Connaissez-vous les Annonciades, cet ordre monastique féminin dédié à l’imitation des dix vertus de la Vierge ? Au fil de son histoire, il a souffert de nombreuses guerres, mais aujourd’hui, il rayonne grâce aux sœurs qui le peuplent et grâce aux produits qu’elles fabriquent, notamment au monastère de Thiais en région parisienne. Attachez vos ceintures, Divine Box vous fait découvrir ce monastère en trois minutes, top chrono !

 

L’église du monastère de Thiais, aujourd’hui – Divine Box

 

Des origines royales !

Mesdames et messieurs, c’est une princesse qui est à l’origine de cet ordre ! En effet, sainte Jeanne de France (dont c’était la fête le 4 février dernier), fille de Louis XI, et née en 1464, reçoit une vision de la Vierge à ses cinq ans ! Dans cette vision, la Vierge lui demande de fonder un ordre en son honneur. Cependant, qui dit époque médiévale dit mariage jeune, et sainte Jeanne de France doit également passer par là. À ses douze ans, elle est déjà mariée, et elle devra donc attendre la répudiation de son mariage pour fonder un ordre en l’honneur de la Vierge en 1502, à Bourges. L’ordre est nommé “Ordre de la Vierge Marie” mais sera plus connu sous le nom d’ “Annonciade”.

Mais fonder un ordre n’est pas une tâche facile ! Entre les orientations spirituelles, le rythme de vie, l’organisation matérielle etc… il en faut du temps et de l’inspiration ! Alors, sainte Jeanne de France s’aide de son confesseur, le franciscain Gabriel-Maria pour rédiger la règle de l’Annonciade. L’objectif est clair : chercher Dieu en imitant la Vierge et ses dix vertus évoquées dans la Bible. En 1517, la règle est approuvée officiellement par le pape, et hop, l’aventure commence !

 

Sainte Jeanne de France, fondatrice de l’ordre des Annonciades – © Wikipédia

 

Les guerres, encore et toujours

Au cours de son histoire, l’ordre des Annonciades a connu une forte croissance, mais c’est sans compter toutes les guerres dont il a été victime. Dans les plus désastreuses pour les sœurs, on peut retenir notamment les guerres de Religion au XVIe siècle, la guerre de Trente Ans au XVIIe siècle mais évidemment la Révolution ! D’ailleurs, cette dernière période a été plus que dévastatrice, car durant la période révolutionnaire, plus de mille annonciades sont victimes de déplacements forcés. Certaines subissent un simple exil, d’autres sont carrément emprisonnées ou décapitées…

 

Après la pluie, le beau temps !

Mais après la triste période de la Révolution, deux anciennes sœurs font revenir l’ordre des Annonciades en France. Dans le même temps, elles fondent une communauté et ouvrent un pensionnat. Mais un siècle plus tard, en 1904, les lois anticléricales poussent les sœurs à l’exil. Ce ne sont pas les seules car beaucoup de monastères sont concernés, mais c’est un nouveau coup dur pour les Annonciades.
Mais les belles histoires finissent toujours bien, alors gardons le sourire ! Les sœurs rentrent finalement en France en 1922 et s’installent non loin de Paris, à Thiais, en 1926. Enfin ! Le monastère s’étend ensuite de plus en plus, sur le plan spirituel et humain. A tel point qu’à partir des années 1970, les annonciades de Thiais envoient plusieurs groupes de soeurs pour créer des fondations partout en France : de la Normandie à Bourges en passant par les Alpes-de-Haute-Provence, mais aussi en Pologne en 2009. To wspaniale ! (ça veut dire c’est super en polonais).

 

La communauté du monastère de Thiais au réfectoire – © Monastère de Thiais

À Thiais, aujourd’hui…

Aujourd’hui, on compte trente-deux annonciades à Thiais. Leur quotidien oscille entre travail manuel et offices en communauté (cinq offices de 7h à 21h). Et oui, si vous ne le saviez pas encore, elles font de vraies merveilles en terme d’artisanat monastique : cela va de leur biscuiterie à leur confiturerie en passant par leur carterie. Chouette programme ! Alors, dès la crise du covid terminée, peut-être irez-vous leur faire un petit coucou sur place ?

 

Une soeur annonciade qui pèse des biscuits dans leur biscuiterie à Thiais – © Monastère de Thiais

 

Le petit détail qui fait la différence !

Les Annonciades ont également une particularité : leur habit reconnaissable entre mille ! Chaque élément a une signification précise :
– le scapulaire rouge évoque la passion du Christ
– le gris rappelle la pauvreté et la pénitence
– le manteau blanc est signe de pureté
– la médaille représente la Vierge à l’enfant
– la corde à dix nœuds rappelle les dix vertus de la Vierge.
Bref, tout un programme ! Mais le mieux est encore de voir ce magnifique habit en vrai au monastère de Thiais ou ailleurs…

 

Habit d’une annonciade du Monastère de Thiais – Divine Box

 

Et pour découvrir leurs produits ?

Vous pouvez vous rendre sur place à la boutique près du monastère bien sûr, quand la crise du covid sera terminée : Monastère de Thiais, 91 Rue du Pavé de Grignon, 94320 Thiais.
Mais si c’est trop compliqué pour vous de vous rendre à Thiais, vous pouvez également cliquer ici pour acheter en ligne les biscuits et crackers du monastère de Thiais. Sinon, si vous avez encore soif d’informations, vous pouvez aussi cliquer ici pour en savoir plus sur le monastère de Thiais et notamment les constructions/chantiers en cours (car il y en a beaucoup…!)

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :