Une étude publiée dans le British Medical Journal montre que la « douce mort », euphémisme utilisé pour parler de l’euthanasie, concernant les enfants est en nette augmentation en Belgique : 10 % des enfants décédés en Belgique entre 2016 et 2017 ont reçu des médicaments avec « une intention explicite d’écourter leur vie ».

L’étude intitulée End of Life Decisions in Newborns and Infants: A Follow-Back Study of Population-Wide Mortality concerne l’euthanasie des enfants en Belgique, pays dans lequel il est légal de tuer un enfant à partir de zéro ans.

Les savants prétendent que 10% des enfants décédés de 2016 à 2017 en Belgique, jusqu’à l’âge d’un an, ont reçu des médicaments de leurs médecins avec « une intention explicite d’écourter leur vie ». L’étude commente que « bien que les décisions d’interrompre les traitements pour prolonger la vie soient courantes, le pourcentage d’enfants qui meurent après qu’on leur a administré des médicaments avec l’intention explicite de raccourcir la vie est surprenante ». Plus précisément, les chercheurs rapportent que « la suspension du traitement [par ex. réanimation] est plus fréquente chez les nourrissons qui décèdent au cours de la première semaine de vie (18 %) et chez les nourrissons qui décèdent de complications de la grossesse ayant des répercussions sur la santé du fœtus (23 %) ».

Face à ces données, les chercheurs, au lieu de demander l’arrêt de l’euthanasie infantile, demandent une plus grande attention dans les protocoles d’euthanasie. Cependant, ajoutent-ils, cela ne devrait pas conduire à lier les mains des médecins qui veulent pratiquer l’euthanasie infantile. Les auteurs de l’étude s’expriment ainsi : « Le taux d’incidence [de l’euthanasie infantile] pose un problème à double sens : une évaluation et un suivi plus poussés de la pratique peuvent réguler et orienter une pratique éthiquement significative, mais, aussi, ils pourraient limiter les néonatologistes dans la prise de décisions qu’ils jugent justifiées et dans l’intérêt supérieur de l’enfant ». La novlangue est d’usage : l‘intérêt supérieur de l’enfant consiste, en réalité, à le tuer…

Les craintes des opposants à l’euthanasie se confirment : autoriser l’euthanasie pour une toute petite minorité de grands prématurés ouvre la voie à l’euthanasie d’un bien plus grand nombre d’enfants.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

32 % 27 445 € manquants

12555 € récoltés / 40 000 € nécessaires – depuis le 15/10/2021
Compteur mis à jour le 03/12/2021

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Derrière ces fermetures arbitraires, il y a l’influence d’une commission gouvernementale dont nous parlerons plus tard.

Mais rien ne nous fera taire. Seulement, pour aller toucher nos compatriotes et faire connaitre MPI, il nous faut des moyens supplémentaires.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Les plus de 1200 vidéos seront bientôt disponibles sous peu sur une autre plateforme.

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :