Des ponts non des murs pour promouvoir la rencontre entre les peuples, c’est le mantra répété à satiété par l’Église bergoglienne et son unique réponse, plus idyllique que réaliste, pour résoudre le problème plus qu’inquiétant de l’immigration clandestine.

Il fallait s’y attendre, le 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin était un trop beau symbole que la COMECE (Commission des Episcopats de la Communauté européenne) n’a pas hésité un instant à saisir pour illustrer cette culture de la rencontre : « Dans leur déclaration, souligne le communiqué de presse publié par la COMECE, les évêques de l’UE soulignent la dimension prophétique de la chute du mur de Berlin. Il ne s’agit pas seulement d’un moment historique à célébrer  mais d’une grande leçon pour l’humanité toute entière : « la construction de murs entre les peuples n’est jamais la solution ». »

Il y a de quoi être éberlué par l’incongruité consistant à comparer l’ancien mur de Berlin manifestation de l’idéologie et de la dictature communistes qui ont transformé Berlin-Est en une prison à ciel ouvert, séparé une ville, des familles et un même peuple, avec des murs frontaliers matériels ou virtuels, destinés à protéger les peuples du continent européen des vagues migratoires incessantes de populations totalement étrangères à la civilisation européenne et à ses racines chrétiennes, et inassimilables, leur volonté communautariste en pleine explantation dans les pays occidentaux où elles s’installent en étant la meilleure preuve.

L’utopie de ces clercs n’est certainement pas la solution, elle porte en germe les conflits futurs.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :