« Oui aux Abrams à Kiev » : les États- Unis seraient prêts à changer de stratégie concernant les chars. Selon des sources du Wall Street Journal, l’administration Biden aurait pris cette décision dans le cadre d’une large négociation avec le gouvernement allemand sur les Léopards, lors de la rencontre de Ramstein en Allemagne.

La quatrième guerre mondiale a peut-être bien commencé à Ramstein

La quatrième guerre mondiale a peut-être bien commencé à Ramstein, après la troisième guerre froide. Le schéma est assez simple : forcer la Russie à se saigner à mort en Ukraine. Avec comme moteur otanien en Europe une Allemagne qui tente de freiner l’envoi de Leopard 2 en Ukraine, expliquant qu’elle ne le fera que si les États-Unis fournissent leurs Abrams, ce que Washington avait pourtant exclu.

Mais certains à Washington veulent que la guerre se poursuive tout en sachant pertinemment que l’envoi d’armes à Kiev, contrairement à ce que prétendent ses puissants partisans, ne conduira pas à la défaite de la Russie et à la libération de l’Ukraine, ni donc à la paix. Cela ne servira qu’à prolonger le conflit aussi longtemps que possible.

De telles guerres, comme celle d’Ukraine, prenaient la forme de guerres d’usure et ne se terminaient jamais avec un gagnant et un perdant

Cette perspective est expliquée par un article de Max Fisher publié aujourd’hui dans le New York Times : aucune grande puissance, constate-t-il n’a mené de guerres à grande ces derniers temps, n’ayant mené que des guerres hybrides et technologiques. De telles guerres, comme celle d’Ukraine, prenaient la forme de guerres d’usure et ne se terminaient jamais avec un gagnant et un perdant, mais, comme la guerre de Corée, avec une impasse souvent de dix ans, dans laquelle des phases « actives » alternaient pour longues périodes de répit. Bref, les proclamations triomphales de la victoire ukrainienne servent à solliciter des soutiens extérieurs (politiques, économiques et militaires), mais n’ont aucun fondement réel.

Le Washington Post mentionne également, bien que de manière discrète, mais cela contredit ce qui a été affirmé à Davos sur l’envoi inconditionnel d’armes plus puissantes à Kiev, la visite du chef de la CIA à Kiev… :

« William J. Burns s’est récemment rendu à Kiev pour rencontrer Zelensky afin de l’informer des attentes des États-Unis pour les prochaines campagnes militaires contre la Russie et communiquer qu’à un moment donné, il pourrait devenir plus difficile de maintenir le niveau actuel d’aide à l’Ukraine ».

Les grands soutiens aux Ukrainiens sont en réalité leurs bourreaux.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La revue 83 : Franc-maçonnerie DEUXIEME PARTIE

REVUE DISPONIBLE EN PREVENTE, ENVOI LE 13 JANVIER !

Voici la suite de ce dossier fascinant sur la franc-maçonnerie, hâtez vous pour l’avoir au plus vite ! La première partie de ce dossier en vente ici.

Cliquez ici pour obtenir la REVUE 83

%d blogueurs aiment cette page :