« Ne soyez pas efféminés, soyez des hommes, des loups, des chefs de familles. Il y a déjà les femmes pour être des ballerines, soyez des hommes. Les hommes doivent être des hommes, les femmes doivent être des femmes. »

Cette simple déclaration de bon sens a valu au « bad boy » du ballet, Sergei Polunin, d’être renvoyé de l’Opéra de Paris. Sa célébrité, la maîtrise de son art, qui font de ce jeune Ukrainien une étoile montante de la danse, n’auront pas fait le poids face à ses mots iconoclastes selon la doxa de la caste lgbt.

Cette exhortation publiée sur son profil instagram a déterminé son élimination de la représentation du Lac des Cygnes avec l’Opéra de Paris. C’est la directrice de la Danse de l’Opéra parisien en personne, Aurélie Dupont, qui a signifié au « cygne noir » du ballet russe son renvoi. A travers une lettre dans laquelle elle reconnaît les « qualités artistiques » de Polunin, qui ne « font aucun doute », mais juge son commentaire « incompatible », puisque selon elle il est « homophobe » et « sexiste », avec les valeurs de la direction et du corps de ballet dont elle est responsable.

« Je connais l’artiste talentueux qu’il est mais j’ai découvert de sa part des propos publics qui me choquent et qui ne respectent pas mes valeurs ni celles de l’institution que nous représentons« , a-t-elle entre autres indiqué.

La Gaystapo a encore frappé !

Francesca de Villasmund

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

13 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :