Mardi, trois militantes du mouvement extrémiste antichrétien Femen ont perturbé une séance plénière du parlement espagnol. Comme à leur habitude, elles ont hurlé des slogans après avoir ôté leurs vêtements. « L’avortement est sacré ! » braillaient les trois furies durant une intervention du ministre de la Justice Alberto Ruiz Gallardon, auteur d’un projet de réforme restreignant le champs d’application de la loi sur l’avortement.

Parmi les trois militantes Femen, une seule était espagnole. Les deux autres étaient Inna Schevchenko, l’Ukrainienne qui dirige officiellement l’organisation et qui a statut de « réfugiée » en France, ainsi qu’une Française.

 Les trois militantes ont été rapidement maîtrisées et emmenées par la police mais tout aussi rapidement libérées sans la moindre poursuite à la clé alors que le trouble de la séance plénière parlementaire constituait une infraction au Code pénal.

Est-ce que cela signifie que n’importe quel groupe de pression pourra désormais librement chahuter le travail parlementaire du haut du balcon qui surplombe les fauteuils des élus ?

Ou cette impunité est-elle un privilège accordé à ce mouvement Femen ? Jusqu’à présent, partout dans l’UE, les autorités ont toujours toléré les divers délits commis par ces extrémistes aux seins nus.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :