire imitation

      • Ultima Ratio says:

        @rdn

        Ou bien encore nous dirons, non pas en faisant un cercle vicieux, que l’Eglise est fondée sur la foi de l’Eglise, mais bien sur la foi publique de Pierre, c’est-à-dire sur son ministère public. Et c’est la pensée ingénieuse de saint Jean Chrysostôme , lorsque par la pierre il entend la foi, mais la foi de Pierre, et dit : Dominas ait : tu es Petrus, et ego super te aedificabo Ecclesiam meam. C’est-à-dire : Les clefs ont été données à Pierre seul, pour qu’il les communiquât aux autres, et que par lui toute l’Eglise en jouît. Ces paroles sont parfaitement vraies, entendues de l’usage des clefs, lesquelles, sans une mission déterminée, ne trouve raient ni où, ni comment s’appliquer.

        • Le problème Monsieur, c’est que Vatican II nous ment et contredit le magistère précédent. Qu’en concluez vous? L’église enseignante peut nous mentir?

          • Ultima Ratio says:

            Non ! il est évident que VII est un conciliabule !….

            En conséquent :

            DICTIONNAIRE APOLOGÉTIQUE DE LA FOI CATHOLIQUE. J.-B. JAUGEY – Prêtre ,Docteur en Théologie.Troisième édition , Augmentée d’un supplément. Avec la collaboration d’un grand nombre de savants Catholiques , J-M-A.Vacant,Ch. DE HARLEZ &c.. EDITIONS J. BRIGUET Librairie Delhomme PARIS/LYON.1889. Col .382,a écrit :

            Pendant l’interrègne, le sacré collège n’est pas investi de la juridiction Pontifical,la primauté n’avant pas été promis à un corps moral,mais seulement à Pierre et à ceux à qui sont siège est dévolu après lui. Il ne peut donc rien innover dans la
            forme du gouvernement ecclésiastique,ni édicter des lois universelles,ni déroger aux saints canons,ni s’ingérer dans des affaires épineuses,ni conférer des bénéfices,ni modifier des décisions ou des mesures prises antérieurement.

            • Je comprends mieux votre position, qui se tient. Et celle des formaliter/matérialiter ne tient pas plus la route que celle de la Fsspx, à mon avis aussi. L’auteur de cette thèse avait reconnu sa caducité.

              Cela dit, je ne sache pas que les évêques ayant pris la responsabilité de sacrer avaient au coeur la volonté de créer de nouvelles lois universelles, de nouvelles juridictions, une nouvelle église etc… simplement de perpétuer la propagation de la Foi jusqu’à ce que Notre Seigneur mette fin à l’éclipse.

              La constitution de Pie XII rappelle les conditions de l’interrègne mais :
              – nous avons vu de vrais évêques sacrés sans pape dans l’histoire, nécessité faisant loi.
              – nous ne sommes pas seulement dans un interrègne mais dans une éclipse.

              Dans la mesure où rien n’a été prévu pour cette situation, il serait écartelant pour un évêque digne de ce nom de ne pas sacrer avant de mourir. Je n’y vois pas d’esprit gallican, en tous cas chez les sédévacantistes justement attachés à la fonction papale au point de refuser toute imposture pouvant la souiller. Le père Guérard des Lauriers, docteur théologien reconnu et apprécié de Pie XII justement, a défendu le sacre sans mandat en ce temps d’éclipse.

              Cela serait prendre une grave responsabilité que de tarir volontairement tout canal de grâce sacramentelle en s’attachant à une loi faite pour une structure humaine qui n’existe pour l’heure plus. La tête de l’Eglise reste le Christ, non le pape. Peut être ces évêques se trompent ils, peut être pas, nous le saurons un jour.

              • Ultima Ratio says:

                1° ” Cela dit, je ne sache pas que les évêques ayant pris la responsabilité de sacrer avaient au coeur la volonté de créer de nouvelles lois universelles, de nouvelles juridictions, une nouvelle église etc…”

                Réponse:

                Malheureusement si !.. Car C’est un dogme de foi défini par le Concile de Trente ( sess.XXXIII,can .6),que l’ordre des évêques est institué de droit divin.

                Dans cette organisation,un seul point est de droit divin,parce qu’il a été établi par Jésus-Christ lui-même :c’est que l’Église doit être gouvernée par les évêques,et que ceux-ci doivent être tous sous la dépendance du successeur de saint Pierre,investi de la plénitude de l’autorité juridictionnelle sur toute les Églises.
                R.P. M. Liberatore, S.J., Le Droit public de l’Église, éd. Retaux-Bray, Paris, 1888.

                L’Église a été constituée par Jésus-Christ et la forme n’en peut être modifiée que par lui. Or, Jésus-Christ a établi une primauté dans la constitution de son Église, il n’est donc permis à personne d’y toucher.
                COURS ÉLÉMENTAIRE D’APOLOGÉTIQUE CHRÉTIENNE, Par M. M. RUTTEN Chanoine Vicaire Général, Supérieur du Grand Séminaire de Liége – 1882 –

                2°– nous avons vu de vrais évêques sacrés sans pape dans l’histoire, nécessité faisant loi.
                – nous ne sommes pas seulement dans un interrègne mais dans une éclipse.

                Réponse :

                Le Pape,par là même qu’il a le droit de choisir les Évêques,a aussi celui de fixer une forme donnée pour leur élection.Mais,cette forme,par là même qu’elle dépend de la volonté du Pape n’est pas de droit divin,elle est de droit ecclésiastique.C’est le Pape qui l’établit,attendu que:Potest quis per alium,quod potest facere per se ipsum,selon le règle soixante-huitième du droit.Mais,comme c’est le Pape qui l’a établie,le Pape peut la modifier,dans la suite,et même l’abolir selon qu’il le juge plus avantageux pour l’Église.
                R.P. M. Liberatore, S.J., Le Droit public de l’Église, éd. Retaux-Bray, Paris, 1888. –

                Corrélativement ,dans l’histoire ecclésiale c’est toujours l”autorité Apostolique qui sacre !.. C’est-à-dire l’épiscopat en communion avec leurs Métropolitain et dans la province ecclésiastique de leurs métropolitain et non des éveques titulaires/in patibus ( Mgr Lefebvre & Thuc)sans mission et juridiction en simple communion dite par analogie pérégrine dans l’Eglise. Mais encore pour les besoins d’un Diocèse particulier et non pour faire de vagis sans visibilité.

                3° Dans la mesure où rien n’a été prévu pour cette situation, il serait écartelant pour un évêque digne de ce nom de ne pas sacrer avant de mourir. Je n’y vois pas d’esprit gallican, …….-

                Réponse :

                C’est justement là que le bas blèse !..car cela est la doctrine gallicane. 2) que le sujet du pouvoir spirituel n’est pas le pape seul, mais l’Église universelle.

                C’est un peu comme si vous voudriez être à l’emploi d’une compagnie auqu’ elle il vous est impossible de contacter ceux qui peuvent vous engager et que vous vous empareriez d’un poste là-bas de votre propre autorité en invoquant l’épikie. Peu importe la situation, vous ne seriez pas employé de cette compagnie, vous n’auriez aucun droit à ce poste. Dans le pire des cas, l’épikie ferait en sorte que vous seriez excuser de toute poursuite judiciaire, mais il en resterait toujours que vous ne seriez pas employé de la compagnie tant et aussi longtemps que la compagnie ne vous a pas engagé.

  15. A Chouanne,

    On peut gravement pécher par excès de prudence me semble t il. Cette prudence engendre dans les faits la négation d’un dogme (l’infaillibilité) et détruit aux yeux du monde la fonction papale, décrédibilise l’Eglise censée être bâtie sur un roc, tout en prétendant la défendre. Elle empêche toute conversion (notamment de Prostestant) puisqu’elle admet la faillibilité de l’Autorité, contre laquelle justement ils protestent. Cette prudence leur donne raison.

    En bref, elle laisse sous-entendre que Dieu puisse nous tromper et c’est insupportable. Citer Bergoglio dans les Saints Mystères relève du sacrilège.

    Le magistère a répondu à votre première affirmation selon laquelle “aucune instance etc…”. Cette partie du magistère est visible sur le site de la Porte Latine à la ligne du pape Paul IV : la bulle “Ex Cum Apostolatus” de 1559. Veuillez la lire je vous prie. Celle ci a été confirmée à sa suite par St Pie V. Et reprise dans le droit de Canon de 1917 : Canon 188/4. En résumé, tout prélat, pontife compris, apostasiant publiquement la Foi perd de facto sa charge “sans déclaration ultérieure”. C’est très clair, comme tout le magistère. Et si aucune instance ne l’a fait c’est certainement parce que l’Eglise était très rongée de l’intérieur et n’a pas appliqué ce magistère infaillible.

    Cela ne doit pas empêcher tout religieux et tout fidèle de se délier de cette fausse autorité et de la dénoncer comme un imposteur. Ce ne sont pas les yeux du monde qui doivent conférer à une personne l’Autorité, c’est Dieu. Or Celui-ci NE POUVANT PAS NOUS TROMPER, n’a pas pu être à l’origine de sa nomination. Il a permis le succès de la manoeuvre FM certes pour nous châtier et nous éprouver alors qu’Il avait empêché le marrane Anaclet II par Saint Bernard, ou Rampolla par l’empereur d’Autriche Hongrie. Cette tentative d’infiltration au plus haut niveau n’est pas nouvelle, Dieu a permis qu’elle aboutisse…

    Cet enseignement est dans la lignée de la Tradition sur ce point rappelé par le catéchisme du concile de Trente par cette phrase : “Le schismatique, l’apostat, l’hérétique n’appartiennent pas plus à l’Eglise que le déserteur appartient à son Armée qu’il a quittée. Ils ne restent pas moins sous la puissance de l’Eglise qui peut les frapper d’anathème”. Cet anathème n’est qu’un constat et non la prise d’effet de l’exclusion.

    En pensant servir Dieu, vous pouvez critiquer l’imposteur tant que vous le voulez, vous lui rendrez un service plus grand en le qualifiant du titre qu’il usurpe et offenserez davantage Dieu que vous ne le défendez.

    Affirmer que l’église conciliaire n’est plus l’Eglise, tout en affirmant que Bergoglio en est le pape c’est à dire son fondement, relève de la schizophrénie. Depuis quand peut on servir deux maîtres? C’est précisément en infiltrant un anti-pape hérétique que l’Eglise s’est éclipsée, l’un n’allant pas sans l’autre…

    • Chouanne says:

      Ma réponse s’est envolée. Je reprends …

      1 – Avant de penser à la conversion des protestants il faudrait penser à ramener le troupeau catholique à la vraie foi que la trahison des clercs a trompé à partir de Vatican II.

      2 – CERTES DIEU NE PEUT NI SE TROMPER NI NOUS TROMPER! MAIS LES HOMMES EUX PEUVENT SE TROMPER TOUT SEUL EN ATTRIBUANT 0 DIEU LEURS PROPRES INTERPRÉTATIONS.

      3 – Je connais « Ex Cum Apostolatus ». Et après ? Qui va destituer les papes conciliaires de la chaire de Saint-Pierre ? Vous ? Moi? Mgr Lefebvre ? Le jour où des gens réunis en concile ou autrement (à l’appel de quelqu’un qui leur passera par-dessus la tête horresco referens pour les légalistes!) destitueront la lignée des papes conciliaires, en même temps ils nommeront un pape vraiment catholique.

      4 – Evidemment “Ce ne sont pas les yeux du monde qui doivent conférer à une personne l’Autorité, c’est Dieu.” Mais la réalité est têtue, il existe des usrpateurs si bien installés sur le Saint-Siège qu’ils ont toutes les apparences, pour les fidèles déboussolés, d’être des vrais. Tous les missionnaires, depuis la plus haute Antiquité, ont agi en tenant compte de la réalité, sans quoi ils auraient bâti sur du sable.

      5- En aucun cas j’ai la prétention de prétendre que les papes conciliaires sont les vrais papes. Bien au contraire, ils sont des anti-Christ selon le mot de Mgr Lefebvre, cela me semble être très clair si vous avez lu mes précédents (trop) nombreux commentaires. Cela est beaucoup plus évident en 2018 que cela ne l’était du temps de Mgr Lefebvre qui n’avait pas la vue d’ensemble que nous avons aujourd’hui et qui a reçu le choc en pleine poitrine à plus de 60 ans.

      Enfin l’encyclique de Saint-Pie X http://w2.vatican.va/content/pius-x/fr/encyclicals/documents/hf_p-x_enc_19070908_pascendi-dominici-gregis.html est une arme infaillible pour démontrer que l’Eglise conciliaire est la synagogue de Satan. Puisqu’elle dénonce par avance “l’égout collecteur de toutes les hérésies” qu’est cette secte qui s’est emparée de l’Eglise catholique.

      Par ailleurs, allant dans le même sens il faut se rappeler la révélation du pape Léon XIII qui lui a annoncé que “les ennemis” ” ont porté leurs mains impies sur tout ce qu’elle désire de plus sacré. Là où fut institué le siège du bienheureux Pierre, et la chaire de la Vérité, là ils ont posé le trône de leur abomination dans l’impiété ; en sorte que le pasteur étant frappé, le troupeau puisse être dispersé.”

      Extrait de l’exorcisme de Léon XIII, prédecesseur de Saint-Pie X: http://lefebvristes.forum-box.com/t742-L-exorcisme-de-Leon-XIII-pour-les-fideles-a-ete-interdit-par-le-cardinal-Ratzinger-en-1985-jour-de-la-Saint-Michel.htm?q=exorcisme

      Comme même les saints ne sont pas parfaits, le pape Saint-Pie X a édulcoré l’exorcisme de Léon XIII, tant il lui était insupportable de croire que le siège de Saint-Pierre allait être occupé par l’ennemi. C’est peut-être ce qui explique aussi la véhémence de ses encyclique sur le Sillon et de Pascendi contre le modernisme.

    • Chouanne says:

      Ma réponse s’est envolée. Je reprends …

      1 – Avant de penser à la conversion des protestants il faudrait penser à ramener le troupeau catholique à la vraie foi que la trahison des clercs a trompé à partir de Vatican II et même avant.

      2 – CERTES DIEU NE PEUT NI SE TROMPER NI NOUS TROMPER! MAIS LES HOMMES EUX PEUVENT SE TROMPER TOUT SEULS EN ATTRIBUANT A DIEU LEURS PROPRES INTERPRÉTATIONS.

      3 – Je connais « Ex Cum Apostolatus ». Et après ? Qui va destituer les papes conciliaires de la chaire de Saint-Pierre ? Vous ? Moi? Mgr Lefebvre ? Le jour où des gens réunis en concile ou autrement (à l’appel de quelqu’un qui leur passera par-dessus la tête horresco referens pour les légalistes!) destitueront la lignée des papes conciliaires, en même temps ils nommeront un pape vraiment catholique.

      4 – Evidemment “Ce ne sont pas les yeux du monde qui doivent conférer à une personne l’Autorité, c’est Dieu.” Mais la réalité est têtue, il existe des usrpateurs si bien installés sur le Saint-Siège qu’ils ont toutes les apparences, pour les fidèles déboussolés, d’être des vrais. Tous les missionnaires, depuis la plus haute Antiquité, ont agi en tenant compte de la réalité, sans quoi ils auraient bâti sur du sable.

      5- En aucun cas j’ai la prétention de prétendre que les papes conciliaires sont les vrais papes. Bien au contraire, ils sont des anti-Christ selon le mot de Mgr Lefebvre, cela me semble être très clair si vous avez lu mes précédents (trop) nombreux commentaires. Cela est beaucoup plus évident en 2018 que cela ne l’était du temps de Mgr Lefebvre qui n’avait pas la vue d’ensemble que nous avons aujourd’hui et qui a reçu le choc en pleine poitrine à plus de 60 ans.

      Enfin l’encyclique de Saint-Pie X http://w2.vatican.va/content/pius-x/fr/encyclicals/documents/hf_p-x_enc_19070908_pascendi-dominici-gregis.html est une arme infaillible pour démontrer que l’Eglise conciliaire est la synagogue de Satan. Puisqu’elle dénonce par avance “l’égout collecteur de toutes les hérésies” qu’est cette secte qui s’est emparée de l’Eglise catholique.

      Par ailleurs, allant dans le même sens il faut se rappeler la révélation du pape Léon XIII qui lui a annoncé que “les ennemis” ” ont porté leurs mains impies sur tout ce qu’elle désire de plus sacré. Là où fut institué le siège du bienheureux Pierre, et la chaire de la Vérité, là ils ont posé le trône de leur abomination dans l’impiété ; en sorte que le pasteur étant frappé, le troupeau puisse être dispersé.”

      Extrait de l’exorcisme de Léon XIII, prédecesseur de Saint-Pie X: http://lefebvristes.forum-box.com/t742-L-exorcisme-de-Leon-XIII-pour-les-fideles-a-ete-interdit-par-le-cardinal-Ratzinger-en-1985-jour-de-la-Saint-Michel.htm?q=exorcisme

      Comme même les saints ne sont pas parfaits, le pape Saint-Pie X a édulcoré l’exorcisme de Léon XIII, tant il lui était insupportable de croire que le siège de Saint-Pierre allait être occupé par l’ennemi. C’est peut-être ce qui explique aussi la véhémence de ses encycliques sur le Sillon et de Pascendi contre le modernisme.

  16. Pour chacun de vos points :

    1- ils sont tous protestants ou protestantisés, d’ailleurs Luther trône au Vatican.
    2- pas un vrai pape, puisqu’il est infaillible, c’est un dogme.
    3- qui? chacun de nous, c’est écrit. Et insister auprès de tout prêtre traditionnel de ne plus commettre un sacrilège.
    4- cette réponse ne vaut pas : ce sont vos amis en nommant pape cet intrus qui trompent le monde.
    5- qu’attend la Fsspx? le ralliement?

    • Chouanne says:

      Votre mépris des catholiques trompés, fussent-ils devenus protestantisés par la faute des clercs, est votre erreur, très grave à mon avis car c’est la charité qui pèsera le plus lourd dans la balance au moment de notre suprême jugement.

      Par ailleurs ce que vous ne parvenez semble-t-il pas à comprendre, c’est que je me moque éperdument de votre légalisme de synagogue. Je m’en tiens aux faits et à la foi révélée par NSJC. Une foi qui doit être proclamée sur les montagnes!

      Je disais plus haut que Mgr Fellay avait gravement failli en cessant de dénoncer les horreurs de l’Eglise conciliaire et notamment de ses papes, car il a ainsi coupé les jeunes générations de leurs racines catholiques authentiques. Seul Mgr Lefebvre a crié sur les places publiques, aussi loin et aussi fort qu’il a pu pour alerter les catholiques de bonne foi.

      Mais Mgr Lefebvre ou non, seule la FSSPX a une visibilité suffisante, encore et malgré Mgr Fellay, pour faire entendre la vraie foi.

      C’est la seule chose qui importe: la proclamation de l’Evangile, c’est-à-dire la Foi.

      J’espère que M. L’abbé Pagliarani reprendra le flambeau trop longtemps abandonné. Mais il lui faudra du courage! Et lui non plus ne sera pas parfait, car il n’est qu’un homme comme nous tous.

      Les sédévacantistes se trompent de combat me semble-t-il

    • Vous devriez vous soigner, ou consulter, c’est selon…
      Après Luther où on avait sola scripura…etc, on a VOUS avec solum papa (et pis s’il se trompe, c’est qu’c’est pas un vrai, ben voyons puisqu’on vous l’dit!)
      Quel monde simpliste, manichéen que celui où vous vivez! Un conseil cependant, continuez de prendre vos cachets pour rester dans le monde du rêve blanc-noir où tout est limpide, car le réveil sera dur dur hélas…

  17. Chouanne,

    Je ne méprise personne, à commencer par vous. Pardon si cela transparaît.

    La propagation de la Foi nous importe également. Et la Foi dit que St Pierre et ses successeurs sont infaillibles et que si ange du ciel proclamait un autre évangile, il devait être anathèmes. Où est l’anathème de la Fsspx? La Fsspx donne du “Très Saint Père” à un antichrist : les défenseurs de la Vérité soutiennent le mensonge. Où est le combat? Quels coups sont portés aux adversaires?

    Prononcer “nostro papo Francesco” dans les saints mystères relève de la communicatio in sacris.

    Vos arguments politiques sur un tel ou un tel comptent peu tant que la Vérité est occultée, ne serait ce qu’une toute petite partie.

    Vous dites ne pas reconnaitre le pape tout en affirmant que les sedevacantistes se trompent de combat, je ne comprends pas.

    Bien à vous.

    • Chouanne says:

      Une nouvelle fois mon message s’est envolé, avant que je l’ai copié. Je vais vous répondre par courtoisie, mais le sujet s’éloigne complètement, j’ai des dizaines de fois déjà eu de telles discussions de synagogue qui n’en finissent pas avec d’autres sédévacantistes ou similaires qui campent sur leurs positions quoi que je puisse argumenter et qui ne me convaincront jamais de toute façon. Ceci dit sans la moindre animosité persuadée que le Seigneur voit la pureté des cœurs de bonne volonté et je ne doute, par principe, de votre sincérité.

      Quant à moi je crois que Mgr Lefebvre du haut du ciel protège la FSSPX, cela s’est passé lorsque le ralliement de 2012 a failli avoir lieu et miraculeusement n’a pas eu lieu. Depuis je n’ai plus douté un instant de la vocation de la FSSPX, je ne me suis plus inquiétée en vain sur le ralliement ou non en dépit de tous les oiseaux de mauvais augures qui n’attendent que sa chute, et les événements récents me prouvent que j’ai eu raison.

      Je ne vois pas ce que vous nommez “mes arguments politiques”. Je suppose qu’il s’agit de crier la vérité sur les toits afin qu’elle ne reste pas sous le boisseau. Eh bien oui, de tous les évêques du concile Vatican II, seul Mgr Lefebvre a crié la vérité sur les toits. Sans lui le Concile serait passé sans que personne ne remarque rien ou presque. Mgr de Castro-Mayer l’a rejoint au derniers mois de sa vie et c’est tout. Un seul évêque (archevêque) s’est dressé pour transmettre la Tradition, c’est-à-dire la foi. Sans lui vous n’existeriez probablement pas, ni vous ni les autres instituts de droite ou de gauche.

      Oser dire que la FSSPX a occulté la vérité alors que c’est son fondateur qui l’a révélée, du moins en ce qui concerne le coup d’Etat de Vatican II ? C’est un peu culotté!

      Je vous concède par contre que la Fraternité est une oeuvre humaine avec ses défauts, ses qualités, ses insuffisances, comme l’Eglise militante en somme. Mgr Lefebvre n’était qu’un homme, lui aussi, mais quel homme!

      “Vous dites ne pas reconnaître le pape tout en affirmant que les sedevacantistes se trompent de combat, je ne comprends pas.”

      En effet je pense que vous vous occupez beaucoup trop du pape et que cela est central chez vous alors que ce devrait être la foi et sa transmission, avec le salut des âmes qui devrait l’être. Jésus ne nous demandera pas si nous avons bien lu « Ex Cum Apostolatus ». Le salut des âmes ne repose pas sur le pape, vrai ou faux, mais sur la foi en Dieu: “celui qui croira et sera baptisé sera sauvé.”

      • Vous ne convaincrez personne par l’évocation de vos sentiments envers Mgr Lefebvre que je ne blâme pas. Nous sommes vingt cinq ans après son rappel à Dieu, les choses sont dramatiquement plus claires. Faut il aussi rappeler que toutes les premières chapelles résistantes à V2 qui ont formé le corps premier de la Fsspx étaient tenues par des sédévacantistes?

        Avec la reconnaissance de Dingoglio, la Fsspx nie un dogme dans les faits, commet des sacrilèges dans ses messes et désobéit à ce qu’elle considère comme un pape, ce qui n’a rien de catholique.
        Elle prétend qu’un hérétique appartient encore à l’Eglise, cela va aussi contre le magistère.
        Admettez au moins ces faits. Je ne vous évoque pas mes sentiments envers Mgr Guérard des Lauriers en guise d’arguments moi.
        Et oui, dire que l’Eglise enseignante nous trompe c’est dire que Dieu nous trompe, sinon vous récitez votre acte de Foi sans le comprendre. Puisque c’est la Foi qui vous importe, commençons par cela!

        Je ne juge pas non plus de la bonne volonté de tous les membres de la Fsspx, mais la direction est objectivement coupable.

        Je vous remercie pour votre courtoisie.

        • Chouanne says:

          Vous manquez furieusement de subtilité, je n’évoquais pas mes sentiments pour Mgr Lefebvre que je n’ai jamais rencontré, mais j’évoquais un miracle.
          Et non vous ne me ferez rien reconnaître, même sous la torture que vous m’appliqueriez volontiers j’en frémis.

          Je vous laisse à vos synagogues et à votre contentement de parfait et ne vous remercie pas pour votre courtoisie.

          • Ultima Ratio says:

            Cher Chouanne , Notre Seigneur n’avait-il pas dit

            “Et moi, je te dis que tu es Marcel, et sur Marcel je bâtirai mon Eglise.”

            Et encore:

            “Marcel, Marcel, voilà que Satan vous a demandés pour vous cribler, comme du froment; Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point…”

            Non mais comment peut-on ne pas voir la divinité de l’église autocéphale d’Écône ?
            Pourtant, même l’usurpateur Montini (alias “Sa Sainteté”…chez les FSSPX) ne l’a pas confessé… voyez:

            “On ose affirmer que l’on n’est pas lié par le concile Vatican II, que la foi serait également en danger à cause des réformes et des ordinations post-conciliaires, que l’on a le devoir de désobéir pour conserver certaines traditions. Quelles traditions ? C’est à ce groupe (FSSPX), et non au pape, et non au collège épiscopal, et non au Concile œcuménique qu’il appartiendrait de définir, parmi les innombrables traditions, celles qui doivent être considérées comme normes de foi ! Comme vous le voyez, frères vénérés, une telle attitude s’érige en juge de cette volonté divine qui a fait de Pierre — et de ses successeurs légitimes— le chef de l’Église pour confirmer ses frères dans la foi et paître le troupeau universel, et qui l’a établi garant et gardien du dépôt de la foi.”

            Discours de Paul VI au Consistoire – 24 mai 1976

            Il faudrait demander au saint siège d’Écône (bien entendu !!! ) si Montini avait voulu engager son “infaillibilité” au moment de ce discours !

            Comment disent-ils encore ??? Ne jugez pas le “Très Saint Père” ???
            Les sédévacantistes “pontifient” infailliblement ???

            Écône a parlé, la cause a été entendue !

            • Chouanne says:

              Tiens Ultima ratio le retour! Avec un morceau d’anthologie de Paul VI que je ne connaissais pas. Bravo! “Ecône a parlé, la cause a été entendue”. Elle a été entendue mais pas écoutée. Entendue et commentée toutefois par le pape conciliaire, quel hommage du vice à la vertu!

              Saint-Pierre était de meilleure composition jadis lorsque St-Paul -qui était saint de l’Eglise catholique et non de l’Eglise conciliaire-, “lui résistait en face parce qu’il était digne de réprimandes”. Mais il ne faut pas trop en attendre d’un pape conciliaire. Il faut donc qu’Ecône reprenne de la voix comme en ces temps fondateurs.

              Merci! Preuve est faite qu’on peut toujours tirer quelque chose d’un papolâtre. 😉

              • Ultima Ratio says:

                4° »Vous serez appelés Papistes, cléricaux, rétrogrades, intransigeants. VANTEZ-VOUS EN ! » (Saint Pie X)

                Jésus-Christ jette d’abord l’Église à tous les points de l’espace et du temps, puis il la réunit, la résume et le concentre dans le Pape.Toute l’Église, l’universelle et éternelle Église, portant sur un seul homme, voilà le plan de Dieu. C’est simple et hardi.
                LE CHRISTIANISME ET LES TEMPS PRÉSENTS – L’Abbé Ém. BOUGAUD,Vicaire Général d’Orléans – (2ème édition) – Librairie Poussielgue Frère. (1882 ).T.IV, L’Église – Deuxième Partie – Épilogue – Le Pape chef de l’Église .Chap.I. p.497

                Notre Seigneur n’avait-il pas dit

                « Et moi, je te dis que tu es Marcel, et sur Marcel je bâtirai mon Eglise. »

                Et encore:

                « Marcel, Marcel, voilà que Satan vous a demandés pour vous cribler, comme du froment; Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point… »

                Si VII a fait des dégats la F$$P $ autocéphale peut et en a fait tout au temps a vous lire !…

                • Chouanne says:

                  “4° »Vous serez appelés Papistes, cléricaux, rétrogrades, intransigeants. VANTEZ-VOUS EN ! » (Saint Pie X)”

                  Certes, mais ne vous méprenez pas, Saint-Pie X ne parlait pas de vous, Il parlait d’un fidèle tel que Marcel Lefebvre et non d’un infidèle tel que vous. Il parlait au contraire des intégristes de la foi, le contraire de vous qui n’êtes qu’un intégriste de la loi et un idolâtre des papes conciliaires.

                  • Ultima Ratio says:

                    Chouanne des bacs a sable , est-ce que malgré tout le Christ et son Vicaire légitime ne forment ensemble qu’une seule Tête !?…Par exemple est-ce que le Pape Pie IX d’éternelle mémoire formait avec Jésus-Christ une seule Tête ?…

    • Soupape says:

      Il est bien compliqué de vous répondre …

      Je ne connais pas personnellement la FSSPX,
      mais, une fois, j’ai entendu prêcher Mgr Fellay, par vidéo.
      Son attitude, son débit, le contrôle qu’il imposait à son propos,
      sentait réellement … l’évêque responsable …et j’en ai été très impressionné …

      Mgr Fellay a pu se tromper sur la façon de faire ceci, ou de faire cela …
      Mais on n’a jamais un curé parfait, ni un évêque parfait,
      et on n’est jamais d’accord à 100% avec Dieu Lui-même …
      qu’on ne comprend qu’à moitié, … déjà bien aise de le comprendre à moitié ! ….

      Ceci dit il n’est pas interdit de prier pour le pape apostat …
      même dans le Saint Mystère …
      Eh, oui !
      Cela ne veut pas dire qu’on approuve ce que le pape apostat dit, ou fait …
      Cela veut dire qu’on s’adresse à sa Fonction,
      qu’on lui rappelle cette Fonction,
      en le prenant pour ce qu’il est et devrait être,
      et qu’on demande à Dieu de continuer à l’influencer … pour le détourner de ses errements.

      Comme l’a rappelé Mgr Lefebvre (à vérifier),
      même si on n’est pas d’accord avec le pape,
      il faut prendre garde à ne pas trop se séparer du pape,
      car on ne peut s’ériger en partie schismatique …

      Pour pouvoir le faire, il faudrait un commandement direct du Seigneur,
      ç’est à dire des Visions,
      comme en a reçu Saint Paul au cours de ses missions … dans lesquelles il était guidé …
      ou comme en a reçu Ste Catherine de Sienne,
      pour conjurer le pape d’Avignon de revenir à Rome …

      Il y a dix ans, l’entrée d’une église Tradi,
      affichait un portrait de l’évêque du coin, surchargé de moustaches …
      C’était de très mauvais goût,
      même si le Mgr en question était notoirement moderniste,
      car la Foi au Dieu de Jésus Christ commande de prier … même pour les modernistes,
      (et même pour les froncs massants !)
      De même qu’on doit prier pour la conversion des protestants,
      au lieu de faire du cucuménisme …

      • Soupape says:

        Mon propos s’adresse au message de … rdn … LE PLUS PROCHE … …
        lequel s’adresse à Chouanne le 17 juillet…

        • Soupape, je vous promeut au grade de Surpape, avec la solde qui va avec.

      • Ultima Ratio says:

        ( car la Foi au Dieu de Jésus Christ commande de prier … même pour les modernistes,
        (et même pour les froncs massants !) )

        Oui , mais au Mémento et non au Te igitur de la messe !….

        Au Te igitur , le prêtre se souvenant de l’Église dont il est le ministre et le délégué, il appelle les bénédictions de Dieu sur le souverain Pontife “François”, son chef universel, et sur l’Évêque du diocèse dont il a délégation de juridiction pour celebrer la messe en son Nom !..

        Le célèbre martyr saint Ignace nous déclare que la seule Eucharistie licite est celle quœ sub episcopo fuerit, ou qui vient du prêtre CU IPSE CONCESSERIT.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

2350 récoltés 32.650 € manquants

2350 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 32.650 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !