Inde – Avec 245 voix pour et 11 voix contre, hier, la Lok Sabha (Chambre basse) du Parlement indien a approuvé la loi qui criminalise et punit la pratique du divorce « express » islamique connu sous le nom de « triple talaq », qui permettait jusqu’ici à un musulman de répudier son épouse par le simple fait de lui dire trois fois le mot « Talaq » (répudiation) ou, plus expéditif encore, de lui signaler sa répudiation par l’envoi d’un simple texto répétant trois fois « Talaq ». La loi doit encore être approuvée à la Rajya Sabha (chambre haute).

La loi s’intitule « Loi sur les femmes musulmanes (protection des droits en matière de mariage) 2018 » et prévoit une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à trois ans pour les transgresseurs, c’est-à-dire les maris de confession musulmane qui répudieraient leur femme par le seul envoi d’un triple message, via leur téléphone mobile (cellulaire).

En présentant la loi aux membres du parlement, le ministre de la Justice, Ravi Shankar Prasad, a souligné que la règle n’était opposée à aucune communauté religieuse. « La loi n’est pas de la politique », a-t-il déclaré. « Ce n’est qu’une question d’humanité et de justice ».

L’Inde est l’un des rares pays au monde où la loi islamique existe toujours en ce qui concerne le mariage et la répudiation. Les femmes se plaignent depuis longtemps que la pratique du divorce verbal entraîne une grave discrimination, les laissant ainsi à la merci des caprices des maris. Il est fréquent en Inde que des maris musulmans décident de divorcer de leur femme en prononçant le mot « Talaq » à trois reprises, ce qui leur permet de se libérer de tout lien matrimonial.

La bataille contre le divorce verbal islamique est une initiative de femmes musulmanes réunies au sein de l’association Bharatiya Muslim Mahila Andolan (BMMA). En 2016, la BMMA a décidé de contester cette pratique musulmane et a déposé une requête auprès de la Cour suprême de l’Inde. En août 2017, les juges ont défini la pratique comme « inconstitutionnelle », laissant la définition de l’affaire entre les mains du Parlement.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :