Les pays en développement se rebellent contre l’agenda européen sur l’égalité des sexes dans le nouvel accord commercial

L’UE tente d’introduire de prétendus droits sexuels dans les accords internationaux. Plusieurs pays envisagent de le ratifier mais certains résistent.

Un nouvel accord de vingt ans entre l’Union européenne et 79 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique est embourbé dans la controverse  car les dirigeants des pays en développement craignent que l’UE tente de leur imposer l’agenda LGBT.

Chantage économique de l’UE

L’accord conditionne le soutien économique de l’UE à certaines priorités sociales et économiques de gauche, notamment l’éducation sexuelle, l’avortement, les questions gays/trans et d’autres politiques sociales controversées. La Fédération internationale pour la planification familiale (IPPF), lobby international pro-avortement basé au Royaume-Uni, a fait pression pour que ces questions figurent dans le nouvel accord.

Plusieurs pays hésitent à ratifier l’accord de Samoa. Soixante et onze pays ont signé le document le mois dernier, mais le traité n’est pas encore entré en vigueur et pourrait être mis en danger.

Ainsi, les vingt-deux États membres de l’Organisation de la coopération islamique ont été avertis que la terminologie du traité concernant les sujets tels que l’avortement, l’homosexualité et l’éducation sexuelle est « trompeuse et contradictoire avec des enseignements clairs ».

L’accord est une opération de type « appât et changement », selon Sharon Slater, présidente de Family Watch International, qui fait campagne contre l’accord depuis deux ans.

Sharon Slater a déclaré au Friday Fax : « Ils ont transformé de manière trompeuse cet accord commercial et économique en un traité sur les droits de l’homme et l’ingénierie sociale et sexuelle, utilisant la force du droit des traités pour imposer les valeurs sociales, sexuelles et déviantes de l’UE aux pays ACP. »

Le nouvel accord d’association remplace l’accord de Cotonou de 2000, étroitement axé sur le développement, le commerce et le progrès économique. Les tentatives faites en 2010 pour intégrer des dispositions controversées sur « l’orientation sexuelle et l’identité de genre » avaient été rejetées.

De nombreux pays reconsidèrent leur position sur l’accord, notamment la Namibie, le Nigeria, la Jamaïque, Trinité-et-Tobago et l’Ouganda.

Le gouvernement nigérian a déclaré qu’il n’était pas présent lors de la signature et que l’accord était à l’étude en vue de “garantir que ses dispositions ne contreviennent pas au droit interne du Nigeria”.

Le gouvernement namibien a publié une déclaration ministérielle soulignant plusieurs dispositions « qui n’étaient pas conformes à la Constitution de la Namibie ».

Vers une gouvernance mondiale

En plus d’adopter des politiques sociales et économiques controversées au niveau national comme condition du partenariat avec les pays de l’UE, l’accord pourrait forcer les pays africains et les États insulaires à aligner leurs politiques étrangères sur l’Union européenne.

“Le traité engage les pays à soutenir un nouvel ordre mondial et une gouvernance internationale avec l’ONU en son centre”, a déclaré Sharon Slater.

L’accord intègre des engagements internationaux sur « la santé sexuelle et reproductive et les droits reproductifs » qui exige que toutes les nations « adaptent les lois et réglementations qui criminalisent ou affectent de toute autre manière les droits sexuels et reproductifs conformément à la justice sociale et au développement durable ». , notamment en fournissant aux enfants une « éducation sexuelle complète », en légalisant les relations homosexuelles, la prostitution et l’avortement.

Néo-colonialisme LGBT

Un archevêque catholique de Trinidad et Tabogo a sévèrement critiqué l’accord, affirmant qu’il ne correspondait pas aux valeurs du peuple caribéen et constituait une « imposition coloniale une fois de plus sur les petits États fragiles ».

L’application provisoire de l’accord débutera le 1er janvier 2024. L’approbation du Parlement européen et la ratification des États parties (tous les États membres de l’UE et au moins les deux tiers de l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique) sont nécessaires pour que l’accord entre en vigueur.

Nsango ya Bisu

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 90 000 € pour 2024

MPI fête ses 10 ans ! Continuez de nous aider !

MPI continue de subir les attaques du système, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup