Titre insolite d’un article de Le Figaro (02/09/2016) : Médecine : les différences hommes-femmes négligées. La France est très en retard dans ce domaine, que ce soit dans la recherche ou dans le choix des traitements.

Le lecteur s’imagine encore une propagande en faveur du féminisme. Il n’en n’est rien. Il est mis l’accent sur le fait qu’on ne soigne pas un homme comme une femme. L’Académie de Médecine vient de s’intéresser la question « pour faire bouger les choses ». La France est très en retard sur le sujet explique Claudine Junien, généticienne, Professeur à la Faculté de Paris-Ouest. « On se préoccupe beaucoup de parité surtout sur le genre, mais il faut aussi faire prendre conscience du sexe biologique » explique-t-elle.

Voilà qui est intéressant et ne fait certainement pas les affaires de LGBT. La ressemblance entre un homme et une femme n’est que de 98,5 %. Or « c’est le même ordre de grandeur qu’entre un humain et un chimpanzé de même sexe ». En d’autres mots, il y a autant de différences entre un homme et une femme qu’entre un humain et un chimpanzé. D’où l’idée dans l’air que la médecine devrait tendre à se personnaliser ; ceci notamment par les perspectives de la génétique. De plus un embryon d’homme est différent de celui d’une femme même avant la mise en route des secrétions hormonales afférentes au sexe, explique le Pr Junien. Les tenants du choix du genre vont hurler.

De fait les femmes font des maladies génitales différentes. Mais ce peut être aussi par exemple l’Alzheimer, l’anorexie, la dépression, l’ostéoporose, des troubles alimentaires, et des maladies auto-immunes (maladies thyroïdiennes, sclérose en plaques, lupus) etc.  Les hommes sont plus facilement atteints d’autisme, tumeurs du cerveau et du pancréas, AVC etc. Or paradoxalement les tous traitements instaurés sont référencés sur les hommes, sauf ce qui concerne la vie génitale de la femme. Il en résulte chez elles des effets secondaires : « ce qui représente un coût humain et financier exorbitant ». Les chercheurs Américains estiment que  la survenue d’effets indésirables est 50 % plus importante chez les femmes que chez les hommes.

Des chercheurs savent depuis longtemps que certains traitements sont plus efficaces chez les hommes que chez les femmes et inversement.  Par exemple les hormones féminines ostrogénique ont tendance à protéger de l’athérosclérose. C’est la raison probable pour laquelle elles vivent plus âgées. Constitutionnellement elles résistent plus. L’Académie de Médecine demande que désormais des recherches soient diligentées dans ce sens.

Ceci rejoint les propos du professeur de neurologie de l’Université de Sienne Antonio Federico :

« Les données scientifiques montrent des différences claires entre le cerveau masculins et féminins, des différences qui sont génétiques ». « Les données scientifiques montrent des différences claires entre le cerveau mâle et la femelle, des différences génétiques, hormonales dans la structure anatomique et physiologique … avec des conséquences importantes dans le cerveau de la fonction et même de certaines maladies ».

Il en résulte par exemple que face à un problème particulier les femmes ne prennent pas obligatoirement une même décision. Les différences entre les deux sexes n’est pas seulement anatomique, n’en déplaise à LGBT.

Il va de soi que ces considérations infirment totalement les théories du gender affirmant que chacun doit pouvoir choisir son sexe. C’est une illusion allant contre la nature. Ne serait-ce que dans la mesure où les médecins face à un transgenre ou un homosexuel se demanderont s’ils doivent les soigner comme des hommes ou des femmes. Ceux qui n’arrangera pas leurs santés.

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

35 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Un livre magnifique : Du mépris de la mort

Textes sur la mort, la sépulture et le deuil.

DU MEPRIS DE LA MORT – Textes de Démétrios Kydonès, saints Augustin, Thomas d’Aquin et Grégoire de Nysse sur la mort, la sépulture et le deuil présentés par l’Abbé Olivier Rioult aux éditions saint-Agobard.

 

%d blogueurs aiment cette page :