Nouveau rebondissement dans le LancetGate. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a annoncé mercredi la reprise des essais cliniques sur l’hydroxychloroquine, après les avoir suspendus il y a quelques jours suite à la publication d’une étude bidon dans la revue médicale “The Lancet”. Nous avions signalé hier que cette même revue a été contrainte de désavouer cette étude publiée dans ses colonnes fin mai sur base de données fournies par Surgisphere, société fantôme dont la directrice des ventes n’est autre qu’une actrice porno.
L’OMS a donc avalé de travers son Lancet et fait profil bas en signalant la reprise des essais cliniques sur l’hydroxychloroquine dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus.

“Le Groupe exécutif communiquera avec les principaux chercheurs en charge de l’essai au sujet de la reprise de dimension hydroxychloroquine de l’essai”, a-t-il été dit au cours d’une conférence de presse virtuelle de l’OMS… qui a tout de même oublié de présenter ses excuses publiques, ce qui eut été la moindre des choses.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. Jean luc sallard says:

    Supercherie …ignominie…..fermez moi toutes ces officines corrompues…..organisatrices de crimes contre l’humanité….