A priori saugrenue, cette question l’est visiblement moins qu’on ne pourrait le penser. Ainsi, des images filmées par l’agence Reuters montrent que des snipers étaient bien en place sur un toit des Champs-Elysées le 1er décembre.

Plusieurs médias, citant une source policière, signalent que depuis 2014 il existe des « binômes tireur-observateur » parmi les CRS, qui sont présents « sur les grosses manifestations ». L’homme armé est accompagné d’une deuxième personne, muni d’un objectif. Leur rôle est « d’assurer d’abord la sécurité des manifestants contre des attaques armées et potentiellement la sécurité des forces de l’ordre contre des manifestants armés », écrivent identiquement plusieurs médias. Mais on imagine mal qui aurait attaqué les Gilets Jaunes, hormis les policiers. Qui peut croire un seul instant que des terroristes islamiques auraient pu tenter de commettre un attentat au milieu de la manifestation des Gilets Jaunes du 1er décembre ?

Autre élément significatif, le fait qu’aucune autorité n’assume avoir demandé la présence de ces snipers des CRS. Selon les sources policières de plusieurs médias, la préfecture aurait affirmé ne « pas (avoir) mobilisé de tireur de haute précision dans le dispositif » de sécurité du 1er décembre. Or, contacté par franceinfo, le ministère de l’Intérieur renvoyait vers la préfecture. Cette présence de tireurs d’élite remarquée embarrasse donc les autorités.

Mais qu’en sera-t-il samedi prochain, 8 décembre ? On peut douter que ces tireurs mobilisés le 1er décembre ne soient pas à nouveau de service. Avec toute l’inquiétude que cela peut entraîner, compte-tenu des déclarations du syndicaliste policier Yves Lefebvre évoquant la possibilité qu’il y ait cette fois des morts. Et alors qu’Emmanuel Todd considère qu’il y a « stratégie de provocation gouvernementale » et que ce qui s’est passé à l’Arc de Triomphe pourrait avoir été organisé par des « agents provocateurs », c’est-à-dire des barbouzes aux ordres de l’Etat.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :