Sanctoral 

Saint Albert le Grand – Évêque, Confesseur et Docteur de l’Église

Né en 1228, mort en 1280.  Culte reconnu en 1931 par lettre décrétale de Pie XI et proclamé docteur la même année. Albert, surnommé le Grand pour sa science extraordinaire, naquit à Lauingen sur le Danube, en Souabe, et reçut dès l’enfance une éducation soignée. Il quitta sa patrie pour faire ses études et, pendant son séjour à Padoue, sur les conseils du bienheureux Jourdain, Maître général de l’Ordre des Prêcheurs, il demanda, malgré l’opposition de son oncle, à être reçu dans la famille Dominicaine. Admis parmi les frères, il se distingua par l’observance religieuse et la piété, il aima ardemment la Bienheureuse Vierge Marie et brûla du zèle des âmes. Il fut envoyé à Cologne pour achever ses études. Ensuite, il fut nommé lecteur à Hildesheim, à Fribourg, à Ratisbonne et à Strasbourg. Il acquit une grande renommée dans son enseignement à Paris. Il eut pour disciple préféré Thomas d’Aquin et fut le premier à reconnaître et à proclamer la profondeur de son esprit. A Anagni, devant le Souverain Pontife Alexandre IV, il réfuta Guillaume qui, avec une audace impie, attaquait les Ordres mendiants et il fut ensuite nommé évêque de Ratisbonne. Il sut admirablement donner des conseils et régler des différends, et on put l’appeler à juste titre médiateur de paix. Il composa de très nombreux écrits sur presque toutes les sciences, et surtout les sciences sacrées, il écrivit de façon remarquable sur le Sacrement admirable de l’autel. Très illustre par ses vertus et ses miracles, il mourut dans le Seigneur, en 1280. Le Pape Pie XI accrut le culte qui, par autorisation des Pontifes Romains, lui était rendu depuis longtemps déjà dans plusieurs diocèses et dans l’Ordre des Prêcheurs et, accueillant favorablement le vœu de la Sacrée Congrégation des Rites, il lui décerna le titre de Docteur et étendit sa fête à l’Église universelle. Pie XII le constitua Patron céleste auprès de Dieu de ceux qui étudient les sciences naturelles.

Saint Léopold le Pieux, Patron de l’Autriche

Léopold IV, sixième margrave d’Autriche, était fils de Léopold le Bel et d’Itte, fille de l’empereur Henri IV. Les hautes vertus dont il donna des preuves dès sa plus tendre enfance lui firent donner le surnom de Pieux. Ayant hérité (1096) des Etats de son père, il gouverna ses sujets avec une prudence admirable, gagnant leurs esprits par la douceur, cherchant à leur être utile, regardant leurs biens comme si Dieu les lui avait confiés pour en être le protecteur, et prenant soin de procurer leur salut éternel, en excitant les bons à la persévérance par les grâces qu’il leur accordait, et en réduisant les méchants à l’observation des lois divines par des châtiments paternels. Sa charité envers les pauvres était inépuisable. Son palais était l’asile des veuves et des orphelins les étrangers trouvaient auprès de lui un secours assuré. U ne refusa jamais son assistance à ceux qui, étant dans l’oppression, implorèrent la force de son bras pour en être délivrés. Il portait un profond respect aux ecclésiastiques et aux religieux. Les affaires de son Etat ne l’empêchaient point de visiter souvent les églises et d’y demeurer longtemps dans une dévotion ravissante. En un mot, toutes ses démarches étaient si édifiantes, que son peuple avait à tous moments de nouveaux sujets d’admirer la bonté, la sagesse et la sainteté de sa conduite. Sa piété ne diminuait rien de son courage, qu’il avait naturellement grand. Lorsqu’il lui fallut rendre à César ce qu’il devait à César, il ne parut pas moins intrépide au milieu des armées qu’il avait paru constant au pied des autels pour rendre à Dieu ce qu’il devait à Dieu. L’an 1104, il commença ses exploits militaires sous l’empereur Henri IV, qui était en guerre contre son fils Henri V ayant ensuite embrassé le parti de ce dernier, il épousa sa sœur. Elle se nommait Agnès et était veuve de Frédéric, duc de Souabe, duquel elle avait eu Conrad, qui fut depuis empereur, et Frédéric, qui donna aussi à l’empire le fameux Frédéric Barberousse. Ce mariage, qui se fit l’an 1106 fut très-heureux, tant parce que cette princesse était parfaitement vertueuse, que parce que Dieu le bénit par une grande et sainte prospérité, car ils eurent ensemble dix-huit enfants : huit garçons et dix filles. Le ciel en prit sept dans leur innocence baptismale, et les onze autres se rendirent tous recommandables, ou dans le siècle, ou dans la religion, ou dans l’état ecclésiastique. Ce nouvel engagement de Léopold ne lui fit rien relâcher de sa dévotion au contraire, se voyant une épouse toute dévouée à la vertu, il s’efforça de donner avec elle de nouveaux exemples de sainteté à son peuple. Comme ils n’avaient point d’autre désir que de procurer la gloire de Dieu, ils résolurent ensemble de faire bâtir une église et de la fonder pour y entretenir le service divin. L’endroit où ils devaient la faire construire leur fut montré par une espèce de miracle car, un jour que le temps était fort doux, le voile que la princesse avait sur sa tête fut enlevé bien loin, et Léopold ne le trouva que quelques années après, sans qu’il eût reçu aucun dommage, sur le sommet d’un arbre, dans un lieu appelé Nenbourg, près de Vienne. Cette merveille, qu’ils prirent pour une marque de la volonté de Dieu, les détermina à y faire ériger, en l’honneur de la sainte Vierge, une magnifique basilique. La première pierre en fut posée le 9 juin 1111. Cette église était desservie par des chanoines réguliers de l’Ordre de Saint-Augustin. Ce ne fut pas le seul témoignage public que notre Saint donna de sa religion. Il fonda encore, l’an 1127, à douze milles de Vienne, un célèbre monastère sous le nom de la Sainte-Croix. Il répara aussi et dota de nouveau une ancienne maison déjà fondée par ses ancêtres, et, par la force de ses armes, il chassa de la province les ennemis qui l’avaient désolée et avaient contraint les religieux de l’abandonner. Léopold couronna glorieusement une vie si belle par une très-sainte mort. Il fut inhumé dans son église de Neubourg, et de nombreux miracles sont venus attester sa sainteté. C’est ce qui a déterminé le pape Innocent VIII à le canoniser (1485). De nos jours encore, à la fête de saint Léopold, on expose à la vénération du peuple ses reliques dans une châsse d’argent, la tête parée du chapeau ducal et couchée sur un coussin de velours rouge. L’église est alors toujours remplie de fidèles, tant de la ville que des environs. La couronne ducale et les armoiries de la maison d’Autriche sont des attributs fréquents de saint Léopold. Le drapeau blasonné, caractéristique générale des princes, est aussi une des siennes. Comme fondateur d’églises et de monastères, il porte quelquefois une petite réduction d’église sur la main.

Martyrologe

A Cologne, saint Albert, évêque et confesseur, de l’0rdre des Frères Prêcheurs, surnommé le Grand, célèbre par sa sainteté et sa science. Le pape Pie XI l’a déclaré docteur de l’église universelle et Pie XII l’a constitué auprès de Dieu patron céleste de ceux qui étudient les sciences naturelles.

Le même jour, l’anniversaire de saint Eugène, évêque de Tolède et martyr. Disciple de saint Denis l’Aréopagite, il consomma son martyre dans le territoire de Paris et reçut du Seigneur la couronne de sa bienheureuse passion. Son corps fut plus tard transféré à Tolède, en Espagne.

A Nole, en Campanie, le bienheureux Félix, évêque et martyr. Dès l’âge de quinze ans, il était célèbre par ses miracles; il termina ses combats sous le préfet Marcien en souffrant avec trente autres le martyre.

A Edesse, en Mésopotamie, la passion de saint Abibe diacre, qui fut déchiré avec des ongles de fer et jeté dans le feu, sous l’empereur Licinius et le préfet Lysanias.

Au même lieu, les saints martyrs Gurie et Samonas, sous l’empereur Dioclétien et le préfet Antonin.

En Afrique, les saints martyrs Second, Fidentien et Varique.

d’Archingeay, en Saintonge, l’anniversaire de saint Malo, évêque d’Aleth (auj. Saint-Servan), en France. Né en Angleterre, il fut remarquable par ses miracles dès sa plus tendre jeunesse.

A Vérone, saint Lupère, évêque et confesseur.

A Klosterneubourg, près de Vienne, en Autriche, saint Léopold, margrave de la province d’Autriche. Il a été inscrit au nombre des saints par le pape Innocent VIII.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

32 % 27 445 € manquants

12555 € récoltés / 40 000 € nécessaires – depuis le 15/10/2021
Compteur mis à jour le 03/12/2021

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Derrière ces fermetures arbitraires, il y a l’influence d’une commission gouvernementale dont nous parlerons plus tard.

Mais rien ne nous fera taire. Seulement, pour aller toucher nos compatriotes et faire connaitre MPI, il nous faut des moyens supplémentaires.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Les plus de 1200 vidéos seront bientôt disponibles sous peu sur une autre plateforme.

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :