La Vierge « n’est pas Co-Rédemptrice », elle ne partage pas avec le Christ la puissance de sauver l’humanité du péché, et cela ne sert à rien de « perdre du temps » avec des nouveaux dogmes qui établissent de nouveaux titres. Le pape François, au cours de la messe du 12 décembre dédiée à Notre-Dame-de-Guadalupe sous le dôme de Saint-Pierre, en usant de son habituel langage malsonnant et de ses expressions incongrues, a dévoilé sa théologie mariale, si éloignée de la mariologie traditionnelle et si alignée sur l’esprit conciliaire :

« Quand certains viennent avec des histoires qu’il faut l’appeler ceci ou cela, qu’il faut de nouveaux dogmes la concernant. Ne perdons pas de temps avec ces histoires : Marie est femme, Dame, mère de son fils et de la Sainte Mère l’Église hiérarchique, et elle est métis, femme de nos peuples qui a fait Dieu métis. »

Pas Co-Rédemptrice mais “métis” : le politiquement et religieusement corrects se “métissent” prodigieusement bien en François !

Ce rejet d’un revers de parole brutal d’attribuer à Marie ce privilège de Co-Rédemptrice tout en l’affublant du titre saugrenu de “métis”, et ce refus d’étudier la possibilité d’un nouveau dogme mariologique n’a rien d’étonnant chez un pape totalement endoctriné par l’esprit du monde contemporain et la mentalité conciliaire, et souligne à nouveau à quel point la ligne théologique du dernier concile s’harmonise avec le monde et est en rupture avec l’enseignement des siècles pré-Vatican II.

Ce n’est point un secret de polichinelle, depuis le second concile du Vatican, la théologie mariale est en effet dictée non par l’intelligence des mystères de Dieu mais principalement par l’œcuménisme moderniste et le souci de ne pas froisser les sectes protestantes avec qui marche béatement l’Église conciliaire « sur le chemin de l’unité dans la diversité ».

En 1996, Jean-Paul II régnant, le Saint-Siège institua, lors du XIIe Congrès Marial de Czestochowa en Pologne, une Commission théologique composée de quinze théologiens auxquels leur furent adjoints quelques théologiens non catholiques afin d’étudier la possibilité et l’opportunité de la définition des titres mariaux de Médiatrice, Co-Rédemptrice et Avocate. Dans sa déclaration en conclusion de son travail, la Commission écrivit :

«  Les titres, tels qu’ils sont proposés, se révèlent ambigus, puisqu’ils peuvent être compris de manières très différentes. Il est aussi apparu qu’il ne fallait abandonner la ligne théologique du concile Vatican II qui n’a voulu définir aucun de ces titres. (…)

“Même si on attribue aux titres un contenu dont on pourrait accepter l’appartenance au dépôt de la Foi, leur définition, dans la situation actuelle, ne serait cependant pas perspicace théologiquement car les doctrines qui correspondent à ces titres nécessitent encore un autre approfondissement dans une nouvelle perspective trinitaire, ecclésiologique et anthropologique. »

Et last but not the least :

« Enfin, les théologiens, spécialement les non catholiques, se sont montrés sensibles aux difficultés œcuméniques qu’impliquerait une définition des titres susdits. »

Pour surenchérir sur cette fin de non-recevoir, l’Académie Pontificale Internationale commenta ainsi cette déclaration que fit sienne le Saint-Siège :

« La réponse de la Commission, intentionnellement brève, fut unanime et précise : il n’est pas opportun d’abandonner le chemin tracé par le concile de Vatican II et de procéder à la définition d’un nouveau dogme. (une définition des) titres mariaux de Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avocate n’est pas dans la ligne des orientations du grand texte mariologique de Vatican II. (…)

“Donc, le mouvement actuel qui prône la définition n’est de toute évidence pas dans la ligne et les orientations de Vatican II en ce qui concerne soit la requête d’un nouveau dogme mariologique, soit le contenu proposé pour l’hypothétique définition dogmatique. (…) »

El papa argentin poursuit sur le même chemin conciliaire relativiste, et ses paroles sans fard reflètent incontestablement cette ambition œcuménique d’union avec les protestants, supérieure pour les hiérarques conciliaires à la Gloire de Dieu et de la Vierge.

En ce domaine de la mariologie, tout autant que dans les autres domaines théologiques, l’Église conciliaire, la secte conciliaire comme la qualifie certain évêque, Mgr Tissier de Mallerais, est en rupture avec la Tradition séculaire de l’Église catholique et avec les papes d’avant Vatican II. Depuis les premiers siècles de l’Église, la dévotion des fidèles a attribué à la Mère de Dieu ce beau titre de Co-Rédemptrice, des saints éminents l’ont propagé, des papes l’ont officialisé.

De nombreuses fois Pie XI lui donna ces titres de Co-Rédemptrice, d’Avocate, de Médiatrice. En 1928 :

«…Elle fut aussi Réparatrice et porte à juste titre ce nom… …Il a voulu cependant s’adjoindre sa Mère comme Avocate des pécheurs et comme dispensatrice et Médiatrice de ses grâces…»

Le 30 novembre 1933 :

«…Le Rédempteur se devait par la force des choses, d’associer sa Mère à son œuvre. C’est pour cela que nous l’invoquons sous le titre de Corédemptrice. Elle nous a donné le Sauveur. Elle l’a conduit à son œuvre de rédemption jusqu’à la croix…».

En 1935 :

«…O Mère de piété et de miséricorde, qui assistiez votre doux Fils tandis qu’il accomplissait sur l’autel de la Croix la Rédemption du genre humain, vous notre Co-Rédemptrice et associée de ses douleurs…»

Pie VII, en 1805, l’appelle lui-aussi « Avocate » auprès de son divin fils, ce que réitéra Pie XII, un siècle plus tard :

« Nous avons la Vierge pour Avocate universelle en toute chose…»

«…Il l’a établie Mère de miséricorde, notre reine et Avocate très aimante, Médiatrice de ses grâces…»

Saint Pie X l’appelle « Notre Avocate » dans sa célèbre prière à l’Immaculée.

Les saints ne furent pas en reste pour honorer Marie. Alphonse de Liguori et Bernardin de Sienne n’avaient de mots assez grands pour célébrer les privilèges de la Vierge, Saint Thomas d’Aquin les explicita. Saint Bernard de Bustis, au XVe siècle, contribua à développer le thème de Marie Co-Rédemptrice dans la Tradition catholique. Les exemples de saints qui appellent ainsi la Mère de Dieu foisonnent tout au long des siècles. 

Le Saint Office, le 26 juin 1913 et le 22 janvier 1914, approuva l’invocation à « Marie, Co-­Rédemptrice du genre humain ».

Le Père Garrigou-Lagrange dans son ouvrage La Mère du Sauveur et notre vie intérieure lui donne pareillement ce titre de Co-Rédemptrice.

Voici enfin ce qu’on peut lire dans le Dictionnaire de Théologie catholique, à l’article Marie, col. 2396  :

« Le mot corédemptrice signifiant par lui-même une simple coopération à la rédemption de Jésus-­Christ, et ayant reçu, depuis plusieurs siècles, dans le langage théologique, le sens très déterminé d’une coopération secondaire et dépendante, selon les témoignages précités, il n’y a point de difficulté sérieuse à s’en servir, à condition que l’on ait soin de l’accompagner de quelques expressions indiquant que le rôle de Marie, dans cette coopération, est un rôle secondaire et dépendant. »

Au XIX siècle, Léon XIII condamnait déjà cette mentalité protestante de négation des privilèges de Marie qui infestait les catholiques libéraux de son époque, ancêtres des conciliaires d’aujourd’hui :

«…(ils) n’honorent pas Marie et ne l’ont pas pour Mère; pour ceux aussi qui, participant aux croyances saintes, osent taxer les bons d’outrance et d’exagération dans le culte qu’ils ont pour Marie; par cela, ils blessent grandement la piété filiale…»

Depuis lors, depuis le révolutionnaire concile Vatican II, ces libéraux ont réussi à s’emparer des commandes à Rome où ils règnent en maître avec leur doctrine néo-protestante et néo-moderniste condamnée par Saint Pie X, et le pape François est notoirement et positivement l’un d’eux.

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

29 commentaires

  1. Quoi qu’il en soit de ces propos cassants du caporal Bergoglio, on peut noter qu’on ne nous a jamais dit que la sainte Vierge s’était appelée, elle-même, mère de Dieu.
    Cela n’a pas empêché le peuple chrétien de le lui dire et répéter à chacun de ses “Je vous salue Marie”.

    Le message du caporal Bergoglio, cité ici, c’est le degré zéro de la prédication : un vide intersidéral.

    Qu’il retourne dans sa pampa, il pourra y préparer le café des gauchos : il est trop c.. pour élever les boeufs.

    • Judicieux commentaire, Etienne
      Et pourtant Bergoglio n’était pas en haute altitude. Il semblerait qu’il puisse débiter des conneries aussi grosses même au niveau de la mer. On va essayer de l’immerger dans la fosse des Mariannes à -11000 m voir si ça s’arrange?
      Pour tous les oeucuménistes de pacotille: réfléchissez, croyez-vous qu’en méprisant ou insutant la Vierge Marie vous faites plaisir à son Fils Jésus qui est la 2e personne de la sainte Trinité (pour ceux qui l’auraient oublié)?

      • ‹œcuménistes› ; ‹œcus› latinisation de οἶκος ‘habitation’, d’où ή οἰκουμένη γῆ ‘l’inhabitée terre’, réduit à ή οἰκουμένη ‘l’inhabitée’ (serait transcrit en latin : ecumena [terra]), d’où l’idée de ‘monde’ comme dans ‘beaucoup de monde’. Alors rien à voir avec modernisation, plutôt le contraire : ‘tout le monde l‘a toujours fait comme ça’.

    • La Sainte Vierge n’a pas besoin de dire qu’elle est Mère de Dieu ; elle laisse son fils montrer qu’Il est Dieu, et par là même, elle devient évidemment Mère de Dieu.
      Qui ne croit pas au Fils de Dieu ne croit pas que Marie est Mère de Dieu. Tout est évidemment lié.

      • Marie est Mère de Dieu le Fils.

        • Jean I : “Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement en Dieu.(…) Et le verbe s’est fait chair….”
          Le Verbe est donc Dieu, Marie est mère de Dieu. Et son Époux est le Saint-Esprit.

    • Dans las apparitions de Notre Dame de Guadalupe si vous les lissez lentement vous verrez que la Vierge, Elle même dit: Je Suis la Mère du Vrai Dieu, Santa Maria, toujours Vierge….. Elle demande à l’évêque du Mexique, comme à Lourdes, Fatima, rue du Bac de lui construire une chapelle pour qu’Elle puisse nous accorder les grâces que nous lui demandons, donc Elle est Médiatrice de toutes les grâces. Elle révèle à Bernadette qu’Elle est L’immaculée Conception.

      • Exact, et à Pontmain, c’est encore plus clair qu’Elle est Médiatrice de toutes grâces !

  2. Tinatine says:

    Il est légitime de se demander si le Pape est vraiment endoctriné ou bien s’ il a sciemment été placé là pour achever volontairement de détruire l’Eglise .Après la Messe , les sacrements , la doctrine , que restait-il à détruire ? La dévotion à la sainte Vierge et le chapelet bien sûr .

    • Il ne m’empêchera pas de dire mon chapelet quand je le voudrai. En ces temps d’apostasie, il faut tenir par tous les moyens !

  3. Croit-il en Dieu ?

    • Cadoudal says:

      “je crois en Dieu ; pas le Dieu catholique; il n’y a pas de Dieu catholique”

      Dingoglio à Scalfieri (oct 2013- la Repubblica.

  4. 1 – Merci de tous ces rappels … sur la Vierge Marie …

    Vos citations … sont peu connues et très importantes.

    Pouvez-vous toutefois … nous préciser les références
    de celles qui viennent … des Papes eux-mêmes ? …

    2 – Dans l’Ecriture, Marie a été prévenue par Syméon … dès la présentation au Temple …
    “Un glaive de douleur … te transpercera le cœur !”

    Quand on est Immaculée Conception,
    et qu’on doit souffrir … pour contribuer … à tirer l’Humanité hors du Péché …
    on est bien co-rédemptrice …

    3 – Personnellement, je pense que les propos de Luc …
    sur Zacharie, la conception de Jean Baptiste, et l’Annonciation,
    lui viennent de Saint Jean,
    lequel les tenait sans doute de Marie, … après qu’il l’ait prise chez lui …
    selon la volonté du Seigneur… reçue au pied de la Croix …

    4 – Ce pauvre pape dégringoglio … n’a JAMAIS rien compris … à la Rédemption :
    Il ne peut donc encore moins … comprendre la co-Rédemption !

    5 – Voilà bien les modernistes :
    ils écartent de la religion … tout ce qu’ils ne comprennent pas …
    ou qui « ne convient pas » … à la « mentalité » de l’époque …

    Puis, ils n’en finissent plus de le “reformuler” à leur manière,
    et ne seraient contents …
    que s’ils pouvaient réduire Dieu … à des explications purement humaines !

    Dans ces conditions,
    le dieu des modernistes … n’est qu’une invention … purement humaine ! …

    6 – Cet état d’esprit est commun … à tous les hérétiques (dont les protestants)

    En effet, leur religion étant le produit … de leurs ratiocinations en vase clos,
    et non le produit de la Parole de Dieu, …
    éclairée par des demandes d’explications adressées à Dieu,
    ils ne comprennent rien … au Mystère de l’Incarnation.

    Ce sont des “esprits sans intelligence”, qui, comme les disciples d’Emmaüs,
    ne comprennent pas … le sens religieux des actions de Dieu, … et la cohérence de leur ensemble.

    a) pas moyen de leur faire admettre que, … depuis le Péché Originel, …
    nous naissons … au milieu du Péché, … ce qui nous influence, nous asservit, et nous détruit …
    comme on le voit … particulièrement bien aujourd’hui, …
    car c’est la source …. de toute la Décadence …

    b) pas moyen de leur faire comprendre … que Dieu veut tirer l’Humanité hors du Péché,
    et qu’Il a pour cela … suivi un Plan progressif en plusieurs étapes ….

    c) pas moyen de leur faire admettre un fait :
    celui de la Conception virginale, … par Dieu soi-même.
    Dieu a voulu cet enfantement … afin de permettre à son Fils … d’habiter PARMI NOUS,
    et de se faire ainsi COMPRENDRE plus facilement …
    qu’en multipliant les Apparitions … ou les locutions, … comme aux temps des Prophètes …

    d) pas moyen de leur faire admettre la Présence Réelle …
    qui est un prolongement du Mystère de l’Incarnation,
    car le Fils de Dieu, …
    – prévoyant de faire le Sacrifice de sa Vie … pour bien montrer …
    le caractère Absolu de ses Paroles (« qui ne passeront pas ») –
    … a voulu néanmoins RESTER parmi nous …

    En effet, l’Incarnation n’est pas … une lubie passagère du Fils de Dieu, …
    dont la vie publique …. n’aurait duré que 3 ans,
    après quoi IL aurait laissé les hommes … se débrouiller sans Lui,
    et serait remonté au Ciel … s’asseoir bien tranquillement auprès de son Père,
    en attendant que Celui-ci … tire sur la poignée déclenchant l’Apocalypse !

    Au contraire, Dieu a voulu … que l’Incarnation reste permanente,
    au moins pour ceux … qui vivent de Dieu et de ses Paroles …

  5. Xavier S. says:

    Le Catéchisme du Concile de Trente a des textes très éclairants que tous les catholiques devraient lire.
    Par exemple, son 4e chapitre relatif à l’Incarnation et la sainte Vierge, dans l’explication du Symbole des Apôtres.
    Il est accessible entièrement sur Internet : // laportelatine.org > catechisme > catechisme_concile_trente
    Une somme précieuse de connaissances présentée comme une homélie écrite dans laquelle on sent la foi vivante et enthousiaste de ses auteurs de la moitié du 16e siècle.

  6. A Xavier S.

    Merci de votre adresse internet

    Grâce à vous, j’ai trouvé et téléchargé … le catéchisme du Concile de Trente (1545 – 1563)
    REEDITE par Desclée en 1923 …

    Effectivement … l’ordre des sujets … dans la table des matières … suscite l’intérêt.

    Je vais donc pouvoir vérifier … si je ne suis pas trop loin de la Vérité …
    car, comme l’écrit St Paul :
    “quand on croit avoir compris, … on n’a pas encore compris … comme il le faut !”

    Mais il me semble qu’on peut tenir pour assuré
    que depuis le début de l’humanité,
    Dieu cherche à nous tirer hors du Péché,… par tous les moyens,
    afin que nous puissions Vivre … dans son Intimité.

    C’est ce que j’ai essayé de résumer plus haut, en attendant de pouvoir faire mieux.

    Bien à vous.

  7. Bonjour et paix a tous
    Dire que la très sainte Vierge Marie n’est pas coredemtrice est au minimum une faute.voir une hérésie quand elle est prononcée par un homme d’église.
    Voyez dans les messages de Fatima (voir sur le site du Vatican

    Le Message de Fatima
    http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20000626_message-fatima_fr.html)
    La Vierge Marie demande la consécration de la Russie à son cœur immaculé.pas au cœur de son fils ni au Saint Esprit ni à Dieu .
    Elle ne peut le demander sans l’autorisation de la Sainte Trinité.
    Elle promet aussi en son nom que les trois petits bergers qu’elle les enmenera directement au paradis
    Elle de par les demandes et les promesses faites en son nom, coredemtrice nommé par Dieu
    Lisez aussi le texte de Saint Jean Paul II sur même site

  8. Il s’agit d’une nouvelle Église réformée qui veut se substituer à l’Église de Jésus-Christ, un véritable “détournement spirituel”.
    Ce n’est plus la religion que nous avons choisie le jour de notre Baptême et envers laquelle nous sommes engagés. Il y aurait, en quelque sorte, une “rupture de contrat” de la part des Autorités de l’Église…
    In Caritate Christi per Mariam (Médiatrice de toutes grâces) LD

  9. “La première prière connue à la Génitrice de Dieu (grec, Θεοτόκος, qui signifie «celle qui porte/enfante Dieu») est une prière trouvée sur un fragment de papyrus datant d’environ 250 après Jésus-Christ. En 1917, la bibliothèque John Rylands [1] de Manchester, en Angleterre, acquit un grand nombre de papyrus égyptiens. La prière est située sur le fragment enregistré sous le numéro de référence grec Papyrus 470. La prière semble provenir d’une liturgie copte de Noël ou de Vêpres écrites en grec koinè, bien que le fragment en question puisse être une copie privée de la prière. Cette prière est toujours chantée dans l’Église orthodoxe jusques à ce jour à la fin de presque tous les offices de Vêpres pendant le Carême. On la trouve aussi dans les offices religieux de l’Eglise catholique et des Eglises orientales.
    La date précoce de cette prière est importante pour un certain nombre de raisons, dont l’une est qu’elle appuie notre compréhension que le terme Theotokos n’était pas seulement un concept théologique défendu lors du troisième Concile Œcuménique de l’an 431, mais était déjà en usage populaire et bien connu plusieurs siècles avant l’hérésie nestorienne.
    Comme saint Grégoire de Nazianze l’a déclaré en l’an 379, “Si quelqu’un ne soutient pas que sainte Marie est Mère de Dieu, il est séparé de la divinité.” (Lettre 101, PG 37, 177C) Les premiers chrétiens reconnaissait la Theotokos comme un puissant intercesseur pour ceux qui souffrent, et qui ont besoin de protection. Les chrétiens ont recherché ses intercessions dès l’époque de l’Eglise primitive,”

    https://orthodoxologie.blogspot.com/search?q=+Theotokos

    PS Quel tocard ce Bergoglio .

    • ‹ (grec, Θεοτόκος, qui signifie «celle qui porte/enfante Dieu») ›
      τέκω signifie ‘j’enfante’, pas ‘je porte’.
      ἡ Θεοτόκος signifie daher ‘Deipara / l’enfantrice de Dieu’.
      Les Orthodoxes théodiscophones disent entsprechend : die Gottesgebärerin.

  10. Tinatine says:

    C’ est la prière latine “sub tuum praesidium confugimus Sancta Dei Genitrix :nostras deprecationes ne despicias in necessitatibus ; sed a periculis cunctis libera nos semper, Virgo gloriosa et benedicta .”
    Cette prière ‘ également traduite en slavon , était récitée par les chrétiens russes persécutés sous le régime communiste .

  11. Comme le disait Sainte Jacinthe de Fatima, il faut beaucoup prier pour le Pape !
    Même si cette petite enfant et grande Sainte, n’a jamais précisé lequel (dans mon souvenir), il est de toute manière très important de prier pour CE pape, qui me semble-t-il écoute plutôt les voix des protestants (Luther au Vatican) et le Singe de Dieu. Peut-être est-il amnésique et ne connaît plus l’Angélus, et n’a pas relu les Evangiles de Saint Luc.

    Quelques chapelets pour lui, ne seront pas inutiles……

  12. Co Rédemptrice ! Bien sûr que la Ste Vierge l’est ! Elle s’est faite Hostie, Âme pure qui a TOUT partagé avec SON FILS JESUS. De l’Incarnation, au Golgotha ELLE a TOUT partagé. Jésus doit pleurer et souffrir de voir que celui qui est là pour guider les Âmes vers le Ciel, les dirigent vers l’Abîme.

  13. Isabelle says:

    Ce “Pape” est l’anti-Pape par excellence !

    Hérésies sur hérésies.
    Ce ‘Caput Nigrum’ ne fait que corroborer les prophéties de la Salette ou de Garabandal (entre autres).

    Prions pour lui et sa clique vaticane en partie corrompue.
    Bon Noël à tous malgré les événements qui se préparent ! ^^

    • Cadoudal says:

      prions surtout pour que Dieu nous donne enfin un saint pape;

      il y a si longtemps qu’ils sont mauvais qu’on ne sait plus à quoi ressemble un bon pape .

      50 ans qu’ils emploient leur énergie à interdire la messe bimillénaire romaine .

      • Isabelle says:

        @ Cadoudal,

        Dieu va très certainement nous donner un Saint Pape mais… après bien des épreuves de purification pour la France, fille aînée apostate de l’Eglise !

        Quant à la messe tridentine, mon évêque ne comprends même pas que des fidèles y restent attachés (confidence d’un Abbé traditionaliste toléré).
        Il concède une paroisse aux traditionalistes mais estime que ceux qui veulent suivent la messe en Latin n’ont pas compris Vatican II.
        Beaucoup de prêtres du diocèse le suivent et ont une liturgie parfois délirante avec un mélange de célébration charismatiques inspirées du protestantisme évangélique et, parfois, des grands shows avec écrans géants en pleine messe diffusant des clips vidéos !

        Bref, les temps qui s’annoncent risquent d’être très difficiles pour les catholiques attachés au rite de Saint Pie V !

        Joyeuses fêtes de Noël malgré tout ! ^^

  14. « Depuis les premiers siècles de l’Église, la dévotion des fidèles a attribué à la Mère de Dieu ce beau titre de Co-Rédemptrice, des saints éminents l’ont propagé, des papes l’ont officialisé. »
    De 1950 à 1956 j’étais incarcéré dans un internat des Petits Frères de Marie en Australie avec messe, chapelet (pas ensemble) et leçons de religion et de français tous les jours sauf le dimanche. Pendant tout ce temps je n’ai jamais entendu ni lu ce titre de Notre Dame, pas une seule fois. Pour moi c’est de la pure mariolatrie qui comme l’autre idée de la médiatrice de toutes les grâces devait être établie de force. Nous disions de façon répétée an anglais dans les salles de classe chaque jour l’antienne Sub tuum præsidium confugimus, Sancta Dei Genetrix et la chantions fréquemment à l’église paroissiale à côté. On nous a fait savoir très clairement que la Mère de Dieu n’est pas Dieu.

  15. petit avis pour Francesca : « Et last but not the least : » non, ‘last but not least’ est la forme consacrée, bien que la leçon de la source (Shakespeare) soit ‘last, not least’.