Photo ci-dessus : Louis Aliot en Israël, kippa sur la tête.

Enième démonstration qu’aucun gage donné par le Rassemblement National ne suffira pour être admis au club : l’Union des Etudiants Juifs de France annonce son intention de surveiller de près la politique de Louis Aliot à la mairie de Perpignan.

On ne compte pourtant plus les signes d’allégeance offerts par Louis Aliot pour être classé “fréquentable”. A peine élu maire de Perpignan, Louis Aliot n’est-il pas allé chercher son directeur de cabinet au… parti socialiste ? Stéphane Babey, nouveau directeur de cabinet de Louis Aliot à la Mairie de Perpignan, était jusqu’alors directeur de cabinet adjoint de la présidente socialiste du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales.

Pourtant, l’Union des Etudiants juifs de France souhaite la création d’une association de vigilance destinée à mettre sous surveillance le maire de Perpignan et son équipe. C’est ce qu’a annoncé le jeudi 6 août en conférence de presse Noémie Madar, la présidente de l’association communautariste juive.

Il est pourtant difficile de suspecter Louis Aliot de la moindre sympathie à l’égard de l’antisémitisme. L’ancien “compagnon” de Marine Le Pen a suffisamment répété être juif et porter autour du cou l’étoile de David de son grand-père rabbin.

Louis Aliot se rend régulièrement en Israël pour y rechercher des soutiens.

C’est aussi Louis Aliot qui accompagnait Marine Le Pen lorsque celle-ci avait participé à une réunion avec la délégation du Parlement Juif Européen.

C’est encore Louis Aliot qui accompagnait Gilbert Collard pour une réunion avec la Confédération des Juifs de France et amis d’Israël en vue de les convaincre de soutenir Marine Le Pen à l’élection présidentielle.

C’est toujours le même Louis Aliot qui retweetait un message de la télévision israélienne i24News affirmant que la France est le pays qui compte le plus de tweets antisémites, d’après un recensement effectué par l’Ambassade d’Israël en France.

Et Louis Aliot poursuit dans cette voie maintenant qu’il est maire de Perpignan.

Louis Aliot a en effet validé l’élection de Maurice Halimi au statut de président du conseil d’administration du Théâtre de l’Archipel, le 30 juillet. Un geste stratégique envers la communauté israélite de la capitale du Roussillon, puisque Maurice Halimi est le frère de Daniel Halimi, président de la communauté juive de Perpignan.

Et pour encore accentuer les bonnes relations, la rumeur prétend que Louis Aliot fera tout pour que Maurice Halimi obtienne également la présidence du festival du photojournalisme Visa pour l’Image.

Cela ne devrait pourtant pas encore suffire pour obtenir son carton pour le dîner du CRIF…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires