L’Union Européenne subventionne à hauteur de 10 millions d’Euros une recherche universitaire sur « le Coran européen ».

L’étude multidisciplinaire financée par le Conseil Européen de la Recherche a un but, qu’une simple hypothèse bien conforme à l’air du temps islamiquement correct même si historiquement incorrecte devienne une réalité  :

« Notre hypothèse de travail est que le Coran a eu un rôle essentiel dans le développement intellectuel et religieux européen. C’est pourquoi nous voulons étudier l’usage culturel et religieux que l’on a fait du Coran, traduit, édité, imprimé et mis en circulation en Europe du Moyen-Age jusqu’aux Lumières. »

Les chercheurs qui partent d’un a-priori politiquement correct, l’influence de l’Islam sur la civilisation européenne, veulent « déterminer jusqu’à quel point le texte sacré d’Allah est incorporé dans la pensée des chrétiens, du moyen-âge et de l’époque moderne, des juifs, des libres penseurs, des athées et des musulmans européens ».

L’objectif de ces recherches, qui se prétendent scientifiques alors que la conclusion est déjà planifiée, semble être celui d’étudier quelle influence a eu la pensée de Mahomet et de ses héritiers sur la culture occidentale : l’Union européenne qui a nié les racines chrétiennes de l’Europe regarde donc vers l’islam et vers Allah pour trouver ses racines !

Depuis longtemps maintenant le monde de la pensée unique essaye d’imposer une nouvelle vision de l’histoire qui fait la part belle au Coran et à l’Islam dans la transmission des savoirs en Europe. Jacques Chirac, président de la République en 2003, n’avait-il pas affirmé devant Philippe de Villiers que « les racines de l’Europe [seraient] autant musulmanes que chrétiennes » ? Thèse à laquelle l’historien médiéviste Sylvain Gouguenheim, a tordu le coup dans son Aristote au mont Saint-Michel : les racines grecques de l’Europe chrétienne, magistral ouvrage si décrié, il fallait si attendre, dans le Landerneau médiatique et universitaire historiquement correct.

Manifestement, l’Union Européenne veut légitimer, encore et toujours, un discours politique pro-islam et pro-immigration, une Europe de la « diversité » multi-culturelle et pluriconfessionnelle, en prétendant démontrer que le Vieux Continent a des racines islamiques. Et que les migrants musulmans sont donc chez eux chez nous !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille cette revue :

%d blogueurs aiment cette page :