Sanctoral 

Saint Laurent, Diacre et Martyr

Laurent, diacre du pape Sixte II, fut mis à mort quatre jours après son évêque, le 10 août 258. Sa déposition sur la via Tiburtina est attestée par le Depositio Martyrum de 354 et son natale annoncé au martyrologe hiéronymien. La fête de saint Laurent appartient depuis les origines au sanctoral romain. Le sacramentaire de Vérone lui consacre 14 formulaires de messe. La popularité du diacre qui, selon sa Passio, fut brûlé vif sur le gril après avoir distribué aux pauvres les biens de l’Église, l’emporta rapidement sur celle du pape Sixte II lui-même. Au IXe siècle, 10 églises portaient son nom à Rome et il en avait 31 au XIIe. Il est le premier saint dont le nom ait été donné à une église intra muros. Mais son culte avait largement dépassé les limites de la Ville. Selon saint Léon le Grand Rome est devenue « aussi célèbre grâce à Laurent, que Jérusalem avait été glorifiée par Étienne ». Augustin se plaint toutefois du petit nombre des fidèles venus pour célébrer sa fête : Beati Laurentii illustre martyrium est, sed Romae, non hic ; tantam enim video vestram paucitatem. Il est vrai qu’il avoue ensuite sa fatigue, tant la chaleur est grande. Dans la procession des martyrs représentée à Saint-Apollinaire-le-Neuf de Ravenne saint Laurent est le seul à être vêtu de pourpre, les autres étant en blanc, ce qui « témoigne de la gloire et de la précellence du martyr romain ». Au rite byzantin on célèbre, le 10 août, Laurent et Xyste en même temps. A Constantinople la synaxe avait lieu « à leur martyrion », c’est-à-dire dans la basilique Saint-Laurent ».

Saint Laurent fut l’un des plus illustres martyrs de l’Église. Ses vertus, son mérite, lui gagnèrent l’affection du Pape Sixte II, qui le choisit comme son premier diacre. L’an 258, le Pape fut arrêté et condamné à mort. Comme on le conduisait au supplice, Laurent, son diacre, le suivait en pleurant: “Où allez-vous, mon père, disait-il, sans votre fils? Où allez-vous, saint Pontife, sans votre diacre? Jamais vous n’offriez le sacrifice sans que je vous servisse à l’autel. En quoi ai-je eu le malheur de vous déplaire?” Le saint Pape, ému, lui dit: “Je ne vous abandonne point, mon fils; une épreuve plus pénible et une victoire plus glorieuse vous sont réservées; vous me suivrez dans trois jours.” Puis il lui ordonna de distribuer aux pauvres tous les trésors de l’Église, pour les soustraire aux persécuteurs: mission que Laurent accomplit avec joie. Le préfet de Rome, à cette nouvelle, fit venir Laurent et lui demanda où étaient tous les trésors dont il avait la garde, car l’empereur en avait besoin pour l’entretien de ses troupes: “J’avoue, lui répondit le diacre, que notre Église est riche et que l’empereur n’a point de trésors aussi précieux qu’elle; je vous en ferai voir une bonne partie, donnez-moi seulement un peu de temps pour tout disposer.” Le préfet accorda trois jours de délai. Pendant ce temps, Laurent parcourut toute la ville pour chercher les pauvres nourris aux dépens de l’Église; le troisième jour, il les réunit et les montra au préfet, en lui disant: “Voilà les trésors que je vous ai promis. J’y ajoute les perles et les pierres précieuses, ces vierges et ces veuves consacrées à Dieu; l’Église n’a point d’autres richesses. – Comment oses-tu me jouer, malheureux? dit le préfet; est-ce ainsi que tu outrages en moi le pouvoir impérial?” Puis il le fit déchirer à coups de fouets. Laurent, après ce supplice, fut conduit en prison, où il guérit un aveugle et convertit l’officier de ses gardes, nommé Hippolyte. Rappelé au tribunal, il fut étendu sur un chevalet et torturé cruellement; c’est alors qu’un soldat de la garde, nommé Romain, vit un Ange essuyer le sang et la sueur du martyr: “Vos tourments, dit Laurent au juge, sont pour moi une source de délices.” Laurent fut ensuite rôti à petit feu sur un gril de fer, et quand il eut un côté tout brûlé: “Je suis assez rôti de ce côté, dit-il au juge en souriant; faites-moi rôtir de l’autre.” Bientôt, les yeux au Ciel, il rendit l’âme.

Martyrologe

A Rome, sur la voie Tiburtine, l’anniversaire du bienheureux Laurent archidiacre. Durant la persécution de Valérien, il endura les tourments de la prison, des fouets, des bastonnades, des pointes de fer, des cordes garnies de plomb, des lames rougies au feu; il fut enfin rôti sur un gril où il accomplit son martyre. Le bienheureux Hippolyte et le prêtre Justin ensevelirent son corps dans le cimetière de Cyriaque, au « Campo Verano ».

En Espagne, l’apparition de la bienheureuse Vierge Marie, dite de la Merci, qui institua elle-même, sous ce vocable, l’Ordre pour le rachat des captifs. La fête se célèbre le 8 des calendes d’octobre (24 septembre).

A Rome, la passion de cent soixante-cinq bienheureux soldats martyrs, sous l’empereur Aurélien.
A Alexandrie, la commémoraison de saints martyrs, qui, durant la persécution de Valérien, sous le préfet Emilien, furent longtemps soumis à divers tourments d’une cruauté inouïe, et obtinrent, par divers genres de mort, la couronne du martyre.

A Bergame, sainte Astérie, vierge et martyre, pendant la persécution des empereurs Dioclétien et Maximien.

A Carthage, les saintes vierges et martyres Bassa, Paule et Agathonique.

A Rome, saint Deusdedit ou Dieudonné, confesseur, qui chaque samedi donnait aux pauvres le salaire qu’il avait gagné durant la semaine, par le travail de ses mains.

L’email a bien été copié

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés