Anthony Kennedy, l’un des 9 juges de la Cour suprême des Etats-Unis, favorable à l’avortement, a démissionné le 28 juin 2018. Il a indiqué que désormais, il voulait passer plus de temps avec sa famille (il a 81 ans).
La nomination de son successeur par D. Trump pourrait rendre les pro-vie majoritaires à la Cour suprême, à condition bien sûr que comme promis par D. Trump durant sa campagne électorale, il nomme un pro-vie à sa place.
Après sa nomination par Trump, ce candidat devra obtenir l’accord du Sénat américain pour pouvoir siéger effectivement à la Cour suprême des Etats-Unis. Le vote du sénat devrait avoir lieu à l’automne.
Avant la démission de Kennedy, il y avait 4 juges pro-vie à la Cour suprême: le catholique John G. Roberts, le catholique Clarence Thomas (seul juge noir de la Cour suprême), le catholique d’origine hispanique Samuel A. Alito et le protestant Neil M. Gorsuch. Celui-ci est né catholique mais va actuellement aux offices des protestants épiscopaux.
Il y avait 5 pro-mort (pro-avortement): Ruth Ginsburg, Stephen Breyer et Elena Kagan (tous les trois juifs), Sonia Sotomayor (elle-aussi d’origine hispanique, catholique et donc infidèle à l’enseignement de Notre Seigneur Jésus-Christ) et Anthony Kennedy (catholique, même remarque que pour Sotomayor). Kennedy, bien que nommé à la Cour suprême par Reagan, avait voté en faveur de l’avortement en 1992. Mais il avait quand même voté en faveur du droit de manifester contre l’avortement puisque même ce droit avait été contesté devant la Cour suprême dans les années 2010.
Le 1er juge nommé par Trump dès son arrivée au pouvoir était effectivement pro-vie (il s’agissait de Gorsuch). Il s’agissait à l’époque de remplacer un juge pro-vie (le catholique Antonin Scalia) qui venait de mourir un peu moins d’un an avant (le 13 février 2016). Le sénat américain avait refusé le candidat d’Obama jusqu’au début officiel de la présidence de Trump (20 janvier 2017).
Si Trump nomme à nouveau un pro-vie et qu’il est validé par le Sénat, dès qu’une affaire concernant l’avortement arrivera à la Cour suprême, celle-ci pourrait restreindre ou même totalement interdire l’avortement. Les spécialistes estiment qu’une interdiction totale est peu probable mais que de sérieuses restrictions pourraient être apportées et notamment permettre aux Etats qui le souhaitent (il y en a actuellement quelques-uns, comme le Dakota du sud, le Dakota du Nord et l’Oklahoma) de l’interdire totalement.
Sa validation par le Sénat va être toutefois très compliquée car les républicains n’y ont que 51 sénateurs sur 100 et, en ce qui concerne l’avortement ou d’autres sujets en rapport avec la morale comme le mariage traditionnel, 3 sénateurs républicains pourraient voter avec les libéraux et empêcher la nomination du candidat de Trump. Parmi ces sénateurs douteux, il y a notamment John Mac Cain, l’ancien candidat républicain à la présidence des Etats-Unis.
En attendant ces longs mois de combat à venir,
God bless America.
Gontran Paume

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

54 % 18 490 € manquants

Il nous manque 18 490 € pour boucler 2022 !

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :