On compte aux Pays-Bas deux abbayes trappistes (c’est-à-dire cistercienne de la stricte observance) d’hommes, et en plus, qui brassent leur propre bière : Zundert, et… Koningshoeven ! Fondée en 1881 par des français à l’origine, la communauté a aujourd’hui conservé tout son dynamisme : fabrication de bière mais aussi de chocolat et de fromage ! Attachez vos ceintures pour un voyage entre prière et travail dans ce pays du Nord avec Divine Box !

La fameuse abbaye Notre-Dame de Koningshoeven, située dans le sud des Pays-Bas, près de la frontière Belge – © AIT

La fuite de trappistes français aux Pays-Bas

Tout commence à la fin du XIXe siècle, en 1881 pour être précis, lorsque des moines français (de l’abbaye du Mont des Cats) viennent trouver refuge aux Pays-Bas… En France, cette période est marquée par de fortes instabilités pour les communautés religieuses. Ces quelques moines trappistes, comme beaucoup d’autres, préfèrent s’exiler dans des pays avoisinants, plutôt que de subir les nouvelles lois menaçant le monde ecclésiastique. Snif, snif… Mais ce n’est pas pour chômer que ces moines trappistes immigrent, ça c’est sûr ! Dès qu’ils trouvèrent La Bergerie, ensemble d’exploitations agricoles, emplacement actuel de l’abbaye, ils se mettent au boulot !

Ni une ni deux, ils commencent les travaux en construisant ce qui est pour eux le plus important : l’église, évidemment ! Viennent ensuite les travaux des champs. Très vite, ils se rendent compte que le travail de la terre ne suffit pas à subvenir aux besoins de la communauté. C’est alors qu’ils ont la (très) bonne idée de construire une brasserie : et hop, c’est parti, dès 1884 l’aventure brassicole débute !

 

La brasserie fonctionne comme sur des roulettes !

Très vite les moines ont remédié à leur souci financier car leur brasserie fait des étincelles et devient même l’activité principale de l’abbaye ! Les vocations affluent en masse et c’est une période de vraie prospérité que connaît la communauté. Pour avoir un ordre d’idée, l’abbaye accueille 160 moines durant l’entre-deux-guerres. De nouveaux bâtiments sont bien entendus construits pour permettre de loger tout ce monde. Et ce succès leur permet d’ailleurs d’aller essaimer à travers le monde, comme en Indonésie et au Kenya !

Moine de l’abbaye de Koningshoeven devant un impressionnant panel de bières trappistes ©AIT

 

Puis une période actuelle plus calme…

Après la Seconde Guerre mondiale, dans les années 1960, la communauté est quelque peu bouleversée par les changements sociétaux. Cette époque est en effet marquée par une baisse des vocations, et de la rigueur monastique. Commence alors une longue période non de déclin triste, mais de “calme” par rapport aux années précédentes !

Heureusement, aujourd’hui, la vie monastique de l’abbaye de Koningshoeven a repris du poil de la bête ! Une vingtaine de moines venus de sept pays différents continuent à faire vivre la communauté, avec notamment son artisanat monastique, basé sur la bière, le fromage et le chocolat !

Les petits trésors de Koningshoeven

 

En bon trappistes qu’ils sont, les moines de Koningshoeven suivent la règle de saint Benoît, “ora et labora”, prière et travail. Sept offices quotidiens ponctuent leur journée et entrent ces temps de prière, les moines travaillent :

  • aux champs (dont la superficie est passée de 33 à 160 hectares depuis 1881 !)
  • à la chocolaterie
  • à la fromagerie (dont leur spécialité : le fromage à la bière)
  • à la boulangerie (avec notamment du pain à la “drèche”, les céréales séchées issues de la brasserie)
  • et à la brasserie bien sûr !

S’ajoute à leur travaux une autre dimension écologique : les moines compte bien assurer la protection de notre chère Terre ! Pour cette raison, ils utilisent un système de récupération des eaux, des ingrédients naturels et même des panneaux solaires pour alimenter la brasserie. De nombreux petits efforts qui font la différence à la fin !

Une rangée de beaux fromages, spécialité fabriquée par les frères de Koningshoeven © ​​Divine Box

 

Les bières trappistes de Koningshoeven

Depuis 1884 donc, les moines de Koningshoeven brassent de la bière. Même si les premières recettes ne sont plus brassées aujourd’hui, on garde encore de belles traces de leur savoir faire :

  • Création en 1928 de la Trappe Blond, encore d’actualité aujourd’hui !
  • Création en 1991 de la Trappe Quadrupel (la première bière “Quadruple” au monde !),
  • Création en 2010 de la Trappe Puur, la seule bière trappiste bio

… sans compter les nombreux prix reçus à des concours. Leur secret ? Sans doute leur origine monastique ! Car bien sûr, le label “Authentic Trappist Product” figure sur chacune de leurs bières. Cela signifie trois choses :

  • leur production est réalisée au sein de l’abbaye
  • … par les moines ou sous leur supervision
  • … et les bénéfices font vivre la communauté et des œuvres caritatives

L’abbaye de Koningshoeven produit une collection de bières appelées “La Trappe”. © Abbaye Koningshoeven

Découvrir les bières de Koningshoeven

 

Pour découvrir les produits de l’abbaye de Koningshoeven, vous pouvez vous rendre directement à l’abbaye au détour d’un petit voyage : Abbaye Notre-Dame de Koningshoeven, Eindhovenseweg 3, 5056 RP Berkel-Enschot. N’hésitez pas, car des dégustations sont offertes sur place ! Et sinon, cliquez ici pour acheter en ligne les bières trappistes de l’abbaye de Koningshoeven

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :