Mgr Joseph Ndembu Mbatia, évêque du diocèse kenyan de Nyahururu, a critiqué ceux qui expriment leur soutien aux associations LGBT, affirmant que les comportements liés à ces tendances vont à l’encontre de « l’ordre naturel des êtres humains ».

Dans un enregistrement vidéo que la Kenya Broadcasting Corporation (KBC) Digital a publié le dimanche 5 mars, Mgr Mbatia a également critiqué les mesures visant à endoctriner les étudiants à l’idéologie LGBTI dans le Curriculum basé sur les compétences (CBC) proposé au Kenya.

“Le soutien aux LGBTI va à l’encontre de l’ordre naturel, l’ordre naturel des êtres”, a déclaré Mgr Mbatia, ajoutant que “même les animaux, qui ne sont pas dotés du don de l’intellect, du don de la raison, ne vont pas à l’encontre de l’ordre naturel”.

« Les chapitres 1 et 2 de la Genèse nous disent pourquoi Dieu a créé l’homme et pourquoi il a créé la femme ; Dieu a créé l’homme et la femme l’un pour l’autre.”

Il s’est également dit préoccupé par l’initiative visant à introduire la communauté LGBTI dans les écoles kenyanes à travers le programme proposé :

«Je regardais ce qui est enseigné et CBC a proposé une conférence indiquant qu’il existe plusieurs types de familles. Vous découvrez qu’il y a une famille de deux femmes et un enfant. Où ont-elles eu l’enfant ? Et puis il y a une famille d’un homme et d’un autre homme avec un enfant, mais où ont-ils eu l’enfant ? A quoi pensait la personne qui a fait ces dessins pour qu’ils soient enseignés dans les écoles ? Aucun enfant ne naît sans père ni mère.”

Mgr Mbatia a fait ces remarques en critique de la décision majoritaire de la Haute Cour du Kenya autorisant l’enregistrement des organisations non gouvernementales LGBTI.

Effectivement, le 24 février, la Haute Cour du Kenya a statué que les personnes ayant une orientation homosexuelle ont le droit de former et d’enregistrer des associations dans la nation d’Afrique de l’Est. Trois magistrats (sur cinq) de la Haute Cour ont fait valoir que “malgré le fait que l’homosexualité soit illégale (au Kenya), ils ont le droit de s’associer”.

Dans le jugement, dans lequel les juges Mohamed Ibrahim et William Ouko ont rédigé des opinions dissidentes contre la décision majoritaire rendue par les juges Philomena Mwilu, Smokin Wanjala et Njoki Ndung’u, les entités LGBTQ peuvent agir librement une fois enregistrées au Kenya.

L’archevêque de Nairobi s’est joint à d’autres dirigeants et groupes chrétiens pour critiquer la décision de la Cour suprême. C’est le cas des membres du Kenya Christian Professionals Forum (KCPF), Mgr Anthony Muheria, de l’archidiocèse kenyan de Nyeri, et du président de l’Assemblée nationale kenyane, Moses Wetangula, entre autres.

Dans une déclaration demandant au clergé de Nairobi de partager cet appel avec leurs congrégations respectives lors des célébrations liturgiques du dimanche 5 mars, Mgr Philip Anyolo a demandé aux chrétiens “d’être vigilants”.

« Nous encourageons tous nos chrétiens à continuer à défendre, protéger et sauvegarder nos enseignements moraux chrétiens contre les attirances, les affiliations et les associations homosexuelles laïques et banalisées, telles que les LGBTI, qui sont actuellement promues et encouragées de différentes manières, y compris par l’approbation légale. “, a déclaré Mgr Anyolo, qui a exprimé son opposition à ce qu’il a qualifié de “tendances malignes qui cherchent à introduire la confusion et à nuire à leur image en nous”.

“Que Dieu, qui nous a créés avec une claire différenciation des sexes, selon le livre de Genèse 1 : 27, homme et femme, à son image et à sa ressemblance il les créa, fortifie notre foi et notre position morale contre ces maux qui cherchent à introduire la confusion et à nuire à Son image en nous », a imploré l’archevêque catholique kenyan.

Il a en outre demandé que Dieu accorde aux disciples de Jésus-Christ au Kenya “assez de grâce pour être assez vigilants pour protéger, promouvoir et faire progresser notre dignité humaine et chrétienne”.

“En tant qu’Église, nous nous opposons fermement à de telles pratiques immorales”, a déclaré l’archevêque de Nairobi dans sa note au clergé qui exerce son ministère dans son quartier général métropolitain, intitulée “Un appel à la vigilance”.

Pour sa part, le député de Homa Bay (Kenya), Peter Kaluma, s’est engagé à lutter contre l’enregistrement des groupes de défense des droits LGBTQ à la Chambre et devant les tribunaux kenyans.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 90 000 € pour 2024

MPI fête ses 10 ans ! Continuez de nous aider !

MPI continue de subir les attaques du système, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup