Être une femme tortionnaire dans l’État islamique a été la mission de certaines musulmanes en Syrie et en Irak.

La chaîne Al Jazeera retrace leur parcours en donnant la parole aux bourreaux, membres de la police religieuse, et à leurs victimes, souvent des « infidèles », à travers un documentaire du cinéaste Thomas Dandois, Femmes de l’Etat islamique : la vie à l’intérieur du califat.

Aisha de Raqqa en Syrie : « C’était notre travail de torturer des gens. »

« Je m’appelle Aisha. Dans l’État Islamique, ils m’ont appelé Um Qaqaa. J’ai vécu à Raqqa.

Je suis allé l’État Islamique pour leur expliquer ma situation. Mon mari était un martyr. Je n’avais plus d’argent. Je n’avais d’autre choix que de travailler pour eux.

J’ai commencé à remplir les formalités administratives, mais ils ont d’abord indiqué que j’avais besoin d’une formation en droit islamique. Pendant la formation, ils nous ont appris à réciter le Coran. Il y avait environ 30 ou 40 femmes. La mosquée était pleine de stagiaires. Et vous deviez le réciter encore et encore jusqu’à la réussite de l’examen. Il m’a fallu trois mois pour passer.

Certaines femmes étaient analphabètes. Elles ne savaient ni lire ni écrire. Ils les ont fouettés pour les faire apprendre. Certains d’entre elles n’ont jamais réussi alors ils les ont gardées en prison.

Un jour, deux hommes de l l’État Islamique sont venus chez moi et ont dit: “Demain, tu commences à travailler.”

Quand nous nous sommes inscrites, ils nous ont donné des armes à feu. Mon unité était composée de 10 femmes. Trois ont été assignées à la fourgonnette et les sept autres étaient au poste dans la salle de torture. Ils ont choisi des femmes grandes, imposantes pour effrayer les gens. Ils ont choisi les femmes les plus cruelles. Des femmes qui n’ont pitié de personne.

Si une femme marchait dans la rue sans accompagnement, elle était arrêtée. Elle devait être accompagnée de son frère ou de son mari. Si une femme marchait seule ou prenait un taxi sans eux, elle était arrêtée. 

Nous étions censés patrouiller dans les quartiers, sur les marchés, à la recherche de femmes dont les vêtements n’étaient pas conformes aux lois de l’État Islamique.

Tout cela a été fait pour que l l’État Islamique puisse vendre ses propres vêtements. Ils ont arrêté des femmes et les ont forcées à acheter un ensemble pour 6 000 ou 7 000 livres syriennes [12 $ à 14 $]. Alors seulement ils les laisseraient partir. 

Même les petites filles devaient porter des vêtements conformes à la charia.

Nous étions censées retourner au poste de police avec le bus rempli de femmes. Parfois, nous avions 30, 40 femmes, parfois 10 ou 20. Cela dépendait du nombre de violations. Mais nous ne sommes jamais revenues vides.

Une fois arrivées à la gare, les femmes ont été fouettées. Elles ont été maintenues en prison pendant quelques jours. Elles ont ensuite obligé les femmes à leur acheter des vêtements réglementaires avant de les relâcher.

Un jour, nous avons arrêté une femme qui portait du vernis à ongles. Ils ont utilisé une paire de pinces pour lui arracher les ongles.

Mon pire souvenir était lorsque nous avons arrêté une femme qui ne portait pas de niqab. Il s’est avéré qu’elle était muette. Elle ne pouvait pas parler. Elle a été torturée Je me sentais particulièrement mal pour elle. Ils ont découvert qu’elle était muette alors qu’ils la torturaient.

Certaines femmes étaient au début de leur grossesse. La torture les a fait faire une fausse couche. Une femme a accouché dans les bureaux de la police religieuse. Elle était sur le chemin de l’hôpital avec sa mère parce qu’elle pensait que son bébé allait arriver. Elle ne s’était pas couverte les yeux, alors ils l’ont arrêtée. Elle a accouché à la gare pendant qu’ils la torturaient. Beaucoup de femmes ont fait des fausses couches là-bas. Ils n’avaient aucune pitié. 

C’était notre travail, torturer les gens. Nous avons torturé beaucoup de gens. Je ne peux même pas vous dire combien.

Nous étions sous surveillance. Il y avait une collègue dont le travail était de nous surveiller.

Si je ne réussissais pas à arrêter une personne parce que je la connaissais, ce collègue la signalerait immédiatement. Il n’y avait rien que je puisse faire.

Un jour, l’une des femmes a vu sa cousine ou sa voisine, une connaissance qu’elle connaissait. Elle nous a demandé de faire comme si rien ne s’était passé. Mais celle qui était chargé de nous surveiller l’a signalée. Ils ont puni ma collègue et l’ont renvoyée. Elle a été emprisonnée, fouettée et torturée.

Les femmes membres de l’État Islamique ont interdit à tout le monde de fumer, mais elles-mêmes ont fumé. En fait, je leur achetais leurs cigarettes. Elles ont interdit l’alcool mais elles buvaient. C’était bien pour elles, mais un péché pour tous les autres. 

La forme de torture la plus populaire était la flagellation.

Le chef de la police religieuse venait voir la femme et, s’il l’aimait bien, il lui offrait le mariage. Si elle acceptait, il signerait les papiers du mariage et la ramènerait chez elle. Sinon, elle resterait en prison et serait torturée. 

C’était un lavage de cerveau. Ils ne laissaient pas les gens partir avant de les avoir convaincus. Il y a des femmes qui les ont rejoints au combat. De vraies combattantes qui ont pris les armes et qui étaient au front comme des hommes. Elles ont tenu parce qu’elles étaient là avec leurs maris. Elles se sont dit: “Mon mari est parti au combat, alors je vais me battre à ses côtés.”

Il y avait aussi des veuves de combattants martyrs. Elles ont pris les armes pour venger leurs hommes. D’autres femmes étaient convaincues qu’elles iraient au paradis. 

J’ai arrêté de travailler lorsque le bombardement a commencé à Raqqa. Mes collègues ont continué à travailler mais j’ai emmené mes enfants et je suis partie à cause des raids aériens.

Je dirais aux gens de ne pas faire les erreurs que j’ai faites. J’ai torturé des gens. Ne faites pas cette erreur.”

L’histoire d’Um Farouk – Deir Az Zor, Syrie: “Elle a mordu la poitrine d’une femme et ne l’a pas lâchée jusqu’à sa mort.”

“Je suis Um Farouk, je vis à Deir Az Zor , « la province de Plenty ». J’ai 45 ans. Lorsque l’Etat islamique est arrivé, j’ai juré allégeance et j’ai travaillé avec eux dans la police religieuse.

Nous étions heureux quand ils sont arrivés. Nous espérions que la religion améliorerait le pays. Que tout redevienne comme avant. Ils ont bien traité les gens. Nous sommes donc restés et avons travaillé avec eux pendant un moment.

Bay’a est le serment que vous faites pour jurer allégeance. C’est comme ça que tu deviens l’un d’eux. Les simples supporters n’étaient pas considérés comme faisant partie du groupe. Ils craignaient de les trahir. Alors que ceux qui ont juré allégeance sont devenus membres à part entière.

J’ai été appelé et j’ai dû aller au tribunal. Abu Omar était le responsable des serments. J’ai dit: “Je suis avec toi, frère. Je ferai tout ce qu’il faudra.” C’est comme ça que j’ai juré mon allégeance. Aussi simple que cela.

Nous avons dû porter une large abaya avec une couverture sur le dessus. Au début, ils ont laissé les yeux découverts. Mais ils ont changé d’avis. Il fallait être complètement couverte et même porter des gants. C’étaient leurs règles. Toute personne qui ne se conformait pas aux règles et portait une abaya trop serrée ou brillante enfreignait les règles.

Un jour, une petite fille d’environ 10 ans portait un bas de pyjama et ses vêtements de prière par-dessus. Elle est allée dans un magasin pour acheter quelque chose. Dès qu’ils ont vu la petite fille, la voiture de la police religieuse s’est arrêtée. Ils ont vu qu’elle portait un pantalon, un pull et ses vêtements de prière par-dessus. Un homme est sorti de la voiture. Il était koweïtien ou saoudien. J’ai reconnu son accent. Il a dit: “Pourquoi es-tu sortie avec ces vêtements, espèce de putain?” La petite fille avait tellement peur qu’elle s’est fait pipi dessus.

Pour celles qui avaient commis des infractions morales mineures, il y avait le “biter” (la mordeuse). Elle mordrait les femmes. Une fois, elle mordit la poitrine d’une femme et elle ne la lâcha pas, n’arrêta pas de la torturer jusqu’à la mort de celle-ci.

Il y avait aussi l’histoire de cette femme qui venait d’accoucher. Son fils avait de la fièvre. Elle est sortie prise de panique pour aller chercher des médicaments à la pharmacie. Une voiture de police religieuse est passée devant, ils l’ont arrêtée. Ils ont dit: “Pourquoi es-tu sortie, espèce de pute?” Utiliser ce genre de langage. “Pourquoi es-tu sortie dans cette tenue?” C’était un Lycra Abaya. Elle n’aurait pas dû porter du lycra. Ils n’ont montré aucune pitié. Elle a dit: “Je viens d’avoir un bébé”, de sorte que la mordeuse utiliserait seulement ses dents. La mordeuse utilisait parfois ses dents, d’autres fois des pinces électriques.

Ils voient les femmes avec mépris. C’est comme une prison. Qu’elle soit civile ou membre, la femme vit dans une prison, suffoquée. Que ce soit à la maison ou à l’extérieur, c’est une prison. Les femmes sont opprimées. Il est impossible de respirer. Même à la maison, elle doit faire attention à ce qu’elle dit. Dans la police religieuse aussi, nous ne savions rien les uns des autres. Je n’avais pas le droit de savoir quoi que ce soit sur mes collègues et ils ne devaient rien savoir de moi. Tout le monde travaillait dans le secret. 

J’ai vu des choses étranges quand je travaillais avec eux là-bas. Une fois, on m’a dit qu’une sage-femme allait arriver. Je suis allée avec eux pour la chercher. Elle était censée aider leurs femmes à accoucher. Elle a aidé à accoucher plusieurs fois. Puis j’ai découvert qu’elle ne venait pas pour mettre au monde les bébés de leurs femmes. Elle venait chercher les prisonnières de guerre; elles pourraient être l’épouse d’un membre de l’armée syrienne libre ou sa fille ou l’épouse d’un “infidèle”. Des hommes sont venus les violer. Elles tombaient enceintes et la sage-femme était venue pratiquer des avortements. 

Quand j’ai appris ça, je jure que ça m’a rendu folle. Je ne savais rien à ce sujet. Ces personnes n’ont ni humanité ni religion.

Je ne suis pas juste fatiguée mentalement. Ils ont déchiré nos cœurs. Nous y avons été forcées. Dieu seul jugera.

Je leur ai dit que mon mari avait une maladie cardiaque et qu’il était parti en Irak pour se faire opérer, afin de pouvoir m’enfuir loin d’eux.  

Je m’adresse à toutes les femmes libres qui craignent Dieu : ne vous affiliez pas à cette organisation. Ils sont injustes et cruels. Ils ne craignent pas Dieu. Ils n’ont rien à voir avec l’islam. Ils sont des criminels.

Ces récits ont été rassemblés pour le documentaire ‘Women of ISIL‘ du cinéaste Thomas Dandois. 

Francesca de Villasmundo




Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. Une ex-musulmane raconte son quotidien en Arabie Saoudite, sous le joug de la charia (Vidéo)
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=119&v=wDZRoFTuEvM&feature=emb_logo

  2. Xavier S. says:

    L’enfer sur terre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !