Economiquement, le monde a changé. Il y avait « les pays en développement », les pays « du tiers-monde », les dragons asiatiques (Corée du Sud, Hong-Kong, Singapour et Taïwan) et les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud.

Trois organismes de notation, FTSE Russell, Standard & Poor‘s et Morgan Stanley ont dressé la liste des pays dans le monde qui étaient considérés comme émergeants. A noter que l’Argentine et l’Arabie Saoudite, membres du G20, ne font pas partie de cette liste. L’Arabie Saoudite parce qu’elle est désormais considérée comme un pays développé et l’Argentine, qui constitue à elle seule une véritable énigme économique tant elle oscille entre banqueroute et décollage. L’Argentine, c’est un albatros. Elle finira bien par s’envoler, mais quel décollage poussif ! L’Argentine, rappelons-le est la 21e puissance mondiale (638 milliards de $) et le 62e PIB/habitant (20.787 $).

Dans la nouvelle liste exhaustive, on trouve désormais :

Les BRICS

– Brésil : 8e puissance mondiale (2.055 milliards de $), 79e PIB/habitant (15.484 $)

– Russie : 11e puissance mondiale (1.577 milliards de $), 53e PIB/habitant (25.533 $)

– Inde : 6e puissance mondiale (2.597 milliards de $), 120e PIB/habitant (7.056 $)

– Chine : 2e puissance mondiale (12.237 milliards de $), 76e PIB/habitant (16.807 $)

– Afrique du Sud : 32e puissance mondiale (349 milliards de $), 92e PIB/habitant (13.498 $)

Notons que l’Afrique du Sud n’a absolument rien à faire dans les BRICS, elle n’y est que pour des raisons politiques. Non seulement l’Afrique du Sud ne décolle pas, mais en plus elle s’enfonce dans la tiers-mondisation à cause de sa politique suicidaire et raciste antiblanche. Le Brésil, sous la présidence de « Cap’tain Bolso », suivra, n’en doutons pas, le chemin inverse…

Les deux candidats aux BRICS (futur BRICMT)

– Mexique : 15e puissance mondiale (1.150 milliards de $), 69e PIB/habitant (18.149 $)

– Turquie : 17e puissance mondiale (851 milliards de $), 47e PIB/habitant (27.916 $)

Notons que la Turquie connait une récession économique et pourrait payer par d’éventuelles rétorsions son défi à la Matrice.

Les dragons

– Corée du Sud : 12e puissance mondiale (1.530 milliards de $), 32e PIB/habitant (38.260 $)

– Taïwan : 22e puissance mondiale (579 milliards de $), 19e PIB/habitant (49.527 $)

La présence de ces pays dans la liste des pays émergeants est curieuse, tant ils font partie des pays riches dans l’inconscient collectif. En fait, en ce qui concerne la Corée du Sud, seule Morgan Stanley la considère comme encore émergente. Pour FTSE Russell et Standard & Poor‘s, la Corée du Sud est considérée comme un pays industrialisé.

Les tigres

– Indonésie : 16e puissance mondiale (1.015 milliards de $), 95e PIB/habitant (12.284 $)

– Malaisie : 37e puissance mondiale (314 milliards de $), 43e PIB/habitant (29.432 $)

– Philippines : 38e puissance mondiale (313 milliards de $), 113e PIB/habitant (8.342 $)

– Thaïlande : 25e puissance mondiale (455 milliards de $), 71e PIB/habitant (17.871 $)

Notons sur cette liste l’absence du Vietnam – 45e puissance mondiale (223 milliards de $), 124e PIB/habitant (6.775 $) – considéré comme un tigre et dont on ne comprend pas l’absence, tant son économie se développe. La faiblesse de son PIB/habitant joue peut-être en sa défaveur.

– Les jaguars

– Colombie : 39e puissance mondiale (309 milliards de $), 86e PIB/habitant (14.552 $)

– Chili : 57e puissance mondiale (277 milliards de $), 57e PIB/habitant (24.085 $)

– Pérou : 49e puissance mondiale (211 milliards de $), 91e PIB/habitant (13.434 $)

A la liste des Jaguars, on ajoute aussi le Mexique et l’Argentine. Le Chili est le pays le plus prospère d’Amérique Latine. Merci qui ? Merci Pinochet !!!

– les dromadaires

– Egypte : 44e puissance mondiale (2.055 milliards de $), 100e PIB/habitant (11.583 $)

– Emirats Arabes Unis : 29e puissance mondiale (235 milliards de $), 6e PIB/habitant (73.879 $)

– Qatar : 54e puissance mondiale (167 milliards de $), 1er PIB/habitant (128.378 $)

– Koweït : 58e puissance mondiale (120 milliards de $), 7e PIB/habitant (36.916 $)

Personne n’a donné ce nom, que j’ai attribué par commodité. En fait, en ce qui concerne le Koweït, seul FTSE Russell le considère comme encore émergente. Pour Morgan Stanley et Standard & Poor‘s, le Koweït est considéré comme un pays industrialisé.

– La nouvelle vague

– Pologne : 23e puissance mondiale (524 milliards de $), 44e PIB/habitant (29.291 $)

– Tchéquie : 47e puissance mondiale (215 milliards de $), 34e PIB/habitant (15.484 $)

– Grèce : 51e puissance mondiale (200milliards de $), 48e PIB/habitant (27.809 $)

– Hongrie : 55e puissance mondiale (139 milliards de $), 46e PIB/habitant (28.375 $)

Ces pays sont la seconde vague, bénéficiaires pour les trois premiers des délocalisations allemandes. A ces pays, certains ajoutent l’Estonie (98e puissance mondiale (26 milliards de $), 40e PIB/habitant (31.678 $), la Lettonie (96e puissance mondiale (30 milliards de $), 49e PIB/habitant (27.598 $)), la Lituanie (85e puissance mondiale (47 milliards de $), 39e PIB/habitant (32.093 $)) et la Slovaquie (63e puissance mondiale (95 milliards de $), 38e PIB/habitant (32.111 $)). La présence de la Grèce peut passer pour une plaisanterie de mauvais goût avec un PIB revenu au niveau de 2003, mais c’est oublier que la Grèce avait le taux de croissance industriel le plus élevé d’Europe entre 2005 et 2011 (l’industrie grecque est centrée sur le ciment, les produits pharmaceutiques, les boissons, l’acier, les cigarettes, la bière, l’industrie laitière, l’aluminium et le Coca-Cola et rapporte 20 milliards d’euros par an).

Les cas particuliers

Bangladesh : 41e puissance mondiale (249 milliards de $), 145e PIB/habitant (3.869 $).

– Pakistan : 40e puissance mondiale (305 milliards de $), 132e PIB/habitant (5.527 $)

Le Bangladesh, nous avons déjà évoqué ce fait, est le pays du monde le plus dynamique et mérite bien sa place dans les pays émergeants. Quant au Pakistan, ce statut lui est dénié par Standard & Poor’s.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. “Le Chili est le pays le plus prospère d’Amérique Latine. Merci qui ? Merci Pinochet !!!”

    Faux ! Une nouvelle fois, votre fanatisme idéologique vous incite à pratiquer la désinformation. Par ailleurs, les dizaines de milliers de victimes de Pinochet apprécieront votre soutien à ce boucher.

    “L’expérience, déclenchée après le coup d’État militaire de 1973 qui avait préparé le terrain par la terreur et la torture, s’est déroulée dans des conditions quasi optimales. Il ne pouvait y avoir de dissidence – la Villa Grimaldi et ses équivalents s’en sont bien occupés. L’expérimentation était supervisée par les superstars de l’économie de Chicago. Elle a bénéficié d’un énorme soutien de la part des États-Unis, du monde des affaires et des institutions financières internationales. Les planificateurs économiques ont également eu la sagesse de ne pas se mêler des affaires de CODELCO, la plus grande société minière de cuivre au monde, qui a de la sorte fourni une base solide à l’économie de Pinochet. Pendant quelques années, l’expérience a été saluée de partout, puis le silence s’est fait. Malgré des conditions presque parfaites, en 1982, les « Chicago boys » avaient réussi à faire s’effondrer l’économie. L’État a dû en reprendre en charge une grande partie, soit plus encore que pendant les années Allende. Des plaisantins ont appelé ça « la route de Chicago vers le socialisme ». L’économie, en grande partie remise aux mains des dirigeants antérieurs, a sorti la tête de l’eau, non sans séquelles persistantes de la catastrophe dans les systèmes éducatifs, sociaux, etc.”

    Source : https://reseauinternational.net/noam-chomsky-jai-rencontre-lula/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

1500 récoltés 33.500 € manquants

1500 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.500 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !