Selon des révélations de Politico, Henrik Hololei, directeur général du département Mobilité et Transports de la Commission européenne, s’est rendu à plusieurs reprises au Qatar aux frais de cet Etat ou d’organismes qui lui sont liés.

Il s’y est rendu neuf fois entre 2015 et 2021, voyageant gratuitement en classe affaires avec Qatar Airways. Or, six de ces voyages aux frais du Qatar se déroulaient au moment où les institutions européennes et le Qatar négociaient un accord global sur les services de transports aériens fort intéressant pour Qatar Airways signé en octobre 2021.

La règle en vigueur jusqu’ici veut que si un tiers finance le voyage d’un fonctionnaire de l’exécutif européen, on s’assure préalablement de l’absence de conflits d’intérêts et que le voyage soit déclaré.

Mais Emily O’Reilly, médiatrice européenne, a fait remarquer que l’analyse du risque de conflit d’intérêts dans le chef du directeur général du département Mobilité et Transports de la Commission européenne avait été effectuée par… lui-même car tout directeur général de la Commission européenne juge des conflits d’intérêts pour les fonctionnaires de son département, y compris pour lui-même. Les directeurs généraux de la Commission européenne sont donc tous juges et parties.

Rappelons que l’accord final signé en octobre 2021 accorde aux compagnies aériennes basées au Qatar, y compris Qatar Airways, des droits d’atterrissage sur la plupart des destinations de l’UE, donnant au transporteur un accès lucratif à un marché de 450 millions de consommateurs. En retour, EU Airlines a reçu des droits réciproques sur un marché de moins de 3 millions de personnes, mais via un hub aéroportuaire de Doha stratégiquement situé entre les principales destinations européennes et l’Asie.

L’enquête de Politico intervient après des révélations selon lesquelles le Qatar et le Maroc auraient versé des sommes importantes pour soudoyer des législateurs européens afin de servir leurs intérêts au Parlement européen. Une enquête est toujours en cours à ce sujet.

La médiatrice européenne note encore que le même Henrik Hololei n’a pas déclaré “un certain nombre de conférences pour lesquelles les frais de déplacement ont été payés par des tiers”.

Israël, destination favorite des eurodéputés

Par ailleurs, le journal belge Le Soir s’est intéressé aux voyages des eurodéputés et à vérifier s’ils déclarent bien ces voyages sur le site du Parlement européen, comme ils sont tenus de le faire. Suite aux remous du Qatargate, les déclarations rétroactives des voyages des eurodéputés affluent afin de tenter de se mettre en ordre. Il apparaît ainsi qu’Israël est une destination favorite des eurodéputés.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 90 000 € pour 2024

MPI fête ses 10 ans ! Continuez de nous aider !

MPI continue de subir les attaques du système, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup