Sanctoral 

La Maternité de la Bienheureuse Vierge Marie

La fête de la Maternité de la Ste Vierge était fêtée en certains lieux le deuxième dimanche d’octobre, une messe pro aliquibus locis se trouvait dans l’appendice du Missel Romain. En 1931, pour célébrer le XVème centenaire du Concile d’Ephèse, qui proclama le dogme de la maternité divine, Pie XI établit la fête pour l’Eglise universelle au 11 octobre.

En 431, un concile général convoqué à Ephèse proclama et définit le dogme de la Maternité divine de la très Sainte Vierge. Jusque-là, il n’avait jamais été contesté qu’il y avait deux natures en Notre-Seigneur : la nature divine et la nature humaine, mais qu’il n’y a qu’une seule personne. Notre-Dame étant la Mère de l’unique personne de Jésus-Christ, a le droit d’être appelée Mère de Dieu, au même titre que nos mères, qui, bien qu’elles n’aient point formé nos âmes, mais seulement nos corps, sont cependant appelées les mères de l’homme tout entier, corps et âme. Car, si l’homme n’est homme qu’en tant que son âme est unie à son corps, Jésus-Christ n’est réellement Jésus-Christ qu’autant que Sa Divinité est unie à Son Humanité. En 1931, à l’occasion du quinzième centenaire du grand concile d’Ephèse, Pie XI institua la fête que nous célébrons aujourd’hui. La Maternité divine de Marie L’élève au-dessus de toutes les créatures. L’Église honore en ce jour cet incomparable privilège accordé à Marie, dogme fondamental de notre sainte religion. Grande est la dignité de la mère! Mais combien plus digne de vénération est celle de la Mère du Fils de Dieu qui a engendré dans le temps Celui qui est engendré du Père de toute éternité !  « Il y a dans cette maternité, dit saint Thomas, une dignité en quelque sorte infinie, puisqu’Elle a pour Fils Celui que les anges adorent comme leur Dieu et leur Seigneur. Cette suréminente dignité est la raison d’être de Son Immaculée Conception, de Son élévation au-dessus des anges, de la toute-puissance de Son crédit auprès de Dieu. » Cette élévation donne à Marie une autorité qui doit inspirer notre confiance envers Celle que l’Église appelle Mère de Dieu, Mère du Christ, Mère de la divine grâce, Mère très pure, Mère très chaste, Mère aimable, Mère admirable, Mère du Créateur, Mère du Sauveur. En nous faisant vénérer ainsi la très Sainte Vierge, l’Église veut susciter en nos âmes un amour filial pour Celle qui est devenue notre propre Mère par la grâce. Marie nous a tous enfantés au pied de la croix. Notre prérogative de frères adoptifs de Jésus-Christ doit éveiller en nos coeurs une confiance illimitée envers Marie qui nous a adoptés sur le Calvaire, lorsqu’avant de mourir, le Sauveur nous a présenté à la Co-rédemptrice, en la personne de saint Jean, comme les enfants qu’Il désirait La voir adopter, disant : « Mère, voilà Votre fils ; fils, voilà votre Mère ! Ces paroles sont comme le legs testamentaire du Christ. « Que peut-on concevoir au-dessus de Marie ? demande saint Ambroise, quelle grandeur surpasse celle qu’a choisie pour Mère Celui qui est la grandeur même ? » « Il a plu à Dieu d’habiter en Vous, ô Marie, Lui dit saint Bernard, lorsque de la substance de Votre chair immaculée, comme du bois incorruptible du Liban, le Verbe S’est édifié une maison par une construction ineffable. C’est en Vous, ô Mère unique et bien-aimée qu’Il S’est reposé et qu’Il a versé sans mesure, tous Ses trésors… »

Saint Nicaise et ses Compagnons, Martyrs

Suivant la tradition, saint Nicaise, dont le nom grec signifie victorieux, vit le jour en Grèce. D’après de très anciens documents, il naquit à Athènes et fut converti, avec le grand saint Denis, par le savant discours de saint Paul devant l’Aréopage. Après avoir séjourné quelques temps près du grand Apôtre, saint Nicaise, avec saint Denis, travailla en Grèce au salut des âmes, puis s’embarqua avec le même Saint pour Rome. Le Pape saint Clément les envoya dans les Gaules, avec d’autres missionnaires, pour continuer l’évangélisation de ce pays, commencée avec succès par des envoyés de saint Pierre lui-même. Tandis que saint Denis fixa son siège à Paris, Nicaise se dirigea vers le pays de Rouen. Mais cette ville, qui le vénère encore aujourd’hui pour son premier pontife, ne devait pas le voir dans ses murs; car il reçut en route la couronne du martyre. Il emmenait avec lui le prêtre Quirin et le diacre Égobile. Vers Pontoise, les habitants leur promirent d’accepter l’Évangile, s’ils les délivraient d’un dragon qui infestait ce pays. Alors Quirin marcha vers le dragon, le lia sans peine et le conduisit devant le peuple émerveillé; là, le monstre expira, par l’ordre du Saint. A cette vue, bon nombre d’idolâtres se convertirent à la foi du Christ, et trois cent dix-huit d’entre eux reçurent le baptême. Le bruit de ce prodige s’étant répandu dans le pays d’alentour, les conversions se multiplièrent, et les habitants de Meulan, de Mantes, de Monceaux, commencèrent à ouvrir les yeux à la lumière de l’Évangile. Les apôtres chassèrent aussi plusieurs démons qui tourmentaient les habitants de la contrée. Mais la voix du Ciel les appelait plus loin. Nicaise, Quirin et Égobile reprirent leur marche vers Rouen. A la Roche-Guyon, ils convertirent par leur prédication une noble dame, nommée Pience, et un prêtre des idoles, appelé Clair. Ce dernier était aveugle; ils lui rendirent en même temps la vue de l’âme et celle du corps. Ce fut le signal de nombreuses conversions. Les prêtres païens, irrités, conduisirent les trois apôtres au gouverneur, qui, peu auparavant, avait mis à mort saint Denis et ses compagnons; mais, inaccessibles à toutes les menaces, ils subirent courageusement le martyre. On rapporte de ces trois héros de la foi le même fait qui est raconté de saint Denis; il auraient porté leur tête entre leurs mains, après avoir été décapités.

Saint Alexandre Sauli, Évêque, Barnabite

La famille dont sortait Alexandre Sauli était une des plus illustres de la Lombardie. Elle a produit plusieurs grands hommes, entre autres des évêques et des cardinaux qui se sont distingués par leurs talents et leur piété; on en voit encore les armes sur des hôpitaux et des églises magnifiques. Alexandre naquit à Milan le 15 février 1534, l’année même que fut fondée la congrégation des clercs réguliers, dits Barnabites. Il parut, dès son enfance, prévenu des plus abondantes bénédictions du ciel. Ses parents lui donnèrent des maîtres habiles, sous la conduite desquels il fit de rapides progrès. Il étudia surtout la science des Saints à l’école de l’esprit de Dieu, dont il écoutait les leçons avec une grande docilité. Il se sentit de bonne heure pénétré d’une grande horreur pour les divertissements profanes du siècle. Un jour que le peuple était assemblé autour d’une troupe de comédiens, il s’avança un crucifix à la main, et fit un discours si pathétique, que les comédiens prirent la fuite. Le peuple entra dans les sentiments d’une vive componction, et se retira les larmes aux yeux. Quelque temps après, il se consacra sans réserve au service de Dieu dans la congrégation des Barnabites. Il endurcit son corps à la fatigue par les travaux et les veilles, se livrant avec zèle au ministère de la parole et de la réconciliation. Il avait un talent singulier pour toucher et convertir les pécheurs. Il continua d’exercer les mêmes fonctions, même lorsqu’il eut été chargé d’enseigner la philosophie et la théologie dans l’université de Pavie. On vit des communautés entières se mettre sous sa conduite, afin d’apprendre de lui les moyens de parvenir à la perfection de leur état. Ayant été invité à prêcher dans la cathédrale de Milan, ses sermons produisirent des fruits merveilleux. Saint Charles Borromée félicita l’Eglise d’avoir un pareil ministre, et versa des larmes de joie à la vue des succès de son zèle apostolique. Alexandre n’avait encore que trente-deux ans lorsqu’il fut élu supérieur général de son ordre. Il remplit cette place avec une capacité qui donna un nouvel éclat à sa congrégation : mais Dieu ne l’avait pas destiné à vivre renfermé dans la retraite ; l’île de Corse était le théâtre où devaient briller ses éminentes vertus. Cette île avait été anciennement convertie à la foi par des missionnaires venus de Rome. L’église d’Aléria paraît être une des plus anciennes de celles qui y furent fondées. On connaît principalement un de ses évêques, nommé Pierre. Il vivait du temps de saint Grégoire-le-Grand, qui lui écrivit des lettres. Mais cette église était depuis longtemps réduite dans l’état le plus déplorable ; il n’y avait plus de piété ni de discipline quand Alexandre Sauli en fut nommé évêque, en 1571, par le saint Pape Pie V. Le nouvel évêque ayant été sacré par saint Charles Borromée, partit sans délai avec trois prêtres de son ordre. La situation attendrissante de son illustre père, qui touchait au dernier moment de sa vie, ne fut point capable de le retenir ; il n’entendait que les gémissements de son église désolée. Il ne fut point non plus arrêté par la vue de l’esclavage qu’il avait à craindre de la part des corsaires mahométans, qui infestaient toutes les côtes de l’Ile de Corse; il s’embarqua plein de confiance en Dieu, et la navigation fut heureuse. Il ressentit une vive douleur en voyant que Dieu était partout méconnu. Aléria n’était plus que le titre d’une église. A peine y avait-il dans toute l’étendue du diocèse un lieu où l’on pût faire décemment l’office divin. Les bourgades, à l’exception de trois ou quatre, étaient inhabitées. Les peuples étaient dispersés dans les bois et sur les montagnes. Plongés dans une grossière ignorance, ils ne savaient pas les premiers éléments de la religion. Le clergé n’avait pas moins besoin d’être instruit que le peuple. Le saint évêque, sans église et même sans maison, fixa d’abord sa demeure à Talone. C’était une espèce de bourgade située à quatre lieues des ruines d’Aléria. Il y tint un synode sur le modèle de ceux qui se tenaient à Milan sous saint Charles Borromée, et y fit de sages règlements pour commencer à remédier aux abus ; il entreprit ensuite la visite de tout son diocèse. Il alla dans les hameaux les plus écartés, et pénétra jusqu’aux endroits les plus inaccessibles. La vue d’un pasteur si charitable attendrissait les plus sauvages ; ils venaient tous se jeter à ses pieds, bien résolus de lui obéir, même avant de l’avoir entendu. Ses paroles portaient la lumière de la foi dans les esprits, et le feu de la charité dans les cœurs. Partout il lui fallut réformer d’anciens abus, abolir des coutumes scandaleuses, fonder des églises, ou relever celles qui étaient ruinées, et pourvoir à la décence dû culte du Seigneur. Il établit des collèges et des séminaires où l’on pût former la jeunesse. Les coopérateurs qu’il avait amenés avec lui étant morts de fatigue sous ses yeux, il se trouva dans un très-grand embarras : il ne se découragea cependant point ; il redoubla ses travaux sans craindre d’épuiser sa santé. La continuité de ses occupations ne l’empêcha point non plus de s’assujettir à des jeûnes continuels et à une rigoureuse abstinence. Quoiqu’il eût très-peu de revenu, il ne laissait pas de faire des aumônes abondantes. Les déprédations des corsaires l’obligèrent souvent de changer de demeure. On le vit transporter son séminaire et sont clergé de Talone, situé sur la côte orientale de l’île, à Algagliola, qui était sur la côte occidentale, et de cette ville à Corte, dans le centre de l’île, puis à Cervione. Ce fut dans cette dernière ville qu’il bâtit sa cathédrale, et qu’il fonda un chapitre de chanoines. Il avait un rare talent pour réunir les esprits et les cœurs divisés ; aussi lui donna-t-on dans toute la Corse le surnom d’Ange de paix. Le bienheureux Alexandre Sauli adressa de sages avertissements à son clergé. Il s’y proposait d’instruire les ministres, tant sur la conduite qu’ils devaient tenir, que sur la manière dont ils devaient diriger les âmes confiées à. leurs soins ; il composa aussi des entretiens, dans lesquels il expliqua la doctrine de l’Eglise avec beaucoup de précision et de netteté. Saint François de Sales estimait singulièrement cet ouvrage, et disait que la matière y était épuisée. Le saint prélat allait de temps en temps à Rome, ainsi que les autres évêques d’Italie ; mais il y allait comme au centre de l’apostolat, et avec tant de dévotion, qu’il y éprouvait en lui-même ce que dit saint Chrysostome, que l’esprit apostolique y vit toujours, et que des tombeaux des apôtres, et de leurs cendres tout inanimées qu’elles sont, sortent encore des étincelles du feu sacré dont ils embrasèrent la terre. Tous ses voyages furent comme autant de missions, par les grands fruits que produisirent partout ses prédications, ses conseils et ses exemples. C’est de quoi les villes de Gênes, de Milan et de Rome ont plusieurs fois fourni des témoignages qui ont été confirmés par quatre Souverains-Pontifes. Grégoire XIII, l’un d’eux, fut extrêmement frappé lorsqu’il l’entendit prêcher. Saint Philippe de Néri l’honorait aussi beaucoup ë. cause de ses talents et de son éminente sainteté. Les ennemis de la religion eux-mêmes ne pouvaient résister à la force et à l’onction de ses discours. Ayant eu une conférence avec un calviniste de Genève, qui était venu dogmatiser en Corse, il lui fit ouvrir les yeux à la vérité, et le ramena dans le sein de l’Eglise. A Rome, un seul de ses sermons enleva à la synagogue des juifs quatre de ses plus fermes soutiens. La vénération où était le saint apôtre de la Corse porta les villes de Tortone et de Gênes à le demander pour pasteur ; mais il ne voulut point quitter sa première épouse, à laquelle il était tendrement attaché. Ce ne fut que par obéissance aux ordres du Pape Grégoire XIV, qu’il accepta l’évêché de Pavie en 1591. Il ne fut pas plus tôt arrivé dans son nouveau diocèse, qu’il entreprit d’en faire la visite. Toutes les fêtes solennelles il revenait à Pavie. Etant à Calozzo, dans le comté d’Asti, il fut attaqué de la maladie qui l’enleva de ce monde. Il mourut le 23 Avril 1592. Sa sainteté fut attestée par plusieurs miracles. La cérémonie de sa béatification se fit à Rome en 1742 et il fut canonisé par saint Pie X le 11 décembre 1904.

Martyrologe

Fête de la Maternité de la bienheureuse Vierge Marie.

A Tarse, en Cilicie, les saintes femmes Zénaïde et Philonille, deux sœurs, proches parentes selon la chair du bienheureux Apôtre Paul, et ses disciples dans la foi.

Dans le Vexin, en Gaule, la passion des saints martyrs Nicaise, qui était évêque de Rouen, Quirin prêtre, Scuvicule diacre et Pience vierge, sous le préfet Fescenninus.

A Besançon, en Gaule, saint Germain, évêque et martyr.

Le même jour, la passion des saints Anastase prêtre, Placide, Genès, et de leurs compagnons.

A Tarse, en Cilicie, l’anniversaire des saints martyrs Taraque, Probe et Andronic. Durant la persécution de Dioclétien, ils languirent longtemps dans des cachots infects et éprouvèrent par trois fois des tourments et supplices divers; ils eurent enfin la tête tranchée et, confessant le Christ, entrèrent triomphants dans la gloire.

En Thébaïde, saint Sarmata, disciple du bienheureux abbé Antoine. Il fut, pour le Christ, mis à mort par les Sarrasins.

A Uzès, dans la Gaule Narbonnaise, saint Firmin, évêque et confesseur.

A Calosso, au diocèse d’Asti, antérieurement diocèse de Pavie, saint Alexandre Sauli, de la Congrégation des Clercs Réguliers de saint Paul, évêque et confesseur. Célèbre par sa naissance, ses vertus, sa doctrine et ses miracles, il a été inscrit au catalogue des saints par le souverain pontife Pie X.

Au monastère d’Aghaboé, en Irlande, saint Cainnech, prêtre et abbé.

A Lierre, en Belgique, la mise au tombeau de saint Gommaire confesseur.

A Rennes, en Gaule, saint Émilien confesseur.

A Vérone, sainte Placidie vierge.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

YouTube supprime définitivement la chaine de MPI – Aidez-nous !

Le 6 octobre 2021, Youtube nous a envoyé un email pour nous signifier la fermeture de notre chaine Youtube.

Voici des donc des milliers de vidéos, des centaines d’heures de films qui disparaissent, sans compter la disparition de nos dizaines de milliers d’abonnés que nous avions.

Cette censure intervient également après la fermeture de notre page Facebook et notre déréférencement par Google. Mais ces attaques ne seront pas les dernières.

Nous avons également reçu un email de Google nous indiquant que les recettes publicitaires cesseraient à coompter du mois de décembre pour tout site mettant en doute le changement climatique…

Ils nous faut donc développer d’autres outils, d’autres façons d’atteindre nos lecteurs. Et ce sont des investissements lourds.

Aidez-nous, nous avons besoin de vous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

%d blogueurs aiment cette page :