L’abbaye Notre-Dame de Miséricorde de Rosans, située dans les sommets des Hautes-Alpes, regroupe aujourd’hui 28 bénédictines, qui vivent encore selon la règle de saint Benoît. Dans ce cadre magnifique, la communauté bouillonne d’idées et malgré sa courte histoire, elle est une communauté pleine de vie ! Et hop, c’est parti : Divine Box vous raconte son histoire en trois minutes !

L’abbaye Notre-Dame de Miséricorde de Rosans sous le soleil de Provence – © Divine Box

Les origines
Allez, on remonte le temps… Bienvenue en 1967 ! Un groupe de bénédictines de l’abbaye de Saint-Louis du Temps à Limon est envoyé à Jouques, petit village typique de Provence. Les sœurs fondent alors une communauté à partir d’une vieille ferme entourée de vignes et d’oliviers. A peine arrivées, les bénédictines lancent des travaux pour rendre cette ferme plus appropriée à la vie monastique qu’elle ont à cœur de mener. Le monastère se fait alors connaître, et les vocations deviennent nombreuses ! Dès 1980, la vieille ferme de Jouques devient une abbaye. Félicitations ! Mais voilà, les sœurs sont désormais une cinquantaine, et il est temps de réfléchir à la suite : une seule solution… La fondation !

C’est l’abbaye de Jouques (sur la photo) qui a fondé l’abbaye de Rosans ©Abbaye de rosans

L’arrivée à Rosans
Ainsi, la communauté de l’abbaye de Jouques se détache d’un petit groupe, qui s’installe dans les Hautes-Alpes, à Rosans, en 1992. Classique, les sœurs trouvent encore une vieille ferme, dont le nom est un petit clin d’oeil de leur fondateur : “Baudon”, qui signifie Benoît…
Les sœurs remontent alors leurs manches, et c’est parti pour rénover le lieu ! Grâce à leur détermination surtout, mais aussi à deux nombreux donateurs, la vie monastique peut commencer dès 1999.
Très vite, Rosans rayonne, et la communauté s’agrandit de plus en plus : d’une part les sœurs de Jouques viennent y vivre, et d’autre part le nombre de vocations extérieures croît considérablement ! Pour former les sœurs, les bénédictines ouvrent ainsi un noviciat en 1998, même si elles n’ont pas encore tout à fait fini les travaux…

L’abbaye de Rosans vue de la cour intérieure ©Abbaye de Rosans

Pas de répit
En 2002 le monastère devient officiellement une abbaye : une abbesse est élue, et la communauté devient indépendante par rapport à l’abbaye de Jouques. Même si les liens d’amitié et de proximité restent naturellement très forts. C’est donc la naissance de l’abbaye devient l’abbaye Notre-Dame de Miséricorde de Rosans dont le nom rappelle la dévotion d’une des premières sœurs à la miséricorde divine. Pour perpétuer cette dévotion, elles font brûler un cierge en permanence dans la chapelle, devant la statue Notre-Dame de la Miséricorde !
Mais pour les sœurs de Rosans, ce n’est donc que le début ! Elles repartent ainsi pour de grands chantiers, pour agrandir et mettre aux normes leurs ateliers de production monastique ! C’est important pour qu’elles puissent assurer à long terme leur subsistance, comme le demande la règle de saint Benoît. 9 mois plus tard, les sœurs sont opérationnelles : hosties, reliure, enluminure etc… il y en a déjà, du boulot !

Une soeur de l’abbaye de Rosans en train de décorer un cierge – © Abbaye de Rosans

Et aujourd’hui ?
Aujourd’hui, la communauté de l’abbaye de Rosans compte 28 moniales. Leur quotidien est rythmé par la règle de saint Benoît : prière et travail. Et oui, malgré toutes leurs activités, les sœurs ont encore (heureusement !) du temps pour Dieu ! Elles se rassemblent ainsi 7 fois par jour pour prier les différents offices, notamment avec de beaux chants en grégorien.

Les soeurs de l’abbaye de Rosans ont 7 offices par jour en communauté – © Abbaye de Rosans

Côté travail manuel et artisanat monastique, les sœurs de Rosans sont nouvelles, mais bien dynamiques, et ont choisi une grande place pour le travail agricole, au contact de la nature, création de Dieu ! Les voilà tantôt :
– à la cueillette de fruits pour en faire des compotes ou des bocaux
– auprès des ruches pour en extraire un bon miel
– aux champs pour la moisson de l’épeautre, etc…
Bref, des journées bien remplies ! Pour goûter tous leurs bons produits, deux possibilités :
– Aller sur place bien sûr ! Abbaye Notre-Dame de Miséricorde, Baudon, 05150 Rosans
– Cliquer ici pour commander les produits de l’abbaye de Rosans (vous serez redirigés vers la boutique monastique en ligne de Divine Box)

Une soeur de l’abbaye de Rosans en train de ramasser les groseilles – © Abbaye de Rosans

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires