Cameroun – C’est dans un climat de méfiance de plus en plus grande de l’opinion publique camerounaise à l’égard du rôle occulte joué par la franc-maçonnerie en politique et dans les affaires que Mgr Abraham Kome Bouallo, président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (Cenc), a signé au nom des prélats camerounais un appel à barrer la route à la Franc-Maçonnerie, la Rose-Croix et la sorcellerie.

« En ce moment, dans certaines paroisses de nos diocèses, dans les conseils paroissiaux et même dans certains organismes diocésains, l’on trouve de plus en plus présentes et à. des postes de responsabilité, des personnes appartenant à la Franc-maçonnerie, à la Rose-croix ou s’adonnant à la sorcellerie et à qui l’on administre sans scrupule les sacrements que Jésus Christ a confiés à notre Sainte mère l’église. Une telle situation exige élucidation », écrivent les évêques dans leur lettre pastorale.

« (..) au nom de notr emission d’enseigner, nous vous donnons cette lettre pastorale non seulement pour rappeler les grandes lignes du magistère sur la Franc-maçonnerie, les Rose-croix et la croyance à la sorcellerie, mais aussi pour vous donner des directives pastorales afin d’éclairer et de soutenir votre foi en Jésus Christ mort et ressuscité », rappellent les évêques du Cameroun.

« La religion chrétienne n’est pas notre invention, mais une religion révélée par Dieu lui-même à Moise, et portée à son accomplissement par Jésus Christ. Notre foi repose sur l’ensemble des vérités révélées par Dieu. Ces vérités portent aussi le nom de dogmes. Aucun catholique ne peut les contester sans renier sa foi : il s’agit des dogmes de la sainte trinité, de l’incarnation, de la résurrection, de l’ascension, de l’immaculée conception et de l’assomption de la vierge Marie »

Concernant les Rose-croix, les prélats camerounais rappellent que l’adhésion des catholiques à la Rose-croix et autres groupes dont la doctrine est contraire aux vérités évangéliques sur lesquelles s’appuie le Magistère universel de l’église demeure formellement interdite. Car, selon les évêques camerounais; les rosicruciens ne considèrent pas Dieu comme une personne mais plutôt comme une sorte d’énergie spirituelle, source dernière de toutes les vibrations spirituelles et matérielles. On est là en plein dans le panthéisme.

Les évêques de la conférence épiscopale nationale du Cameroun recommandent d’intensifier l’enseignement solide et sans ambigüité de la doctrine catholique puisque l’ignorance est un facteur déterminant dans l’adhésion aux sectes et aux regroupements gnostiques. Les évêques camerounais appellent également les catholiques à réaffirmer sans cesse et sans détour leur foi en Jésus-Christ mort et ressuscité.

Si le contenu de cette lettre pastorale des évêques camerounais n’est pas de la qualité des condamnations de la secte maçonnique par l’Eglise catholique avant le Concile Vatican II, il n’en reste pas moins qu’il est nettement supérieur aux propos des prélats européens actuels.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Richard says:

    Ils ont bien raison. Rien à voir avec les pleutres rampants français.

  2. 1517 Révolte de Luther et fondation du protestantisme
    1717 Fondation de la franc-maçonnerie
    1917 Triomphe du communisme.
    Ces évènements sont liés.
    La franc-maçonnerie est la secte la plus satanique qui soit qui persécute y compris par la violence et la barbarie (par exemple au Mexique 1926) Notre Seigneur et la Sainte Eglise.
    On sait que la franc-maçonnerie a infiltré l’Eglise notamment au concile Vatican II (le cardinal Bea qui a conçu Dignitatis humanae était franc-maçon) avec ses textes hérétiques.
    La religion prêchée par les papes conciliaires est une religion maçonnique.
    On sait aussi la connivence des cardinaux et évêques modernistes avec la franc-maçonnerie.
    Ce texte des évêques camerounais, malgré ses limites, mérite donc d’être salué.