Belgique – A la demande d’organisations juives, les autorités municipales d’Anvers ont accepté de reconstituer l’étang asséché d’un parc situé au centre de la ville, de sorte que les Juifs religieux puissent pratiquer le Tashlich, un rituel d’expiation nécessitant un grand volume d’eau.

Malgré la sécheresse qui persiste, le service des pompiers de la ville d’Anvers va pomper des milliers de litres d’eau afin de remplir l’étang du Stadspark à temps pour la fête juive de Rosh Hashanah, et l’accomplissement de Tashlich, a rapporté le journal juif Lema’an Teda la semaine dernière.

L’étang s’était asséché à cause de la canicule extrême enregistrée ces dernières semaines.

Des milliers de juifs effectuent leur rituel de Tashlich au Stadspark chaque année à Rosh Hashanah, car il se trouve près du quartier juif d’Anvers, où vivent quelque 18.000 Juifs. Avant son assèchement, l’étang contenait également du poisson, ce qui, pour certains juifs religieux, est requis pour toute eau utilisée pour le rituel. Les membres de la communauté juive prévoient donc d’ajouter des poissons dans l’étang du Stadspark avec la permission de la municipalité.

En plus du remplissage de l’étang, des synagogues locales des communautés de Machzike Hadas et Sjemiera ont l’intention d’installer de grands bassins avec du poisson pour faciliter Tashlich.

Rosh Hashanah commence cette année dans la soirée du 9 septembre et se termine deux jours plus tard.

Pendant ce temps, en Flandre, la police verbalise les citoyens qui arrosent leur jardin ou remplissent leur piscine.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP : Les vaccins en question

Les vaccins en question – avec une préface d’Alexandra Henrion-Caude

Le livre de la biologiste américaine Pamela ACKER “Les vaccins en question”, ouvrage préfacé dans sa version française par la généticienne Alexandra HENRION-CAUDE, ancienne directrice de l’INSERM et spécialiste de l’ARNm, avec une postface du Docteur Roullet bien connu de nombreux poitevins .

Ce livre a le grand mérite d’aborder la biologie et la technique vaccinale mais avec l’éclairage de la morale, et la mise en perspective des conséquences secondaires réelles mais bien souvent ignorées. Les intérêts et les manipulations des grands groupes pharmaceutiques ne sont pas oubliés !

17 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :