Sanctoral

Saint André, Apôtre

Saint André, frère de saint Pierre, est un des Apôtres dont le culte a été le plus en honneur. Constantinople, qui possédait ses reliques, en arguait pour faire pièce à Rome; mais Rome elle-même l’a toujours beaucoup honoré. Elle possède un de ses bras, ramené de Constantinople par saint Grégoire le Grand et placé par lui dans l’église du monastère de saint André au Cœlius, et sa tête, placée par Pie II près de la confession de saint Pierre son frère. André, frère de l’Apôtre Pierre, fut, avec Jean, le premier disciple qui suivit le Seigneur. Sa première rencontre avec Jésus est décrite avec une beauté touchante dans l’Évangile (Jean. 1, 35-42). Il n’appartient sans doute pas au cercle plus intime, comme Pierre, Jacques et Jean, et les évangiles ne racontent rien d’extraordinaire à son sujet, mais la tradition vante son grand amour de la Croix et du Sauveur, et l’Église l’honore particulièrement tant à la messe (son nom paraît en deux endroits : au Canon et au Libera nos après le Pater) que dans le bréviaire. Son Office est un des plus délicats de la liturgie. Son martyre est très touchant : Le juge païen le somme de sacrifier aux idoles. Alors André dit ; Je sacrifie tous les jours au Dieu tout-puissant, l’unique et le vrai, je ne lui offre pas la chair des taureaux ou le sang des boucs, mais l’Agneau immaculé sur l’Autel. Ensuite, tout le peuple des fidèles mange sa chair et cependant l’Agneau reste intact et vivant. ” Enflammé de colère, Aegeas ordonna de le jeter en prison. Le peuple l’aurait délivré sans peine, mais André calma lui-même la multitude en la priant instamment de ne pas l’empêcher de courir vers la couronne du martyre. Arrivé au lieu du martyre, André s’écria en apercevant la croix : “ O bonne Croix qui as reçu ta parure et ta beauté des membres du Christ ! O Croix longtemps désirée, fidèlement aimée, recherchée sans relâche et enfin accordée à l’âme qui te demandait, enlève-moi du milieu des hommes et mène moi à mon Maître afin qu’il me reçoive par toi comme il m’a racheté par toi. ” Il fut alors attaché à la croix. Pendant deux jours, il y resta suspendu vivant, et ne cessa d’annoncer la doctrine du Christ jusqu’à ce qu’il s’en allât vers celui dont il avait tant désiré imiter la mort.

Martyrologe

A Patras, en Achaïe, l’anniversaire de l’Apôtre saint André, qui prêcha le saint évangile du Christ dans la Thrace et dans la Scythie. Arrêté par le proconsul égée, il fut d’abord mis en prison, puis fustigé cruellement, enfin attaché à une croix, où il demeura vivant pendant deux jours sans cesser d’instruire le peuple. Ayant prié le Seigneur de ne pas permettre qu’on le détachât de la croix, il fut environné d’une grande lumière venue du ciel, et quand celle-ci disparut, il rendit l’âme.

A Rome, la passion des saints Castule et Euprépès.

A Constantinople, sainte Maure, vierge et martyre.

De plus, sainte Justine, vierge et martyre.

A Rome, saint Constance confesseur. Il s’opposa fortement au pélagiens, eut à souffrir de la part de leur faction beaucoup de maux qui l’associèrent aux saints confesseurs.

A Saintes, en France, saint Trojan évêque, homme d’une grande sainteté. Enseveli en terre, il manifeste par de nombreux miracles qu’il vit dans les cieux.

En Palestine, le bienheureux Zosime confesseur qui, sous l’empereur Justin, se distingua par sa sainteté et ses miracles.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs , ,

Les commentaires sont fermés

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :