L’Église conciliaire se perd dans les contradictions sans même s’en rendre compte.

Alors qu’éclate au grand jour ce qui sera certainement un des plus grands scandales de l’histoire de l’Église post-concile, la corruption homosexuelle d’ecclésiastiques notoires mêlés à de sombres affaires de mœurs impliquant notamment des enfants et des adolescents, les évêques de Nouvelle-Zélande ont pris la décision de dédouaner les pratiques contre-nature.

L’archevêque de Wellington et vice-président de la Conférence Épiscopale Néo-zélandaise, le cardinal John Dew, a proclamé récemment :

« Nous [les évêques néo-zélandais] reconnaissons humblement nos erreurs en particulier par rapport à des groupes déterminés comme la communauté Lgbt, qui s’est sentie très fortement rejetée par l’Église. Peut-être nous n’avons pas fait assez aussi pour venir à la rencontre des besoins des communautés issues d’une récente immigration. »

Cette déclaration ferait suite, paraît-il, à un sondage d’où ressortirait que 47 % des sondés se sont éloignés du christianisme à cause de son attitude envers les personnes homosexuelles. A la remorque des modes contemporaines, les prélats conciliaires préfèrent donc se soumettre aux diktats de la Gaystapo plutôt que de rester ancrés dans la saine et sainte doctrine catholique.

Depuis que Vatican II a voulu ouvrir l’Église au monde moderne, c’est ainsi que vogue la galère conciliaire, aujourd’hui battant pavillon arc-en-ciel, symbole de l’a-civilisation nihiliste de Notre Temps apostat post-moderne… La corruption de la doctrine finit dans les eaux sales de la corruption des mœurs !

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

10 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :