C’est le retour de Braveheart : l’Écosse essaye à nouveau de se libérer du Royaume-Uni !

Alors que la mise en place du Brexit est éminente, le première ministre d’Ecosse, Nicola Sturgeon, demande plus d’autonomie par rapport à Londres après la sortie de l’UE et réclame l’autorisation d’organiser un nouveau référendum pour l’indépendance de l’Écosse pour la fin de 2018 ou début 2019. Afin de rester au sein de l’union Européenne.

Ce sont les incohérences des indépendantistes qui préfèrent la bureaucratie bruxelloise, ses subventions et ses immigrés extra-européens au gouvernement britannique de Sa Majesté Élisabeth II et à ses rosbifs.

Downing Street a réagi à cette annonce de Sturgeon. Son porte-parole a affirmé qu’une nouvelle consultation « créerait des divisions et provoquerait une incertitude économique énorme au pire moment possible. »

Bruxelles entre-temps, par l’intermédiaire du porte-parole de la Commission européenne Margaritis Schinas, a fait savoir à l’Écosse qu’en cas d’indépendance elle ne resterait pas forcément membre de l’UE mais qu’elle devrait en faire la demande. De quoi refroidir ses velléités de sortie du Royaume-Uni.

Teresa May, la première ministre britannique, ayant communiqué vouloir appliquer une ligne dure envers le pays de Braveheart en refusant la concession de nouveaux pouvoirs à Édimbourg qui selon elle affaiblirait le Royaume-Uni, l’Écosse se retrouve prise entre l’enclume et le marteau. Et Nicola Sturgeon en difficultés. En effet seulement 35 % des Écossais souhaitent un référendum avant le Brexit et les favorables à l’indépendance ne dépassent pas les 45 %, chiffre bien en-dessous de la majorité nécessaire à Sturgeon pour permettre une nouvelle consultation sur un divorce d’avec Londres.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

10 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :