Faute de nom officiel, ils avaient un nom officieux, les Idaniens. Jusqu’au 24 juin, l’Ain est l’un des deux départements de France qui n’avait pas de noms d’habitants. On utilisait les noms des pays le composant : Bressans, Dombistes, Bugistes, Gexois…

Ils sont désormais les Aindinois et les Aindinoises. Après deux mois de consultation populaire, le gentilé des habitants de l’Ain a été annoncé dimanche 24 juin lors d’une fête de l’été dans les jardins du Département, à Bourg-en-Bresse. Sur sa page Facebook le conseil départemental avait posté dimanche une photo de ce rassemblement, vu du ciel, proclamant « Tous Aindinois ». Son président Jean Deguerry (LR) avait lancé cette consultation pour « valoriser le département » et « marquer sa volonté d’exister ». Entre le 10 février et le 10 avril, ils ont pu voter pour départager les trois noms proposés par le comité de parrainage. Les autres propositions, Initiain et Ainain n’ont pas séduit les électeurs.

En 2013, les conseils généraux des derniers départements n’ayant pas de gentilés se sont activés pour en donner un. L’Ille-et-Vilaine a baptisé ses habitants les Bretilliens, francisation du breton Breizh-Illien. Le Loiret a choisi Loirétains. L’Ain a donc choisi Aindinois en 2018. Il ne reste plus que le Maine-et-Loire dont les habitants n’ont pas de gentilé, le nom officieux étant Mainoligériens.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La vérité à la France

La France est arrivée à un moment solennel où il est nécessaire de lui dire la vérité. Si elle peut l’entendre, elle refera ses forces presque épuisées, elle reprendra une marche sûre, véritablement et solidement progressive; si elle ne peut pas l’entendre, elle marchera à une ruine certaine, à un abaissement dont elle ne se relèvera jamais.

Cliquez ici pour vous le procurer.

%d blogueurs aiment cette page :