Nous avons reçu le communiqué suivant de Terre et Famille :

L’église d’Anzy-le-Duc « Notre-Dame-de-l’Assomption » a été édifiée au début du XIIe siècle.

Elle est l’une des plus belles églises romanes du Brionnais ( Bourgogne du sud) par la qualité de son décor sculpté et par ses proportions harmonieuses. Son clocher octogonal visible de loin répond aux nombreux autres clochers romans des alentours.

Le vendredi 6 novembre 2015 s’est tenue une réunion publique pour annoncer le remplacement des vitraux de l’église. Le contenu de ce projet en route depuis trois ans ne fut révélé à la municipalité que très récemment… Un mécène souhaitant rester anonyme se propose d’investir dans la restauration de l’église. Pour la commune cette proposition peut paraître providentielle. Elle suggère donc la restauration des enduits et des fresques endommagés qui est nécessaire. Le mécène refuse et impose le remplacement de tous les vitraux sans exception y compris ceux du chœur restaurés dix ans plus tôt grâce à l’argent public.

Depuis le seuil de l’église, le regard du visiteur se porte naturellement vers ce chœur illuminé à travers trois magnifiques vitraux. Celui du centre représente la sainte Croix, premier patronyme de l’église. Mais le mécène s’obstine et impose également Gérard Fromanger « artiste contemporain » déjà bien connu par son exposition dans le cloître des capucins de Landerneau désormais transformé en centre d’art contemporain … Bien que les maquettes proposées ne soient pas au goût de tous, une partie de l’assistance se laisse séduire par l’aspect financier, la gratuité des travaux et la renommée de Monsieur Fromanger.

Pourquoi le mécène tient-il tant à imposer à la hâte des travaux qui ne correspondent pas aux besoins émis par la municipalité ? Ne nous y trompons pas, ce projet n’est pas au service de l’église, c’est l’église qui sert les intérêt du projet.

La Croix du chœur devrait finir dans une caisse ou au mieux dans la crypte… A Anzy le Duc l’art financier fait la guerre au sacré. Nous sommes en présence d’une coalition visant à détruire notre enracinement à travers notre patrimoine et notre Foi. Pouvons- nous laisser la croix de Notre Seigneur cachée dans les catacombes alors qu’elle doit être dressée sur le monde ?

Elisabeth de Malleray et Stéphanie Bignon

Terre et Famille, novembre 2015

vicaire général d’Autun, Père André Guimet : vicaire-general@adautun.fr
curé de Marcigny : Père Simon-Pierre Ludinard : spl91019@gmail.com  ; cure marcigny : 03.85.25.03.27

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :